GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 20 Novembre
Mardi 21 Novembre
Mercredi 22 Novembre
Jeudi 23 Novembre
Aujourd'hui
Samedi 25 Novembre
Dimanche 26 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos

    A la Une : Maghreb, l’inquiétante menace terroriste

    © AFP/Pius Utomi Ekpei

    « Qu’ils soient d’Aqmi, de Ansar Charia ou du tout nouveau Daach (Etat Islamique), ils veulent tous la même chose, s’inquiète Maghreb émergent : déstabiliser la région et s’en servir comme base de recrutement de djihadistes. » En Algérie, apprend-on dans cet article, les services de sécurité ont, démantelé un réseau de recrutement de Daach, qui envoyait en Europe du Sud des kamikazes pour y perpétrer des attentats terroristes, selon le quotidien algérien qui reprend une info du journal Ennahar. Cent soixante Syriens, dont des femmes et des enfants, ont été simultanément interpellés, dans différentes régions d’Algérie, ils devaient rejoindre la Libye, et portaient tous des téléphones portables d’un même modèle. Des appareils de navigation GPS et une somme de 100 000 dollars aurait même été saisie.

    « En Tunisie, poursuit Maghreb émergent, des rumeurs récurrentes, démenties par les autorités, font état de la présence de jihadistes d’origine palestinienne en provenance de Syrie, affiliés à Daach, qui auraient construit des tunnels entre l’Algérie et la Libye. » Au Maroc, un réseau terroriste aurait été démantelé la semaine dernière qui s’apprêtait à planifier l’exécution d’actes terroristes à l’intérieur du Royaume en utilisant des armes à feu et des explosifs. « Un remake des attentats terroristes de mai 2003 à Casablanca, qui avaient fait 45 morts et de nombreux blessés, n’est pas exclu par les autorités marocaines, qui font tout pour que la lutte antiterroriste se fasse dans la plus grande discrétion », nous dit encore Maghreb émergent.
     
    Enfin, la Libye est au centre de toutes les inquiétudes rappelle le quotidien algérien. Le pays est en proie à des combats meurtriers entre forces armées et groupes jihadistes, à la prolifération des armes et l’absence de gouvernement. Maghreb émergent évoque à nouveau un message d’alerte des services de renseignements américains mi-août 2014, à propos d’avions civils libyens tombés aux mains des terroristes d’Aqmi et Ansar Charia qui auraient été piégés et pourraient être utilisés pour des attaques ciblées en Algérie, au Maroc et en Tunisie.
     
    Mali : IBK contraint de signer la paix
     
    Au Mali, le président IBK est obligé de faire des concessions aux groupes armées s’il veut obtenir une paix durable, selon Maliweb ce matin. « Longtemps hésitant, le président IBK s’est définitivement résolu à négocier avec les groupes armés depuis la cinglante défaite infligée aux troupes maliennes, le 21 mai 2014 à Kidal ». Et les négociations, qui ont débuté il y a quelques semaines, se poursuivront en septembre 2014 sous l’égide de l’inévitable voisin algérien, le parrain des précédents accords de Tamanrasset en 1991 et d’Alger en 2006, constate le site d’information en ligne malien. Ibrahim Boubakar Keita fut pourtant longtemps un ferme opposant à toutes négociations avec les groupes armés du nord, selon lui. Maliweb, se souvient qu’il s’était en 2006, bruyamment élevé contre l’accord de paix d’Alger, « jugeant qu’il portait atteinte à la souveraineté nationale».
     
    « Devenu chef de l’Etat, il se rend à l’évidence », estime Maliweb. « Les groupes armés du nord quant à eux, sont en position de force, ils n’ont accepté que du bout des lèvres le cessez-le-feu après leur victoire militaire à Kidal. Il a fallu que la France et l’ONU déploient des trésors de diplomatie pour les convaincre d’accepter le processus de dialogue politique prôné par la communauté internationale ». Renforcés, les rebelles viennent de peaufiner leurs doléances qu’ils remettront, à très bref délai, au médiateur algérien. Ils demandent trois choses : L’intégration de 3 000 combattants dans l’armée malienne, l’octroi du grade de général à 100 de leurs officiers et enfin l’institution d’un statut particulier pour l’ensemble des trois régions du nord, Kidal, Gao et Tombouctou.
     
    De son côté, estime Maliweb, le gouvernement malien, fragilisé par la suspension des financements du FMI, de la Banque mondiale et de l’Union européenne, serait prêt à signer tout accord qui préserverait l’intégrité du territoire national et la laïcité de l’Etat.
     
    Ebola : un docteur miraculé
     
    Au Liberia, un des deux médecins qui devait recevoir le sérum expérimental américain semble guéri. Selon le journal The Observer de Monrovia, le docteur Ireland est guéri sans même avoir pris le sérum, il serait sorti du centre d’isolement où il se trouvait en quarantaine pour soigner à nouveau les malades. On le voit en photo lever les bras au ciel en signe de victoire. Il est resté trois semaines en quarantaine, très malade, le teint blafard, les cheveux gris, il avait sombré dans la dépression, mais gardait espoir, nous informe The Observer. Ses collègues disent de lui qu’il est littéralement ressuscité de la mort.... « Merci dieu », répète-t-il autour de lui désormais, alors que le docteur Ireland prétend avoir été sauvé grâce à ses seules prières. Lui et le docteur Borbor, pour le coup toujours malade, travaillent pour le centre médical John F. Kennedy, le plus gros hôpital de Monrovia.

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.