GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 11 Octobre
Samedi 12 Octobre
Dimanche 13 Octobre
Lundi 14 Octobre
Aujourd'hui
Mercredi 16 Octobre
Jeudi 17 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    Australie: l’industrie du charbon malmenée par les écologistes

    La Grande Barrière de corail est menacée par l'élargissement du port de mineralier d’Abbot Point sur la côte du Queensland, au nord est de l’Australie. Getty Images/Vetta/Gallo Images

    Jusqu’en France, les écologistes se mobilisent contre les projets de l’industrie minière en Australie, pour préserver la Grande Barrière de corail.

    Les écologistes parviennent à malmener la puissante industrie du charbon en Australie. Hier encore, ils protestaient jusque dans le sud-ouest de la France en déversant deux tonnes de charbon devant la Société Générale de Bayonne parce que la banque française finance en Australie un immense terminal charbonnier (Port Abbott Point) près de la Grande Barrière de corail. Ce nouveau port permettrait de développer les gigantesques réserves de charbon thermique du Queensland, dans le nord-est de l'Australie, déjà premier exportateur mondial de ce combustible, notamment vers la Chine et l'Inde. Le projet a été approuvé par les autorités.

    Mais l'idée de draguer 3 millions de m3 de sédiments à quelques kilomètres d'une des plus grandes réserves de biodiversité marine au monde révulse les écologistes de la planète entière autant que les professionnels du tourisme en Australie. Même l'Unesco se demande s'il ne va pas inscrire la Grande Barrière de corail sur sa liste des patrimoines mondiaux en danger. Du coup les investisseurs commencent à fuir ce projet, comme d'autres liés au charbon, une énergie devenue décidément trop sale à leurs yeux. La plus grande banque européenne, Deutsche Bank, a renoncé il y a quelques jours à financer le port minéralier australien, déjà retardé par la chute des prix du charbon. HSBC a promis qu'elle n'y mettrait pas un euro.

    En revanche, les investisseurs australiens continuent à soutenir, tout comme les politiques, l'industrie du charbon dans leur pays : 60 milliards de dollars de revenus - autant que le minerai de fer et l'agriculture - et 200 000 emplois... A l'heure du ralentissement économique australien, ce sont des arguments que les groupes miniers savent brandir. A coup de spots télévisés et d'interventions sur les réseaux sociaux, l'industrie minière mène une véritable contre-offensive médiatique pour ne pas perdre le soutien de l'opinion australienne.

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.