GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 13 Juillet
Dimanche 14 Juillet
Lundi 15 Juillet
Mardi 16 Juillet
Aujourd'hui
Jeudi 18 Juillet
Vendredi 19 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Washington sanctionne le chef de l'armée birmane pour le «nettoyage ethnique» des Rohingyas
    • Élection de von der Leyen: «Nous pouvons être fiers de l'Europe» (Macron)
    • Élection von der Leyen: Merkel félicite une européenne «convaincue»
    • Les Etats-Unis souhaitent la poursuite du dialogue avec Pyongyang malgré sa mise en garde
    • Football: le Cameroun se sépare de Clarence Seedorf (sélectionneur) et de Patrick Kluivert (adjoint)
    • Disparition du musicien sud-africain Johnny Clegg (médias locaux)
    • Von der Leyen appelle tous les eurodéputés à travailler ensemble «de façon constructive»

    Mohamed Ould Abdel Aziz, président de la République mauritanienne

    Mohamed Ould Abdel Aziz. REUTERS/Francois Lenoir

    Mohamed Ould Abdel Aziz le président mauritanien vient d’être réélu samedi 21 juin, pour un second mandat à la tête du pays. Avec plus de 81% il caracole largement en tête et laisse loin derrière ses concurrents qui ne franchissent pas la barre des 10%. Quel regard porte-t-il sur ce scrutin boycotté par l’opposition, quelles sont ses priorités, et compte-t-il s’arrêter à deux mandats comme le prévoit la Constitution ? Le président mauritanien répond aux questions de Marie-Pierre Olphand pour RFI et de Charlotte Bozonnet du journal Le Monde.

     

    RFI : 81%, c’est un très bon score. Est-ce que vous dites merci à l’opposition qui a boycotté ce scrutin ?

     

    Mohamed Ould Abdel Aziz : Je dis merci d’abord au peuple mauritanien qui m’a permis d’avoir ces 80%. Je respecte la position de l’opposition, ils ont pris la décision de boycotter ces élections. De toute façon, les résultats sont là.

    Ils ne vous ont pas ouvert un boulevard en boycottant ?

    Non, pas tellement parce que je viens de terminer mon mandat avec un résultat très positif, qui est visible sur le terrain. Et je crois que c’est essentiellement cela la cause de ma réélection et non pas seulement le boycott de l’opposition.

    Juste derrière vous, en deuxième position il y a Biram Ould Dah Ould Abeid. C’est un nouveau venu sur la scène politique, un militant qui lutte contre l’esclavage. Est-ce qu’il y a eu un phénomène Biram dans ce scrutin ?

    Je ne pense pas pour la simple raison, c’est qu’il est derrière moi, mais très loin derrière moi. De toute façon, parmi cinq candidats, il faut qu’il y ait un premier, un deuxième, un troisième, un quatrième et un cinquième.

    Est-ce que vous confirmez que vous avez aidé Biram Ould Dah Ould Abeid à être candidat en lui permettant d’avoir les signatures nécessaires pour que sa candidature soit validée par le Conseil constitutionnel ?

    Je ne l’ai pas aidé personnellement, mais il y a des conseillers peut-être de mon parti qui l’ont aidé pour lui permettre de pouvoir se présenter effectivement.

    C’était important qu’il soit candidat ?

    C’était important pour lui, pour la démocratie peut-être aussi. On a besoin quand même d’aller aux élections avec des candidats.

    Vous vous apprêtez à débuter un second mandat. Quelle est votre priorité numéro un ?

    Pour mon deuxième mandat, la priorité est de consolider les acquis et continuer à construire mon pays, à le sécuriser d’abord pour pouvoir bien le développer. C’est cela mon objectif. Améliorer les conditions de vie de ma population, sur le plan de la santé, sur le plan de l’éducation, sur le plan des infrastructures routières.

    La lutte contre la corruption était une promesse au début de votre premier mandat. Aujourd’hui, la loi d’orientation contre la corruption n’a pas été adoptée, il n’y a toujours pas de parquet anti-corruption. La Cour des comptes n’a pas publié de rapport depuis 2011. Pourquoi ?

    Dans mon programme effectivement, j’avais dit que j’allais combattre la corruption et la gabegie. Je crois que j’ai réussi aussi à le faire. Tout cela s’est presque arrêté. On peut dire qu’on a fait un travail exceptionnel sur ce plan.

