GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 28 Juin
Mercredi 29 Juin
Jeudi 30 Juin
Vendredi 1 Juillet
Aujourd'hui
Dimanche 3 Juillet
Lundi 4 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    Les armateurs grecs, les insubmersibles du commerce mondial

    Un bateau de transport de marchandises. Getty Images/Digital Vision/Kevin Phillips

      Le salon Posidonia attire cette semaine à Athènes les armateurs du monde entier. C'est avec sans doute une pointe de fierté que la Grèce accueille ses hôtes, car sa flotte est à nouveau la première au monde.

      Les Grecs ont retrouvé la première place du podium mondial de la flotte marchande que les Japonais avaient réussi à leur ravir pendant quelques années. Avec moins de bateaux que leur concurrent du Pacifique, ils ont le plus grand tonnage au monde, 164 millions de tonnage brut selon la compagnie Clarksson qui publie chaque année un classement international des armateurs. Soit 16 % des capacités mondiales. Grisés par l'envolée du fret les Japonais se sont fortement endettés entre 2004 et 2007 pour acquérir de nouveaux bateaux.

      Quand la crise survient, ils sont pris à la gorge et souffrent durement tandis que les Grecs, qui avaient été plus prudents pendant cette période, ont des munitions en réserve pour résister à la bourrasque et repartir à l'assaut au moment où tout le monde boit la tasse. L'année dernière les armateurs grecs ont investi 13 milliards de dollars dans la construction de nouveaux bateaux et ce chiffre pourrait doubler cette année. Une fois encore les armateurs grecs n'ont pas failli à leur réputation d'insubmersibles de la flotte marchande.

      La crise grecque les égratigne à peine, comment expliquer cette immunité ?

      Les armateurs représentent le secteur le plus dynamique de l'économie grecque, en chiffre d'affaires le commerce maritime dépasse le tourisme depuis dix ans. C'est en même temps une activité totalement déconnectée de la réalité grecque. Le transport destiné à leur pays ne représente que 1% de leur activité. Ils transportent surtout du pétrole, des céréales pour le compte de clients internationaux. Et puis le fret est par définition une industrie totalement mondialisée, les bateaux sont construits en Asie et le fret est financé hors de Grèce.

      A la faveur de la crise, les armateurs grecs ont d'ailleurs renforcé leurs liens avec Pékin. La Chine a l'argent et elle a besoin d'eux. D'abord parce que leurs commandes de navires donnent du travail aux chantiers navals. Ensuite parce que la flotte grecque très impliquée dans le fret pétrolier assure l'acheminement de 60% des importations chinoises de brut.

      Est-ce que la flotte grecque n'a pas aussi profité d'un statut fiscal très avantageux ?

      Les armateurs grecs effectivement ne paient pas d'impôt sur le revenu, pas d'impôt non plus sur les bénéfices. Ils doivent simplement acquitter une taxe forfaitaire sur le tonnage des navires battant pavillon grec. Cela ne concerne que le quart de leur flotte. Ce statut choquant dans un pays foudroyé par la crise de la dette est pourtant celui qui a permis à cette industrie de rester grecque, ou plutôt de le redevenir.

      Ce régime a été introduit dans les années 60 pour faire revenir au Pirée des armateurs déjà très présents à Londres. Mais la crise a eu raison de ce privilège, et un impôt exceptionnel a été voté en décembre 2013 pour taxer pendant trois ans les armateurs en fonction de la taille des bâtiments. Pour éviter la surenchère fiscale, les armateurs ont multiplié les gestes de solidarité avec leur pays. Ils peuvent aussi à tout moment fuir vers des cieux plus cléments. Cela prend à peu près 24 heures pour modifier le régime fiscal d'un bateau.

      1. 1
      2. 2
      3. 3
      4. ...
      5. Suivant >
      6. Dernier >
      Les émissions
      Commentaires
       
      Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.