GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 15 Juin
Samedi 16 Juin
Dimanche 17 Juin
Lundi 18 Juin
Aujourd'hui
Mercredi 20 Juin
Jeudi 21 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Conflit social à la SNCF: l'Unsa «ne continuera pas la grève en juillet» (syndicat à l'AFP)
    • Yémen: les forces progouvernementales pénètrent dans l'aéroport de Hodeida (Emirats)
    • Marine Le Pen (RN) doit rembourser 300 000 euros au Parlement européen, confirme la justice de l'UE
    • Economie: «La plupart» des entreprises françaises «ne pourra pas» rester en Iran (Le Maire)
    • France: le Parlement sera réuni en Congrès le lundi 9 juillet 2018 (Journal officiel)

    Le secteur pétrolier russe handicapé par les sanctions

    Le siège social de Gazprom, en Russie. REUTERS/Maxim Shemetov/Files

    Les nouvelles sanctions occidentales menacent l'essor de la production pétrolière en Russie.

    Vendredi les États-Unis et l'Union européenne ont décidé de priver le pétrole russe de financement et de technologies occidentales. Des leviers pourtant indispensables au développement de nouvelles ressources d'hydrocarbures en Russie, premier producteur mondial de brut, mais où les gisements anciens de Sibérie occidentale se tarissent. Les nouvelles sources de pétrole, censées prendre le relais, sont des pétroles non conventionnels, difficiles d'accès : dans les eaux glacées de l'Arctique, ou coincées dans la roche sibérienne et nécessitant la fracturation hydraulique (gisement de Bazhenov).

    Les sanctions condamnent-elles pour autant les dizaines de projets programmés ou en cours dans ces territoires hostiles, avec le concours des compagnies pétrolières étrangères : Exxon, Shell, BP, Total ? Impossible de conclure aujourd'hui tant le texte européen, par exemple, est ambigu, remarque Pierre Terzian de Petrostratégie. Tout se jouera dans l'interprétation des sanctions. « En principe, si on lit le texte, les secteurs de pointe sont touchés. Mais il y a une sorte de contradiction entre le paragraphe qui dit que les contrats et les accords conclus avant le 12 (septembre) ne sont pas touchés et la partie qui dit : pas d'assistance technique en matière d'offshore profond, d'Arctique et de schiste ».

    La Russie a déjà mis la main sur des technologies occidentales, comme les techniques de fracturation hydraulique, qui ont été acquises par Gazprom. Le plus difficile à surmonter pour le secteur pétrolier russe, estiment les experts, ce sera la privation de financement, si les sanctions durent. Le Kremlin devra mettre la main à la poche. La Chine pourrait aussi porter secours au secteur pétrolier russe. Les exportations de gaz russe sont d'ailleurs déjà assorties de prêts chinois. N'en reste pas moins une grande incertitude sur l'avenir des projets pétroliers russes, en Russie, mais aussi à l'étranger : le projet de Lukoïl au large du Ghana pourrait ne pas voir le jour.

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.