GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 16 Septembre
Mardi 17 Septembre
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
Aujourd'hui
Samedi 21 Septembre
Dimanche 22 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos

    Pékin ne veut plus du cuivre comme garantie auprès de ses banques

    Cathodes de cuivre. Getty images

    Les cours du cuivre sont en chute libre : moins de 6 500 dollars la tonne, jeudi 13 mars. Des niveaux que l'on n’avait pas vus depuis près de 5 ans. Et c'est la Chine qui est à l'origine de cette grande dégringolade. Pékin fait le ménage et ne veut plus trop voir les banques accepter du cuivre pour garantir les prêts qu'elles accordent.

    C’est un classique, la Chine s'enrhume, et voilà les marchés qui toussent. On les comprend. En matière de cuivre, les Chinois sont des clients de choix. La Chine, c'est 40 % de la consommation mondiale.

    Pendant des années, et la croissance allant, le métal rouge a servi au câblage des immeubles, aux avions ou aux usines. Mais, récemment, le cuivre en Chine a changé de nature. C'est devenu un outil financier. L'essentiel du métal importé, le métal pur, est utilisé par des entreprises chinoises pour garantir les prêts alloués par des banques plutôt conciliantes avec les comptabilités bancales, sachant qu'elles pourront à terme se rembourser avec la vente du cuivre  stocké. En 2013, 80 % du cuivre importé en Chine est passé directement dans ce réseau de financement parallèle.

    Et puis, la semaine dernière, une entreprise s'est retrouvée en défaut de paiement. Incapable de rembourser ses dettes. Le système bien huilé a déraillé, et les autorités chinoises ont décidé de faire un grand ménage, préférant voir les crédits alloués transformés en investissements plutôt qu'en milliers de tonnes de cuivre stockés jamais utilisés. D’autant que la Chine produit, elle aussi. Dans les mines de cuivre que ses entreprises possèdent ici et là en Afrique, notamment, en Zambie ou en RDC, mais aussi au Pérou. A tel point d'ailleurs qu'elle envisagerait cette année d'exporter un peu de son propre métal.

    C’est dans leur culture, les Chinois aiment jouer et spéculer. « Les marchés sont un terrain de jeux, ses règles sont simples, il y a toujours un vendeur et un acheteur, rappelle le stratège en matière première Didier Julienne, et celui qui achète du cuivre aujourd’hui, alors que le cours est au plus bas, est un acheteur heureux. » Et il ne faudra pas s'étonner si les responsables du stock stratégique chinois affichent bientôt un large sourire. 


    Sur le même sujet

    • Chronique des Matières Premières

      Le cuivre de la « colline turquoise » en Mongolie enfin commercialisé

      En savoir plus

    • Chronique des Matières Premières

      Embargo de Kinshasa sur les exportations de cuivre et de cobalt non raffinés

      En savoir plus

    • Chronique des Matières Premières

      Les énormes stocks de cuivre n'avantagent pas les acheteurs

      En savoir plus

    • Chronique des Matières Premières

      Malgré les retards d'investissements, le Chili produira du cuivre comme jamais en 2013

      En savoir plus

    • Chronique des Matières Premières

      La fin annoncée du super-cycle du cuivre

      En savoir plus

    • Chronique des Matières Premières

      Les galériens du cuivre péruvien

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.