GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 14 Janvier
Mardi 15 Janvier
Mercredi 16 Janvier
Jeudi 17 Janvier
Aujourd'hui
Samedi 19 Janvier
Dimanche 20 Janvier
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    Le blé français ne se remet pas de l'été froid et pluvieux

    Un champ de blé à Beaucamps-le-Vieux, dans le nord de la France, le 31 juillet 2014. REUTERS/Benoit Tessier

    Le froid et la pluie de l'été ont dégradé la qualité du blé en France, le commerce de la céréale en est bouleversé.

    Le blé français ne se remet pas de l'été « pourri ». A cause des intempéries, la moisson n'est toujours pas terminée. Et si les quantités sont importantes, la qualité d'une partie de la récolte a été gâchée par le froid et la pluie. La teneur en protéines n'est pas formidable - même si elle est un peu meilleure que l'an dernier. Mais c'est surtout la teneur en amidon, propre à faire gonfler le pain, qui est médiocre. Deux critères sur lesquels ne transigent pas les importateurs de blé français.

    Le négoce a-t-il été tenté de le mélanger avec d'autres blés européens pour satisfaire ces clients étrangers, au premier rang desquels l'Algérie ? Quelques cargos de blés anglais et baltes sont arrivés dans les ports français. Il s'agit uniquement de satisfaire l'industrie hexagonale, précise une source proche du négoce. Il n'est pas rentable d'importer du blé européen en France pour le réexporter en Afrique, poursuit-elle.

    Quoiqu'il en soit, une lettre d'Alger rappelant les règles à ses fournisseurs a coupé l'épi sous le pied de ceux qui auraient envisagé d'expédier des mélanges. « Nous allons garder nos meilleurs blés pour l'exportation », promet l'Association française générale des producteurs de blé, et « nous travaillerons le reste de la marchandise pour satisfaire la demande française ».

    Restera à écouler les quantités beaucoup plus importantes cette année de blé français déclassé en qualité fourragère. Il y a un débouché pour l'alimentation animale, en France et en Europe. L'avantage du blé c'est qu'il est à la fois source d'énergie et de protéines, alors que le maïs a besoin d'être complété par le soja.

    Des camions et des barges de blé fourrager français ont déjà pris la direction de la Belgique et des Pays-Bas. Pourquoi pas l'Asie ? Ce serait une nouvelle destination pour le blé français, qui viendrait concurrencer le maïs américain. Mais là tout sera question de prix dans le choix des éleveurs.

     


    Sur le même sujet

    • Le blé français indésirable en Egypte

      En savoir plus

    • Le blé français handicapé par les insuffisances portuaires

      En savoir plus

    • Le blé suit l'escalade en Ukraine et les températures aux Etats-Unis

      En savoir plus

    • La prochaine récolte de blé russe ne trouve pas d'acheteur

      En savoir plus

    • La Russie revient sur le devant de la scène du marché mondial du blé

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.