GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 18 Novembre
Mardi 19 Novembre
Mercredi 20 Novembre
Jeudi 21 Novembre
Aujourd'hui
Samedi 23 Novembre
Dimanche 24 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Bolivie: le gouvernement intérimaire proteste contre des activités de Morales au Mexique
    • Donald Trump souhaite l'ouverture d'un procès en destitution au Sénat (Maison Blanche)

    Twitter censuré en Turquie

    Recep Tayyip Erdogan a bloqué Twitter dès vendredi 21 mars 2014. REUTERS/Dado Ruvic

    Nous parlons avec Amaury de Rochegonde, de l’hebdomadaire Stratégies, de la censure de Twitter par le Premier ministre Erdogan, en Turquie, qui provoque une mobilisation de la « twittosphère ».

    Les empereurs romains avaient, dit-on, coutume d’assassiner les messagers porteurs de mauvaises nouvelles. La décision du Premier ministre turc Erdogan de couper jeudi 20 mars, l’accès à Twitter, afin d’empêcher la diffusion de conversations téléphoniques piratées qui le mettent en cause dans un scandale de corruption, relève un peu du même réflexe. Car qu’est que Twitter si ce n’est un simple messager, un canal de diffusion dépourvu de toute ligne éditoriale ? Recep Tayyip Erdogan n’a à craindre aucune hostilité délibérée du réseau social. Et pourtant, sous prétexte de décision de justice, le Premier ministre turc s’en est pris à ce qui paraît être la principale caisse de résonance auprès des populations soucieuses de s’informer en Turquie. Il rejoint ainsi la cohorte des autocrates qui prétendent contrôler internet.

    Le contrôle des réseaux est une mesure d’urgence qu’on a déjà vu à l’œuvre en Iran en 2009 ou en Egypte deux ans plus tard. Souvenez-vous, en Iran, lors de la réélection d’Ahmadinejad, contestée par de vives manifestations, le régime n’avait pas hésité à bloquer l’accès à Facebook, YouTube ou Twitter. Auparavant, Twitter avait accepté de différer une maintenance de son réseau pour ne pas nuire aux opposants qui profitaient des réseaux sociaux pour mobiliser leurs militants ou diffuser des informations. En Egypte, en 2011, quelques jours avant sa chute, Hosni Moubarak, avait, lui, été jusqu’à couper internet en s’attaquant au réseau des quatre principaux opérateurs. Il avait alors été possible de se servir du téléphone pour envoyer des tweets.

    En Turquie, on peut dire qu’Erdogan va très loin puisque même la Syrie de Bachar el-Assad n’a pas été jusqu’à interdire Twitter. Sa décision, qui prétend se moquer de la communauté internationale, ne peut pourtant pas ignorer les réactions en Turquie, à commencer par celle du président de la République, Abbdullah Gül, qui condamne ce qu’il qualifie de censure tout en étant du même parti l’AKP. Mais il devra aussi prendre en compte la mobilisation de la « twittosphère », qui offre des procédés de contournement de la censure et entend défendre une liberté fondamentale. Au fond, il en va de Twitter comme de la modernité : on peut être contre, elle vous rattrape toujours tôt ou tard. Paul Kagame, le président rwandais en est lui-même tellement convaincu qu’il ne jure plus que par les gazouillis de Twitter. Au point de s’être fait épingler par un journaliste qui l’a retrouvé derrière un pseudonyme. Le président s’était trompé en répondant sur son compte officiel à une question adressée à son pseudo…


    Sur le même sujet

    • TURQUIE/ETATS-UNIS

      Les Etats-Unis condamnent le blocage de Twitter par la Turquie

      En savoir plus

    • Turquie

      La Turquie bloque l'accès à Twitter

      En savoir plus

    • Turquie / Liberté d’expression

      Turquie : Le pianiste Fazil Say condamné pour des propos anti-islam sur Twitter

      En savoir plus

    • Les chaînes d’infos, un an après les débuts des «gilets jaunes»

      Les chaînes d’infos, un an après les débuts des «gilets jaunes»

      C'est l'heure du bilan pour les chaînes d’information en continu, un an après le démarrage du mouvement des « gilets jaunes », en France.

    • Netflix a enfin une vraie concurrence

      Netflix a enfin une vraie concurrence

      Nous parlons aujourd'hui des plateformes de streaming vidéo qui viennent concurrencer Netflix. Au Royaume-Uni, la BBC et ITV ont lancé Britbox cette semaine. Le 12 novembre, …

    • Facebook et la vérification des faits en Afrique

      Facebook et la vérification des faits en Afrique

      Facebook développe son programme de fact-checking en Afrique. La plateforme a même annoncé cette semaine qu'elle avait démantelé une opération de désinformation russe.

    • Google en plein bras de fer avec les journaux

      Google en plein bras de fer avec les journaux

      Les éditeurs de presse français se battent pour les « droits voisins », qui visent à rémunérer les médias pour l’utilisation de leurs articles sur Google. Une loi est …

    • XDDL ou la logique du pyromane pompier

      XDDL ou la logique du pyromane pompier

      Retour sur le ratage médiatique autour de la pseudo-arrestation de Xavier Dupont de Ligonnès. Une méprise qui pourrait s’expliquer par la volonté d’allumer un feu au …

    • Apple se censure en Chine

      Apple se censure en Chine

      Où il est question de l’influence de la Chine sur les géants américains du numérique. Cette semaine, Apple a été contraint de retirer une application de localisation …

    • L'ambigu Éric Zemmour

      L'ambigu Éric Zemmour

      Le polémiste Éric Zemmour a suscité un véritable tollé, après ses propos anti-islam et anti-immigration tenus samedi dernier à une tribune politique et retransmis en …

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.