GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 18 Août
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
Mercredi 21 Août
Aujourd'hui
Vendredi 23 Août
Samedi 24 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    Gaz de schiste: la Commission européenne laisse les Etats décider

    Siège de la Commission européenne, à Bruxelles. REUTERS/Francois Lenoir

    La Commission européenne refuse d'encadrer l'exploitation des gaz de schiste.

    Qui ne dit mot consent. En s'abstenant de toute réglementation contraignante sur les gaz de schiste en Europe, la Commission de Bruxelles ouvre de fait la porte à leur exploitation. À charge pour chacun des États membres de décider s’ils veulent ou non explorer cet hydrocarbure non conventionnel. À charge également pour les États d'encadrer eux-mêmes son extraction.

    La Commission regrette qu'il n'ait pas été possible de dessiner un cadre européen pour l'exploitation des gaz de schiste. Mais au bout du compte Bruxelles a préféré ne pas mettre en péril tout le paquet Energie-Climat qui sera examiné par les États en mars prochain. Les positions des États européens étaient inconciliables, entre fervents partisans des gaz de schiste comme le Royaume-Uni, le Danemark et la Pologne, et farouches opposants comme la France et la Bulgarie.

    Avec, au milieu, une Allemagne qui n'interdisait la fracturation hydraulique que dans les sous-sols très riches en eau. Même au sein de la Commission il était difficile de rapprocher les points de vue des commissaires de l'environnement et de l'industrie, ce dernier plaidant l'indépendance énergétique accrue que les gaz de schiste donneraient à l'Europe.

    Aucun cadre contraignant donc, de la part de la Commission. Tout juste des recommandations aux États, Bruxelles leur suggère d'informer correctement les citoyens, de mesurer à tous les stades les répercussions de la fracturation hydraulique sur l'eau, l'air et les sols, et de contrôler les émissions de gaz à effet de serre, si besoin par la capture des gaz. De simples recommandations, dont l'usage par les États membres sera évalué dans un an et demi par Bruxelles. D'ici là, en Europe, le champ du gaz de schiste est libre !


    Sur le même sujet

    • Chronique des Matières Premières

      Total donne un coup d'accélérateur au gaz de schiste au Royaume-Uni

      En savoir plus

    • Chronique des Matières Premières

      Gaz de schiste: coup d'accélérateur en Pologne et nouveau coup de frein en France

      En savoir plus

    • Accents d'Europe

      Les Européens en lutte contre l’exploitation du gaz de schiste

      En savoir plus

    • Reportage International

      Les Anglais s'opposent à l'exploitation du gaz de schiste au Royaume-Uni

      En savoir plus

    • Débat du jour

      La France peut-elle se passer du gaz de schiste ?

      En savoir plus

    • Chronique des Matières Premières

      La part de marché de l'OPEP rognée par le pétrole de schiste en 2014

      En savoir plus

    • Chronique des Matières Premières

      Les pays exportateurs de gaz confrontés à la révolution du gaz de schiste

      En savoir plus

    • Chronique des Matières Premières

      Le gaz et le pétrole de schiste gonflent les réserves mondiales d'hydrocarbures

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.