GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 21 Juin
Samedi 22 Juin
Dimanche 23 Juin
Lundi 24 Juin
Aujourd'hui
Mercredi 26 Juin
Jeudi 27 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos

    L’Argentine veut rembourser sa dette

    Le ministre de l'Economie de l'Argentine Axel Kicillof. AFP/Juan Mabromata

    Le ministre argentin de l'Économie était ce lundi 20 janvier en France pour proposer de rembourser au Club de Paris une ardoise de 10 milliards de dollars en suspens depuis son défaut de paiement.

    Depuis sa mise en faillite, il y a treize ans, l'Argentine a stoppé le versement des intérêts de sa dette à ses créanciers membres du Club de Paris, essentiellement le Japon et l'Allemagne. L'offre argentine sera donc examinée avec attention. Ce Club, qui réunit des États, est par nature favorable à des solutions à l'amiable, mais pas question de brader sa crédibilité. C'est pourquoi il y a peu de chances qu'il accepte un paiement en obligation publique argentine comme l'aurait proposé Axel Kicillof, le jeune ministre argentin de l'Économie.

    Mais d'autres arrangements sont à l'étude, et les deux parties sont sorties satisfaites de cette réunion et l'ont fait savoir et c'est peut-être l'élément le plus important. Côté argentin, la communication abondante et positive sur cette réunion, qualifiée d'informelle par le Club de Paris, tranche avec la discrétion traditionnelle du Club.

    L'Argentine cherche à rétablir son image toujours entachée par le défaut de 2001

    C’est urgent, car l'Argentine a besoin de regagner la confiance des marchés pour se financer. 13 ans sans emprunter à l'extérieur c'est possible, grâce à des exportations robustes. Mais cela devient de plus en plus difficile. Sa réserve en dollars s'est effondrée, passant en trois ans de 52 à 30 milliards de dollars pendant que l'inflation incontrôlée mine le peso. Le contrôle des changes imposé depuis 2011 n'a fait que rendre le billet vert encore plus rare, et plus cher.

    Pour retourner sur les marchés, il faut régler les litiges en suspens. Rembourser par exemple les dettes contractées avec des entreprises privées, c'est en cours, ou négocier avec le club de Paris. Mais le plus gros reste à faire: renouer avec les institutions financières internationales. Le Club de Paris a, dans le passé, refusé un accord avec l'Argentine parce que ses relations avec le FMI n'étaient pas normalisées. La principale exigence du Fonds : que l'État fournisse des statistiques fiables à partir de 2014, et non des chiffres fantaisistes comme c'était encore le cas en 2013 quand les autorités argentines minimisent l'inflation à 11 % alors que les instituts privés l'évaluent à 28 %.

    L'Argentine attend, par ailleurs, l'avis de la Cour suprême des États-Unis sur la plainte des fonds vautours

    Cet avis, c'est un peu le quitte ou double dans la saga de la dette argentine. En 2005, l'Argentine a voulu restructurer sa dette, 92 % de ses créanciers ont accepté un effacement partiel. Mais des fonds américains qui avaient acheté des obligations argentines à un prix bradé à cause du défaut de 2001 exigent depuis plusieurs années devant la justice américaine le remboursement à taux plein.

    La justice américaine leur a donné raison plusieurs fois, le dernier espoir pour l'Argentine repose dans la Cour suprême qui a fini par accepter d'étudier la question. Si elle donne raison au Fonds, tout l'édifice de la restructuration s'effondre, tous les créanciers seront en droit de réclamer leur dû et c'est un nouveau défaut de paiement en perspective pour l'Argentine.

    En bref dans l'actualité économique :

    En Égypte, les revenus du tourisme ont chuté de 40% en 2013

    L'éviction de Mohammed Morsi en juillet dernier a brisé cette activité qui représente pour l'Égypte sa première source de devises. Les visiteurs ont déserté le pays les 6 derniers mois de l'année. Le tourisme a rapporté à peine 6 milliards de dollars, contre 10 milliards de dollars en 2012.
     

     


    Sur le même sujet

    • Aujourd'hui l'économie

      La dette française, une hémorragie difficile à juguler sans croissance

      En savoir plus

    • Aujourd'hui l'économie

      La dette des étudiants américains: bulle ou asphyxie?

      En savoir plus

    • Aujourd'hui l'économie

      Chine: l’endettement de l’économie en question

      En savoir plus

    Prochaine émission

    Aux Etats-Unis, démocrates et républicains tous unis contre les GAFA

    Aux Etats-Unis, démocrates et républicains tous unis contre les GAFA
    Aux Etats-Unis, les géants du Net sont désormais dans le collimateur des candidats à la présidentielle. Le sujet sera abordé lors des premiers débats télévisés qui vont opposer les 20 candidats à l’investiture démocrate car ils sont les plus déterminés (…)
    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.