GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 21 Septembre
Jeudi 22 Septembre
Vendredi 23 Septembre
Samedi 24 Septembre
Aujourd'hui
Lundi 26 Septembre
Mardi 27 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos

    La Thaïlande veut se débarrasser de ses stocks de caoutchouc

    Les cultivateurs thaïlandais de caoutchouc sont très en colère, car ils craignent une chute plus grave encore des prix du nouveau caoutchouc qu'ils s'apprêtent à produire. REUTERS/Zainal Abd Halim/

    Après les stocks de riz, qui valent des ennuis judiciaires à la Première ministre destituée, ce sont les stocks de caoutchouc que la Thaïlande veut écouler sur le marché mondial, ce qui fait plonger davantage les cours.

    La Thaïlande veut se débarrasser.... de ses stocks de caoutchouc. Avec le riz, c'est l'autre fiasco économique du gouvernement, qui vient de voir tomber sa Première ministre, Yingluck Shinawatra, inquiétée par la justice pour sa gestion du programme de soutien aux riziculteurs.

    Bangkok a acheté des tonnes de riz aux paysans, mais aussi des tonnes de caoutchouc. Pour la somme de 22 milliards de bahts, 680 millions de dollars, pratiquement toute la production des hévéas thaïlandais entre octobre 2012 et mai 2013. L'espoir était, comme pour le riz, de voir cette rétention doper les cours internationaux, la Thaïlande étant là aussi le premier exportateur mondial.

    Pas de chance, à la fin du mois de janvier dernier, on apprenait que la Chine, premier importateur mondial, avait dans ses ports les stocks de caoutchouc les plus élevés depuis neuf ans. Avec des perspectives de croissance moindre pour la construction automobile chinoise et donc la demande en pneus, 60 % de l'usage du caoutchouc, les cours de cette matière première ont encore perdu un quart de leur valeur depuis le début de l'année. Le ralentissement de la production entre février et avril, l'hivernage pendant lequel on saigne moins les hévéas, n'a même pas redressé les cours. Ce n'est donc pas le moment de vendre les stocks publics thaïlandais, juste au moment où l'on recommence à saigner les hévéas dans toute l'Asie du sud-est.

    Mais le gouvernement de Bangkok ne peut plus se permettre de perdre de l'argent en laissant 500 000 tonnes de caoutchouc s'abîmer. Il est prêt à brader ce caoutchouc à n'importe quel type d'acheteur, exportateur, négociant ou fabriquant de pneus. Les cultivateurs thaïlandais de caoutchouc sont très en colère, car ils craignent une chute plus grave encore des prix du nouveau caoutchouc qu'ils s'apprêtent à produire et ils menacent de manifester, ce qui n'arrangera pas la situation du pouvoir encore en place à Bangkok.


    Sur le même sujet

    • Les producteurs veulent un rebond des prix du caoutchouc

      En savoir plus

    • Les producteurs de caoutchouc menacent de paralyser la Thaïlande

      En savoir plus

    • Mollesse des prix du caoutchouc

      En savoir plus

    • Le pari thaïlandais pour faire remonter les cours du caoutchouc

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.