GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 14 Septembre
Dimanche 15 Septembre
Lundi 16 Septembre
Mardi 17 Septembre
Aujourd'hui
Jeudi 19 Septembre
Vendredi 20 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    1. Pourquoi la grande guerre a rendu fou ?

    Nos invités du jour Stéphane Tison et Hervé Guillemain, maîtres de conférences à l'Université du Maine, s'interrogeront autour de la question suivante : Pourquoi la grande guerre a rendu fou ?

    « Depuis que je suis parti de la maison de santé, mon état ne s’est pas amélioré. J’ai essayé toutes choses : travail, exercices divers, repos, ce travail du cerveau est toujours là, élancement, persécutions, craquements, coups, ronflements, insomnies m’enlevant l’aptitude au travail… Or, je n’ai pas de situation personnelle et il m’est impossible en cet état de gagner ma vie. Comme vous m’avez conseillé, monsieur le docteur, de m’adresser à mon député pour un secours, je viens d’être forcé de le faire. Il trouve ma demande parfaitement justifiée et me demande de produire un certificat médical attestant mon état nerveux d’origine de guerre

    Le caporal Daniel D. écrit ces mots en août 1917 au médecin-chef de l’asile d’Alençon. De l’homme de troupe jusqu’à l’officier, ils sont des milliers à souffrir de troubles du comportement ou à revenir délirants du front. Comment interpréter et prendre en charge cette vague inédite de symptômes variés? Ces hommes dont certains passent en conseil de guerre et d’autres échouent à l’asile sont-ils des déserteurs, des victimes de l’artillerie moderne ou bien des malades mentaux ? La guerre peut-elle vraiment rendre fou ?

    Se fondant sur des documents inédits, puisés dans les archives des établissements psychiatriques, Hervé Guillemain et Stéphane Tison font entendre la voix de ceux qui furent brisés par la guerre, les difficultés des familles et la difficile reconnaissance de ce que l’on nomme aujourd’hui le traumatisme de guerre. Des récits vrais, bouleversants dans leur simplicité et leur sobriété, rythment l’enquête. Ils montrent l’ampleur du défi auquel furent confrontés les psychiatres (4e de couverture de l'ouvrage Du Front à l'asile paru chez Alma Editeur).

    Hervé Guillemain et Stéphane Tison sont maîtres de conférences à l’Université du Maine (Le Mans) et membres du CERHIO.
    Hervé Guillemain
    , spécialiste de l’histoire des pratiques de santé, a notamment publié La méthode Coué (Seuil, 2010).
    Stéphane Tison, spécialiste de l’histoire de la Grande Guerre, a notamment publié Comment sortir de la guerre ? 1870-1940 (PUR, 2011).
    Ils ont co-dirigé Expériences de la folie. Criminels, soldats, patients en psychiatrie (XIXe-XXe siècles) (PUR, 2013).

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.