GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 24 Juillet
Lundi 25 Juillet
Mardi 26 Juillet
Mercredi 27 Juillet
Aujourd'hui
Vendredi 29 Juillet
Samedi 30 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    Père Cyprien Ahouré, président de la CDVR à Duékoué

    Le Père Cyprien Ahouré, président de la commission dialogue, vérité réconciliation à Duékoué en Côte d'Ivoire. DR

      «Nous avons le devoir et le souci de faire en sorte que la vérité soit dite et que les victimes répertoriées après enquête, puissent être dédommagées de la part de l'Etat.»

      Il y a dix jours se terminait en Côte d'Ivoire la phase pilote des consultations de la commission dialogue, vérité réconciliation (CDVR). L'institution créée au sortir de la crise en septembre 2011 a été vivement critiquée pour son inaction, ces consultations étaient la première occasion pour les victimes d'entrer dans le vif du sujet. Maureen Grisot a rencontré pour RFI le père Cyprien Ahouré, président de la commission locale de la CDVR à Duékoué, dans l'ouest du pays. C'est dans sa paroisse que s'étaient réfugiées plus de 30 000 personnes pendant les violences post-électorales.

      RFI : La phase pilote des consultations dans les commissions locales de la CDVR s’est terminée il y a dix jours. Beaucoup de victimes n’ont pas pu être entendues. Que va-t-il se passer pour elles ?

      Père Cyprien Ahouré : Nous avons auditionné jusque-là plus de 200 personnes pendant dix jours. Ça nous a demandé beaucoup de travail, beaucoup de temps. On a même exagéré ! Vous voyez que ce n’est pas facile. Nous n’arrivons pas à contenir tout ce monde. C’était une première pour nous, et nous voyons que ce fut un succès. Réellement, il y a un engouement, parce qu’il y a beaucoup de victimes ici à Duékoué. Et je crois que le processus ne s’arrête pas. C’est juste une phase pilote, nous allons continuer. Nous espérons que lorsque nous allons commencer de façon nationale même, la phase à grande échelle, nous allons prendre les autres victimes, les autres plaignants qui sont venus signaler un peu tout ce qu’ils ont pu perdre, les personnes et les biens qu’ils ont perdus. Donc, nous avons le temps de prendre tout le monde. Nous avons une liste de 1 000 et quelques personnes inscrites. Nous croyons que nous pourrons arriver à cela.

      Il y a énormément d’attente, vous l’avez dit ; plus de 1 000 victimes enregistrées et certainement beaucoup d’autres qui ne se sont pas encore signalées auprès de la commission locale de la CDVR. Il y a encore beaucoup de maisons en ruines. Aurez-vous les moyens de dédommager toutes ces victimes ?

      Nous, nous avons le devoir et le souci de faire en sorte que la vérité soit faite, soit dite, et que les victimes ainsi répertoriées après enquête puissent bénéficier d’un dédommagement de la part de l’Etat. Je pense que l’Etat, qui est de très bonne foi, va prendre en compte les résultats, les travaux de la CDVR, qui en fait demandent justement à la conclusion de tout, le dédommagement des victimes. Ça fait partie du processus de réconciliation.

      Les procédures pénales devant la justice ivoirienne prennent beaucoup de temps et semblent même ne pas du tout avancer. La CDVR pourra-t-elle agir dans ces crimes de sang ?

