GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 8 Novembre
Samedi 9 Novembre
Dimanche 10 Novembre
Lundi 11 Novembre
Aujourd'hui
Mercredi 13 Novembre
Jeudi 14 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos

    A la Une: une bataille gagnée contre Ebola

    © AFP/Pius Utomi Ekpei

     

    C’est une petite victoire, mais une victoire tout de même. « Plus aucun cas de fièvre Ebola au Sénégal », s’exclame Le Soleil en première page. En effet, c’est ce qu’a annoncé hier la ministre de la Santé et de l’Action sociale, Awa Marie Coll Seck qui « se fonde, précise le journal, sur les derniers tests négatifs effectués sur l’étudiant guinéen et sur le fait qu’aucune des 67 personnes qui étaient en contact avec le malade n’a développé de signes de cette fièvre. Toutefois, la surveillance épidémiologique reste de rigueur. »
    Comment et pourquoi l’étudiant guinéen s’en est-il sorti ? « Le Sénégal n’a pas de formule miracle de traitement des malades atteints de la fièvre à virus Ebola », répond Le Soleil. L’étudiant a tout simplement été pris en charge très tôt : « Le malade a été perfusé, on lui a administré des antibiotiques. Il s’en est sorti, constate le journal. C’est ce que font les équipes en Guinée, au Liberia et en Sierra Leone où d’autres malades ont survécu. »

    Cela n’empêche pas La Tribune, autre quotidien sénégalais, de crier victoire : « Ici, on guérit Ebola ! Ce Guinéen est vraiment chanceux. […] Il a créé la psychose qui était déjà perceptible, mais il a surtout permis à nos autorités d’étaler un savoir-faire. Tous ses contacts ont été identifiés et mis en quarantaine. Disons-le tout net : la ministre Ewa Marie Coll Seck et ses collaborateurs sont trop forts, s’exclame La Tribune. Des omniscients ! […] L’objectif est apparemment atteint. Le message est clair : le Sénégal est bien capable de soigner Ebola en un temps record. On s’en réjouit vraiment. Il n’y a donc aucune raison de paniquer. »

    Prévention efficace

    Il est vrai que pour l’instant, la campagne active de prévention menée par les autorités sénégalaises a porté ses fruits. En effet, relate le site Afrik.com, « dès l’apparition de la maladie, le Sénégal a pris des mesures drastiques, en informant constamment la population. La ministre de la Santé s’est rendue à plusieurs reprises dans les régions les plus reculées du pays pour mener des campagnes d’information auprès des populations. A la télévision, est diffusé régulièrement un spot qui explique dans les différentes langues du pays comment éviter de contracter le virus. A Ziguinchor, relève encore Afrik.com, on mise directement sur les enfants, en les faisant participer aux campagnes de communication sur Ebola. Ces derniers se rendent régulièrement auprès des populations pour leur parler du virus, et des moyens de s’en prévenir. »
    Et Afrik.com de conclure : « une bataille a été remportée par le Sénégal contre Ebola. Mais la guerre est loin d’être terminée. »

    Mauvais choix ?

    C’est le cas au Liberia où les autorités ont lancé en début de semaine un véritable cri d’alarme. « La maladie se propage comme un feu de forêt, dévorant tout sur son passage », a notamment déclaré le ministre libérien de la Défense du haut de la tribune des Nations unies. « Une déclaration qui n’a rien d’exagéré », estime le quotidien Le Pays au Burkina. « Au vu de la panique et des actions et réactions des différents Etats, nul ne peut nier qu’Ebola ravage tout sur son passage : l’économie des pays touchés ou pas, le commerce, la solidarité, les échanges, rien n’échappe aux effets de la psychose créée par Ebola. »
    Reste que les autorités libériennes ont leur part de responsabilité, affirme encore le quotidien burkinabé : « Comment le Liberia en est-il arrivé là ? Ne paie-t-il pas le prix d’une mauvaise politique sociale ? Cette situation n’est-elle pas le fruit d’un mauvais choix au niveau des axes prioritaires en faveur du développement ? Comment apprécier l’attitude de ces ministres qui fuient leur pays pour aller se la couler douce en Europe avec leurs familles au compte du même contribuable qui affronte à mains nues ce mal qui ne connaît aucune pitié ? Il y a visiblement, conclut Le Pays, quelque chose à revoir dans la politique de dame Johnson Sirleaf. »

    Du savon et de l’eau de Javel …

    Enfin ce reportage du site d’informations Guinée Conakry Infos à Dubréka, à 50 kilomètres au sud de Conakry. La ville est désormais touchée par l’épidémie. « Environ 116 cas sont suspects et deux décès sont enregistrés. Chacun se préserve comme il peut de la maladie, rapporte le site guinéen. Exemple ce jeune marchand, Alsény, qui tient une boutique dans le centre-ville. Devant son entrepôt, un seau rempli d’une solution javellisée. 'J’oblige tous mes clients à laver leurs mains', explique-t-il la mine serrée, 'parce qu’on ne sait pas qui est atteint de cette maladie'. Alsény affirme que chez lui, il n’épargne personne : ses deux enfants lavent leurs mains avec du savon avant et après chaque repas. […] 'J’ai peur', déclare cet autre vendeur, 'puisqu’on ne peut rester sans se saluer ou se toucher dans les transports en commun. Moi aussi, j’utilise le savon et l’eau de Javel. Mais', soupire-t-il, 'le risque est encore grand'. »


    Sur le même sujet

    • Appels sur l'actualité

      2. Ebola: quelle stratégie face à l'épidémie?

      En savoir plus

    • Ebola / Sénégal

      Sénégal: pas de cas Ebola, assure la ministre de la Santé

      En savoir plus

    • Afrique/Santé

      Ebola: l'institut Pasteur se mobilise contre le virus

      En savoir plus

    • Guinée / Ebola

      Guinée: le président Condé appelle à la mobilisation contre Ebola

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.