1. Pourquoi le vin a soif de recherche ? - RFI

 

  1. 15:30 TU Journal
  2. 15:33 TU Radio foot internationale
  3. 16:00 TU Journal
  4. 16:10 TU Sessions d'information
  5. 16:30 TU Journal
  6. 16:33 TU Sessions d'information
  7. 16:40 TU Accents d'Europe
  8. 17:00 TU Journal
  9. 17:10 TU Décryptage
  10. 17:30 TU Journal
  11. 17:33 TU Sessions d'information
  12. 17:40 TU Débat du jour
  13. 18:00 TU Journal
  14. 18:10 TU Grand reportage
  15. 18:30 TU Sessions d'information
  16. 19:00 TU Journal
  17. 19:30 TU Journal
  18. 20:00 TU Journal
  19. 20:30 TU Journal
  20. 21:00 TU Journal
  21. 21:10 TU Accents d'Europe
  22. 21:30 TU Journal
  23. 21:33 TU Danse des mots
  24. 22:00 TU Sessions d'information
  25. 22:30 TU Sessions d'information
  1. 15:30 TU Journal
  2. 15:33 TU Radio foot internationale
  3. 16:00 TU Journal
  4. 16:10 TU Sessions d'information
  5. 16:30 TU Journal
  6. 16:33 TU Sessions d'information
  7. 16:40 TU Accents d'Europe
  8. 17:00 TU Journal
  9. 17:10 TU La bande passante
  10. 17:30 TU Journal
  11. 17:33 TU Sessions d'information
  12. 17:40 TU La bande passante
  13. 18:00 TU Journal
  14. 18:10 TU Grand reportage
  15. 18:30 TU Sessions d'information
  16. 19:00 TU Journal
  17. 19:30 TU Journal
  18. 20:00 TU Journal
  19. 20:30 TU Journal
  20. 21:00 TU Journal
  21. 21:10 TU Radio foot internationale
  22. 21:30 TU Journal
  23. 21:33 TU Radio foot internationale
  24. 22:00 TU Sessions d'information
  25. 22:30 TU Sessions d'information

Dernières infos

fermer

Autour de la question

1. Pourquoi le vin a soif de recherche ?

Caroline Lachowsky
1. Pourquoi le vin a soif de recherche ?
 

Nos invités du jour, les chercheurs de l'INRA  Véronique Cheynier, Philippe Hugueney, et Jean-Luc Legras , s'interrogeront autour de la question suivante : "Pourquoi le vin a soif de recherche ?"

La France, premier producteur de vin au monde, est marquée par ce symbole de la gastronomie et de l’art de vivre. Le vin y est la boisson alcoolisée la plus consommée. L’Inra mène des recherches sur le vin et l’œnologie dans ses domaines viticoles, sur ses parcelles expérimentales ou dans ses laboratoires implantés au cœur des régions viticoles françaises, au plus près des acteurs de la filière. S’ils enrichissent sans cesse leurs connaissances de la chimie du vin, les scientifiques de l’Inra sont aussi à l’origine de procédés technologiques déjà transférés aux quatre coins du monde. Désalcoolisation, Flash détente, capture d’arômes, microfiltration tangentielle... ces innovations permettent d’optimiser l’élaboration du vin, sa stabilisation, son conditionnement. Mais l’Inra est également à la pointe lorsqu’il s’agit de comprendre le lien au terroir et de proposer des scénarios d’adaptation au changement climatique....Plus d'informations sur le site de l'Inra

Invités plateau :

Véronique Cheynier directrice de recherche Inra et directrice adjointe du laboratoire Sciences pour l’œnologie à Montpellier. Elle travaille essentiellement sur les polyphénols

Jean-Luc Legras ingénieur de recherche Inra au laboratoire sciences pour l’œnologie ; il travaille sur tout ce qui touche aux levures et a notamment mené l’étude révélant pour la première fois le rôle essentiel des guêpes pour maintenir la présence des levures dans le raisin d’année en année.

Philippe Hugueney directeur de recherche Inra au sein de l’Unité Santé de la Vigne et Qualité du Vin à Colmar. Ses recherches portent essentiellement sur les arômes primaires.

Au téléphone :

Paule Martel chercheuse à l’Unité épidémiologie nutritionnelle et Jean-Marc Touzard directeur de recherche Inra à l’Unité Innovation et Développement dans l'Agriculture et l'Agro-alimentaire

 

RFI dernières éditions

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.