    Certains de vos partenaires réclament quand même encore aujourd’hui des signaux forts pour freiner la corruption. Est-ce que des outils vont être mis en place pendant ce second mandat ?

    Je ne suis pas au courant de ces partenaires qui nous demandent encore plus de lutte contre la corruption. Pour les outils, nous avons une Cour des comptes qui travaille. Elle nous envoie régulièrement des rapports, l’Inspection générale d’Etat fait des contrôles ponctuels et des contrôles réguliers. Les choses se passent très bien. Et ça a mis un frein carrément à la gabegie et la corruption.

    Une autre de vos priorités a été la lutte contre les groupes jihadistes. Est-ce que vous estimez que tout risque est écarté pour votre pays ?

    C’est ce que je souhaite effectivement. Nous avons fait tous les efforts nécessaires, mais c’est vrai que le danger n’est pas loin.

    La menace existe toujours ?

    La menace existe tant que les problèmes entre ne sont pas totalement réglés dans cette grande région qu’on appelle le Sahel. En tout cas, ce que je peux vous garantir c’est que sur notre territoire, il n’existe aucun terroriste. Nous sommes très vigilants.

    Vous avez obtenu à la fin du mois de mai un cessez-le-feu à Kidal au Mali. Aujourd’hui, les pourparlers n’avancent pas. D’où vient le blocage ?

    Je ne pense pas qu’il y ait forcément un responsable. Mais il faut savoir quand même que c’est un problème assez complexe qui date pratiquement de plus d’un demi-siècle. Il faut beaucoup de temps pour le régler, il faut beaucoup de volonté. Et il faut beaucoup de sacrifice de la part de toutes les parties pour le régler. Et ça ne peut pas se régler en l’espace d’une semaine. J’ai aidé pour arriver à ce cessez-le-feu, mais le cessez-le-feu ne pourra être qu’un tremplin vers un dialogue, peut-être très loin d’ailleurs, qui va permettre un jour, souhaitons-le, d’arriver à des résultats beaucoup plus positifs, c’est-à-dire avec la conclusion d’un accord qui va nous permettre d’aller vers une paix durable. Mais pour cela, il faut quand même qu’il y ait la volonté de toutes les parties et il y a un sacrifice nécessaire, qu’il y ait le courage aussi.

    Vous allez débuter dans quelques jours votre second mandat. Est-ce que ce sera votre dernier mandat, comme le prévoit la Constitution mauritanienne ?

    Oui, comme le prévoit la Constitution mauritanienne, c’est mon dernier mandat.

    Même si le peuple le demande, vous ne chercherez pas à faire un troisième mandat ?

    C’est tout ce que j’avais à dire.


    Sur le même sujet

    • Mauritanie

      Mauritanie: Mohamed ould Abdel Aziz réélu au premier tour

      En savoir plus

    • Mauritanie

      Mauritanie: Ould Abdel Aziz gagnant, selon les premières tendances

      En savoir plus

    • Mauritanie

      Mauritanie: le taux de participation enjeu de la présidentielle

      En savoir plus

    • Mauritanie

      Mauritanie: fin d’une campagne accaparée par le président Aziz

      En savoir plus

    • MAURITANIE

      Présidentielle en Mauritanie : dernier jour de campagne

      En savoir plus

    • MAURITANIE

      Présidentielle en Mauritanie : la population réclame de l'argent et du travail

      En savoir plus

    • Mauritanie

      Mauritanie: le porte-parole du président Aziz face aux accusations

      En savoir plus

    • Mauritanie

      Campagne présidentielle en Mauritanie: Aziz tient le haut de l’affiche

      En savoir plus

    • Mauritanie

      Présidentielle en Mauritanie: la campagne est lancée sans enthousiasme

      En savoir plus

    • MAURITANIE

      Mauritanie: l’APP appelle à son tour au boycott de la présidentielle

      En savoir plus

    Prochaine émission

    Décès d'Ousmane Tanor Dieng: «Le Parti socialiste sénégalais est orphelin»

    Décès d'Ousmane Tanor Dieng: «Le Parti socialiste sénégalais est orphelin»
    Ousmane Tanor Dieng, 72 ans, une figure de la vie politique sénégalaise, s’est éteint ce lundi 15 juillet à Bordeaux. Secrétaire national du Parti socialiste (PS) sénégalais, Ousmane Tanor Dieng faisait partie de la coalition présidentielle et dirigeait (…)
    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.