GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 20 Juillet
Dimanche 21 Juillet
Lundi 22 Juillet
Mardi 23 Juillet
Aujourd'hui
Jeudi 25 Juillet
Vendredi 26 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    Le roi charbon a encore de beaux jours devant lui

    La mine à ciel ouvert de lignite (charbon) «Vereinigtes Schleenhain» près de la centrale de Bohlen-Lippendorf, le 16 novembre 2013. REUTERS/Michaela Rehle

    A Varsovie, en marge de la Conférence de l'ONU sur le climat, se tient un Sommet international sur le charbon : l'une des énergies les plus polluantes au monde.

     

    Il y a les intentions et les faits. Chacun s'alarme des rejets croissants de CO2 dans l'atmosphère, chacun s'inquiète devant les images d'Harbin, mégalopole du nord de la Chine plongée le mois dernier dans un épais brouillard du en partie au chauffage au charbon.

    On court à la catastrophe s'insurgent les experts du climat appelant le monde à opter pour des énergies propres. Les intentions sont là, mais comment pourraient-elles faire le poids face aux arguments économiques et politiques ? Le charbon est l'énergie du pauvre et il n'a pas de concurrent.

    En 40 ans, la production mondiale de houille n'a cessé de progresser, dopée par les pays émergents. A elle seule, la Chine a produit près de quatre milliards de tonnes l'an dernier, soit 47,5 % de la production mondiale, loin devant les Etats-Unis ou l'Australie.
    Le charbon c'est l'une des principales sources d'électricité, en Chine, mais également en Inde. Les Indonésiens l'appellent le produit de Dieu et à regarder le boom des exportations de charbon, on comprend aisément pourquoi.

    Et si le recours au charbon a chuté ces dernières années dans les pays occidentaux, la consommation mondiale devrait progresser de près de 6 % d'ici à 2020 et de 17 % d'ici à 2035.
    C’est aussi de l'énergie rapidement disponible. Pourquoi autrement l'Allemagne déplacerait-elle des villages entiers pour rouvrir ses mines de charbon, le temps de substituer le nucléaire abandonné par de l'éolien et du photovoltaïque ?

    Le vrai défi aujourd'hui serait d'arriver à mieux maitriser les émissions de CO2, d’améliorer les rendements tout en protégeant l'environnement. Miser sur la production d'un charbon propre, développer les techniques de captages et de stockage de CO2 pour le garder le plus longtemps possible sous terre, développer l'oxycombustion qui, en utilisant de l'oxygène pur, permettrait de recycler partiellement le CO2 produit.

    Des avancées technologiques qui, bien entendu, ont un coût, loin d'être encore compatibles avec les exigences économiques des grands consommateurs de charbon d’aujourd’hui.

     


    Sur le même sujet

    • Grand reportage

      Mines de charbon et politique énergétique en Allemagne

      En savoir plus

    • Pologne

      Convention sur le climat: la Pologne et sa dépendance au charbon au centre des débats

      En savoir plus

    • Accents d'Europe

      Pologne : encore des centrales électriques au charbon

      En savoir plus

    • C'est pas du vent

      2. Climat : Les Etats-Unis sans charbon ni pétrole : c’est possible !

      En savoir plus

    Prochaine émission

    Bitume et granit, des marchés tendus en France à l'approche des municipales

    Bitume et granit, des marchés tendus en France à l'approche des municipales
    A neuf mois des municipales les chantiers urbains s'accélèrent en France. Ce qui entraîne des difficultés d'approvisionnement en granit et en bitume.
    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.