GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 21 Août
Jeudi 22 Août
Vendredi 23 Août
Samedi 24 Août
Aujourd'hui
Lundi 26 Août
Mardi 27 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    L’OMC, un rempart contre le regain de protectionnisme ?

    Anand Sharma, le ministre indien du Commerce (d.), le samedi 7 décembre à Bali, lors de la conférence de l'OMC à Bali. REUTERS/Edgar Su

    Après 18 ans d'âpres négociations, l'Organisation mondiale du commerce est enfin parvenue à un accord pour libéraliser les échanges. Afin de parvenir à un compromis entre les 159 Etats membres, il a fallu revoir à la baisse les ambitions initiales. Cet accord minimal est néanmoins salué comme un bon point pour les échanges, et donc pour la reprise.

    Les plus optimistes parlent d'un bénéfice net de 1000 milliards de dollars pour le produit intérieur brut mondial. En levant une série de barrières douanières, l'accord trouvé à Bali pourrait donc donner un sérieux coup de pouce au commerce mondial et il en a bien besoin, car l'élan est brisé depuis la crise de 2008. Entre 1980 et 2011, il a progressé chaque année de 7% en moyenne, soit le double de la croissance annuelle du produit intérieur brut.

    Et depuis deux ans cette dynamique s'est inversée, les échanges augmentent moins vite que la croissance mondiale. Une situation atypique, voire anormale pour les économistes férus de mondialisation. L'Europe, l'un des gros marchés importateurs de la planète est à la peine depuis deux ans et cela explique en partie cette intrigante décélération. En partie seulement, le côté obscur de ce ralentissement c'est le protectionnisme des pays développés.

    Depuis 2008, 1500 nouveaux règlements entravant les échanges ont été mis en place dans les pays du G20

    C'est ce que souligne l'étude réalisée par un économiste de l'université suisse de Saint-Gall. En septembre dernier, l'Union européenne a reconnu avoir pris près de 700 initiatives pour protéger son marché. La partie visible et présentable de ce regain de protectionnisme, c'est la célébration du local sur tous les tons. Les Américains raffolent du made in America et les Français se disent prêt à dépenser plus pour des produits fabriqués en France.

    C'est politiquement correct, mais économiquement risqué pour la croissance. Beaucoup d'historiens estiment que les barrières mises en place aux États-Unis dans les années 30 ont certainement accentué la récession qui a suivi la crise 1929. Cette politique de fermeture des frontières a parachevé la déglobalisation à l'œuvre entre 1913 et 1950.

    La déglobalisation est forcément mauvaise pour la croissance ?

    C'est l'avis définitif des libéraux. D'après eux l'accélération des échanges doit continuer à être le moteur de la croissance, notamment dans les pays émergents. La Chine est en train de se recentrer sur son marché domestique, mais il y a bien d'autres pays, des émergents comme des pays en développement qui ont besoin d'échanger plus encore, et ce sont ces pays qui se sont particulièrement impliqués à Bali pour qu'un accord soit trouvé au sein de l'OMC. Mais d'autres économistes plaident pour un retour au local comme gisement d'emplois.

    C'est pourquoi l'accord trouvé samedi à Bali même s'il est minimal est vital. Car l'OMC demeure la seule instance où tous les États membres peuvent faire valoir leur vision du commerce. La seule instance où le débat peut déboucher sur un accord pourquoi pas profitable à tous, avec la prise en compte des intérêts des nouveaux exportateurs comme des importateurs historiques. Cette nouvelle page de l'histoire du commerce mondial reste à écrire, une histoire où il ne sera pas seulement question de barrières tarifaires ou douanières, mais aussi de droits sociaux, d'environnement, et pourquoi pas du rôle des monnaies ?

    En bref dans l'actualité économique :

    Au Japon, la croissance recule plus que prévu au troisième trimestre

    Cette baisse alimente les doutes sur le bien-fondé de l'abenomics, la politique de relance du premier ministre Shinzo Abe.

    Renault poursuit l'aventure sur un créneau qui lui a plutôt réussi, celui des voitures à mini prix

    D'après nos confrères de BFM business, le constructeur français allié à Nissan lancera un nouveau modèle à bas coût destiné au marché indien au mois de février au salon auto de New Delhi. Le véhicule coûterait moins de 5000 euros.

    Babyloan en Haïti

    Avis aux petits entrepreneurs haïtiens, Babyloan est une ONG spécialisée dans le micro crédit. Via Internet, elle met en relation les porteurs de projet avec des sources de financement.


    Sur le même sujet

    • Aujourd'hui l'économie

      Jean-Marc Ayrault en Chine : la France veut rattraper son retard

      En savoir plus

    • Aujourd'hui l'économie

      La France championne méconnue des start-up

      En savoir plus

    • Aujourd'hui l'économie

      Les trois grandes agences de notation dans le collimateur du régulateur européen

      En savoir plus

    • Aujourd'hui l'économie

      L’argent des migrants, une ressource précieuse pour les pays en développement

      En savoir plus

    • Aujourd'hui l'économie

      «Black Friday» aux Etats-Unis, la Bourse voit l'économie en rose

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.