      Nous, nous avons le processus de justice traditionnelle. Nous, la CDVR, nous ne sommes ni la police ni la justice. Nous faisons ressortir la vérité par l’écoute des personnes. Le rôle, c’est la phase des audiences publiques. Et au cours de ces audiences publiques, je crois qu’il serait bon pour toutes les personnes, et les bourreaux et les victimes, chacun aura sa part de vérité et pourra dire aussi ce qu’il faut dire. C'est-à-dire savoir dire pardon à son frère. C’est vrai qu’il y a ceux qui ont commis ce qu’on appelle l’abomination, et je pense que ces personnes-là devraient répondre devant la justice. Parce qu’il n’est pas bon de faire beaucoup de tort et de croire que la justice ne fonctionne pas. Pour ma part, en ce qui me concerne personnellement, j'ai foi en la justice. Et c’est vrai que ça prend du temps, mais on doit arriver à une réparation judiciaire. Et je pense que la justice doit se faire. J’encourage les citoyens à venir déclarer ce qu’ils ont perdu, ce qu’ils ont pu vivre dans cette crise, et nous permettre, à nous membres de la CDVR, de faire normalement notre travail, c'est-à-dire d’aller jusqu’à la vérité et jusqu’au dédommagement. La CDVR aussi, peut-être, peut recommander que certaines personnes soient remises à la justice pour répondre de leurs actes.

      Etes-vous certain que les bourreaux se présenteront lors des phases de consultations publiques ?

      Après trois ans, on peut se regarder dans les yeux, et peut-être se demander pardon. Je voudrais que les bourreaux se présentent dans un souci de faire le bien. C’est un souci d’aider la nation à se retrouver, à se réconcilier avec elle-même. C’est possible. On a vu cela ailleurs. On peut demander pardon pour le mal qu’on a commis. Je pense qu’ils ont le devoir de se présenter pour qu’on puisse trouver une solution à ce qu’ils ont bien pu faire. Et puis il y a ceux qui – je le disais tout à l’heure – ont commis des abominations. Ces personnes-là aussi auront le courage, peut-être, de dire : je mérite quand même de passer devant la justice. Et je pense que la justice n’est pas si mauvaise en soi. C’est une opportunité qu’on peut saisir de se refaire.

      Les victimes ont beaucoup attendu. La crise s’est terminée il y a trois ans. Cette attente a eu quelles conséquences selon vous ?

      Je pense que la CDVR ne perd pas le temps. La réconciliation ne se décrète pas en une année, deux ans, trois ans. C’est vrai que nous sommes impatients. Les victimes souffrent encore. Les gens attendent quelque chose, mais je demande que l’on patiente un peu et je comprends un peu les inquiétudes des uns et des autres. Mais nous y arriverons. Et s’il y a les moyens, la bonne volonté et la sincérité, nous irons jusqu’au bout et très vite, même.

      Dans son mandat, la CDVR doit faire la vérité sur les crimes passés dans un pays où c’est plutôt l’impunité qui règne. Pensez-vous que ce mandat soit réalisable ?

      Nous, à la CDVR, nous ne parlons pas d’impunité. Nous parlons plutôt d’arriver à la vérité. Et lorsque nous arriverons à la vérité et que la vérité sera faite, je pense que les décisions qui seront prises, qui incombent maintenant à l’Etat de Côte d’Ivoire, à ce moment-là la CDVR pourra apprécier. Il est un peu tôt pour apprécier. Nous n’avons pas encore conclu le processus. Et je crois que quand on aura fini et qu’on aura écouté les uns et les autres, et que les bourreaux seront face à des méthodes de justice traditionnelle ou de justice répressive, je pense que quand nous allons arriver à cela, nous pourrons déduire ou dire s’il y a impunité ou n’y a pas impunité. Et nous verrons.


      Sur le même sujet

      • Côte d'Ivoire

        Début du recensement de la population en Côte d'Ivoire

        En savoir plus

      • Côte d'Ivoire: la société civile dénonce le régime d'impunité

        En savoir plus

      • COTE D'IVOIRE

        Côte d'Ivoire: 70 détenus pro-Gbagbo en liberté provisoire à Abidjan

        En savoir plus

      • Côte d'ivoire

        Les ressortissants ouest-africains en Côte d'Ivoire veulent participer à la pacification nationale

        En savoir plus

      1. 1
      2. 2
      3. 3
      4. ...
      5. Suivant >
      6. Dernier >
      Les émissions
      Commentaires
       
      Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.