GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 18 Septembre
Mercredi 19 Septembre
Jeudi 20 Septembre
Vendredi 21 Septembre
Aujourd'hui
Dimanche 23 Septembre
Lundi 24 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Attentat en Iran: onze morts selon un nouveau bilan provisoire (agence)
    • Iran: des victimes dans une attaque contre un défilé militaire (TV d'Etat)
    • Missiles: l'Iran «augmentera jour après jour ses capacités défensives» (Rohani)

    Jean-Marc Ayrault en Chine : la France veut rattraper son retard

    Le Premier ministre français Jean-Marc Ayrault lors du déjeuner de cloture du colloque annuel du Comité France-Chine sur l'innovation à Pékin, le 5 décembre 2013.

    Le Premier ministre français a entamé une visite de cinq jours en Chine, et cette visite est bien sûr d'abord économique : Jean-Marc Ayrault est accompagné d'une importante délégation de ministres et de patrons et il espère donner un coup de pouce aux intérêts français en Chine à la traine par rapport à l'Allemagne ou à la Grande-Bretagne.

    Et ce coup de pouce, la France en a manifestement bien besoin. Il suffit d'un coup d'œil aux chiffres pour comprendre combien la France est à la peine. Si le déficit des échanges commerciaux entre Paris et Pékin s'est légèrement résorbé l'an dernier, il n'en reste pas moins abyssal. 26 milliards et demi en 2012, soit 40% du déficit global du commerce extérieur français. Paris ne s'en cache d'ailleurs pas, et l'objectif affiché du voyage de François Hollande en Chine au printemps dernier n'était d'ailleurs pas d'inverser la tendance, mais bien de rééquilibrer les échanges.

    La France compense la faiblesse de ses exportations par les profits réalisés en Chine

    Regardons la situation sous un autre angle : celui des investissements directs réalisés par les entreprises françaises en Chine. Dans l'aéronautique, le nucléaire civil avec la construction de deux réacteurs EPR à Taishan - projet détenu à 70% par China Guangdong Nuclear Power Company et à 30% par le groupe français EDF. Des investissements également dans l'industrie. Alstom a ouvert en septembre dernier sa plus grande usine hydroélectrique à Tianjin dans le nord-est du pays. Que dire de Schneider électrique. Des projets lancés, des investissements réalisés.

    Et juste ce jeudi, cet accord sur la charcuterie française. La France est en passe d'obtenir le précieux agrément sanitaire qui lui permettra d'exporter saucissons et rillettes. Un expert des relations franco-chinoises prenait l'exemple des grands groupes du CAC 40, en posant cette question: est-ce en France qu'ils réalisent le gros de leur chiffre d'affaires ? Non c'est à l'étranger. Et ce que la France ne gagne pas dans ses relations commerciales avec la Chine, elle le compense en profit réalisé en Chine.

    À l'instar de PSA Peugeot Citroën qui accuse de lourdes pertes en France, mais réalise d'énormes profits en Chine. Et ce voyage de Jean-Marc Ayrault, d'une durée assez inhabituelle, puisque la visite est de 5 jours, doit aussi conforter cette relation de partenaires avant les célébrations l'an prochain du 50e anniversaire des relations diplomatiques.

    Un regard aux autres partenaires européens de la Chine ?

    À l'Allemagne surtout ! C'est le partenaire privilégié, apporteur de technologies, Berlin aime à se présenter en ambassadeur de l'Europe auprès de la Chine. En cas de crise notamment comme lors de la dispute autour des panneaux photovoltaïques qui avait assombri les relations sino-européennes l'été dernier. Entre les deux pays, entre la Chine et l'Allemagne les échanges relèvent de l'habitude. Et lorsqu’une habitude est ancrée, et qu'elle est jugée bonne, pourquoi en changer ?

    Quant à la Grande-Bretagne, exportatrice de services, elle aussi courtise le géant chinois. Contrairement aux autres pays européens, Londres aurait gagné des positions en Chine depuis le début de la crise, et sensiblement réduit son déficit commercial l'an dernier. David Cameron, le premier ministre britannique poursuit sur cette lancée. Il a fait la semaine dernière le voyage pour Pékin accompagné d'une délégation commerciale à l'importance inédite. La Chine y aurait été sensible.

    En bref dans l'actualité économique :

    La Redoute sera donc cédée pour un euro symbolique à ceux qui la dirigent aujourd'hui

    Le groupe Kering, maison-mère du pionnier de la vente à distance s'est prononcé hier en engageant des négociations exclusives avec l'actuelle PDG de la redoute, la Française Nathalie Balla.

    Chamboulement chez Eurostar

    20 ans après le lancement de la compagnie ferroviaire transmanche, La grande Bretagne annonce qu'elle souhaite vendre sa part de 40% dans la compagnie dans les 6 années qui viennent. Londres est à la recherche de capitaux pour investir dans ses infrastructures. Une décision qui met la France évidemment dans l'embarras. La SCNF détient 55% des parts de l'Eurostar.

    Une première en France qui fera jurisprudence : la justice a condamné hier un promoteur immobilier pour avoir fait travailler illégalement son sous-traitant polonais

    Une décision prononcée en pleine renégociation de la directive européenne sur les travailleurs détachés. Très contestée, cette directive autorise tout employeur à faire travailler des citoyens européens à condition de respecter le noyau dur des règles du pays d'accueil et de verser les cotisations sociales dans le pays d'origine. 42% des travailleurs détachés sont employés en France dans le secteur du bâtiment.

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.