GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 16 Septembre
Mardi 17 Septembre
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
Aujourd'hui
Samedi 21 Septembre
Dimanche 22 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Cuba dénonce l'«expulsion injustifiée» par Washington de deux de ses diplomates (ministre des Affaires étrangères)

    Ebola: en parle-t-on trop ?

    Une souche du virus Ebola. REUTERS/Frederick Murphy

    Nous parlons avec vous, Amaury de Rochegonde, de la couverture médiatique du virus Ebola. Entre la crainte de donner trop d’importance à cette épidémie et celle de ne pas prendre la mesure de l’événement, les médias ont parfois du mal à se situer.

    Parle-t-on trop ou pas assez d’Ebola dans les médias ? Tout dépend de l’endroit où l’on se trouve. En Afrique de l’Ouest, on dira sans doute qu’on n’en parle jamais assez : on trouve encore beaucoup de superstition dans certaines campagnes, beaucoup de méconnaissance sur les facteurs de propagation du virus et, parfois même, la confusion la plus extrême qui amène à rejeter les équipes médicales ou de prévention. Comme dit Ibrahima Khalil Ndiaye, secrétaire général de l’Union des journalistes de l’Afrique de l’Ouest, « Il y a une nécessité de collaboration entre les médias africains et de partage d’informations ». Il pointe notamment le fait que des informations ont été tues comme la fermeture des frontières avec les pays voisins.

    Mais en même temps, Ebola est une information qui devient vite une peur mondiale, avec son lot d’incohérences quand on en vient à fermer des lignes aériennes, à isoler un pays, provoquant encore plus de désarroi, sans appui international, et donc encore plus de contagion. Le sociologue des médias Cyril Lemieux incite aussi à se méfier des représentations mentales sur des croyances rétrogrades quand le mal principal réside dans la vétusté des infrastructures hospitalières. On n’en parle donc pas assez quand il s’agit d’aviser les populations locales sur les bonnes pratiques de prévention et trop, peut-être, si cette information engendre de la paranoïa qui aura des conséquences néfastes pour l’économie des principaux pays touchés.

    Et en France qu’en est-il? Si l’on en croit, l’institut Kantar Media, qui mesure le bruit médiatique, il a fallu attendre le premier cas français, cette semaine, avec la volontaire de Médecins sans frontières rapatriée dans le Val de Marne, pour que le virus Ebola gagne enfin vraiment les médias populaires. Pour la première fois, il y a sur cet événement plus d’un message par Français et par jour alors qu’il y en avait deux fois moins, en moyenne, jusqu’à présent. Lundi dernier, le lancement du site de vidéos Netflix a été par exemple dix fois plus couvert qu’Ebola.

    Il est vrai que si on la compare à des maladies comme le paludisme, le sida ou même la rougeole, Ebola fait considérablement moins de victimes avec aujourd’hui près de 2700 morts. Et pourtant, tout se tient, car en paralysant les hôpitaux et en affectant tout particulièrement les personnels de santé, le virus fait porter un risque sanitaire global qui va au-delà de l’épidémie. Ce n’est pas un hasard si le conseil de sécurité de l’ONU a parlé jeudi de « menace pour la paix et la sécurité internationales » et appelé à une aide d’urgence des Etats membres.


    Sur le même sujet

    • Guinée / Ebola

      La Guinée en deuil après l'attaque d'une équipe anti-Ebola

      En savoir plus

    • Géopolitique, le débat

      2. Ebola, le grand réveil ?

      En savoir plus

    • Ebola / Sierra Leone

      Ebola en Sierra Leone: les habitants de Freetown désertent les rues

      En savoir plus

    • Entretien / Ebola / France

      Ebola: actuellement, «on ne sait pas grand-chose sur le traitement»

      En savoir plus

    • «Le Monde» bataille pour son indépendance

      «Le Monde» bataille pour son indépendance

      Le quotidien Le Monde s’est mobilisé cette semaine dans une tribune signée par 460 journalistes pour obtenir un droit d’agrément en cas de changement de contrôle dans …

    • Facebook sur l’agenda des médias

      Facebook sur l’agenda des médias

      Lors des rencontres professionnelles de la publicité, Udecam, est apparue cette semaine toute l’ambivalence des médias français vis-à-vis de Facebook. Entre recherche …

    • Quelles images pour l’immigration clandestine?

      Quelles images pour l’immigration clandestine?

      Une image a fait le tour du monde et a particulièrement ému le continent américain : c’est la photo d’un homme retrouvé mort avec sa fille au bord du Rio Grande, en tenant …

    • Médias: en France, pourquoi tant défiance ?

      Médias: en France, pourquoi tant défiance ?

      Un rapport publié par Reuters Institute fait de la France le dernier pays en matière de confiance dans les médias. Pourquoi un telle défiance vis à vis de la presse ?  …

    • Hong Kong face au nouvel ordre médiatique

      Hong Kong face au nouvel ordre médiatique

      D'importantes manifestations se tiennent à Hong Kong contre le projet de loi sur les extraditions judiciaires vers la Chine. Un million de personnes étaient dans la rue …

    • L’AFP en plein bras de fer en Algérie

      L’AFP en plein bras de fer en Algérie

      En Algérie, depuis la démission forcée d’Abdelaziz Bouteflika, la situation des journalistes étrangers sur place est compliquée. Exemple: l'AFP.

    • Allemagne, année Rezo

      Allemagne, année Rezo

      La CDU, le parti au pouvoir avec le SPD en Allemagne, qui met en cause les nouveaux médias, et notamment YouTube, pour une vidéo virale dénonçant le bilan du gouvernement …

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.