GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 17 Août
Dimanche 18 Août
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
Aujourd'hui
Jeudi 22 Août
Vendredi 23 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    L'annexion russe de la Crimée dope les cours du nickel

    L'appétit des spéculateurs pour le nickel augmente, et il fait grimper les cours du métal en flèche ces derniers jours : à 16 230 dollars la tonne, ils sont à leur plus haut niveau depuis près d'un an. Getty Images/Gilliane Tedder

    La crise entre les Européens et Moscou propulse les cours du nickel, dont la Russie est un des principaux fournisseurs mondiaux.

    L'annexion russe de la Crimée dope les cours du nickel. La géopolitique réussit ce que l'embargo de l'Indonésie sur son nickel brut avait échoué à produire : une véritable envolée des prix du métal, utilisé dans la fabrication des aciers inoxydables. Depuis le 1er janvier, Djakarta a stoppé ses exportations de nickel non raffiné. Officiellement pour encourager la transformation du minerai, jusqu'à présent négligeable sur le territoire indonésien ; mais surtout pour faire remonter les cours mondiaux, sans véritable succès.

    Car malgré la timide reprise de la consommation du métal dans les pays occidentaux, malgré le maintien de la production dans les aciéries chinoises, les stocks mondiaux de nickel sont très abondants, que ce soit dans les entrepôts de la bourse de Londres ou dans les entrepôts de Chine, pleins de fonte de nickel.

    C'est la crise ukrainienne et ses prolongements en Crimée qui ont finalement le plus d'impact sur les cours, via les spéculateurs, explique Didier Julienne, expert des métaux. Ces investisseurs ont vendu leurs actions à la bourse de Moscou, pour acheter des matières premières susceptibles de grimper à cause de la crise ukrainienne. Les marchés ne croient pas à une guerre du gaz entre la Russie et l'Europe. Alors, quoi de mieux que le nickel, dont la Russie est le deuxième exportateur mondial, derrière l'Indonésie - nickel dont la Russie est le principal fournisseur à l'Europe ?

    Le risque d'une interruption des expéditions de nickel russe vers Amsterdam est fort peu probable. A ce jour, on n'observe aucune perturbation. Pourtant l'appétit des spéculateurs pour le nickel augmente, et il fait grimper les cours du métal en flèche ces derniers jours : à 16 230 dollars la tonne, ils sont à leur plus haut niveau depuis près d'un an, une hausse de 20 % par rapport au creux de novembre dernier.

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.