GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 8 Novembre
Samedi 9 Novembre
Dimanche 10 Novembre
Lundi 11 Novembre
Aujourd'hui
Mercredi 13 Novembre
Jeudi 14 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    L'Inde annule 214 licences illégales de charbon

    La Cour suprême de New Delhi vient d'annuler 214 permis d'extraction de charbon dans le pays, jugés illégaux. Romary/wikimedia.org

    Pourtant en manque de charbon, l'Inde annule 214 licences d'extraction.

    La pénurie de charbon et donc d'électricité en Inde ne va pas s'arranger. La Cour suprême de New Delhi vient d'annuler 214 permis d'extraction de charbon dans le pays, jugés illégaux. L'attribution frauduleuse de licences de charbon, qui aurait coûté jusqu'à 31 milliards de dollars à l'Etat fédéral depuis 1993, était devenue au cours des derniers mois le scandale du « Coalgate », un des thèmes favoris du parti nationaliste de Narendra Modi, vainqueur des élections contre l'ancienne majorité du Congrès.

    Aujourd'hui que les sanctions se concrétisent, elles viennent aggraver l'état déjà déplorable du secteur énergétique indien. 70 % de l'électricité en Inde est fabriquée avec du charbon. L'Inde a beau en être le troisième producteur mondial, ses 570 millions de tonnes de charbon sont loin de fournir tout le courant nécessaire au pays, régulièrement au bord du blackout. Il faut importer de plus en plus de charbon sud-africain, indonésien, australien.

    Cela n'est pas sans poser des problèmes : les centrales électriques en Inde sont proches des mines mais pas des côtes, elles ne sont pas adaptées aux qualités de charbon étranger, et elles n'ont pas le droit d'augmenter les tarifs de l'électricité sous prétexte qu'elles paient leur charbon étranger plus cher.

    Pourtant, il faudra que l'Inde en importe 11 % de plus cette année, 150 millions de tonnes, soit un cinquième de ses besoins. Car sur les 214 permis annulés, 40 étaient déjà en production ou quasiment, les mines auront six mois de délais avant de devoir s'arrêter totalement, le temps que l'on sache ce qu'elles deviendront légalement. La décision de la Cour suprême, qui avait été précédée d'un jugement il y a un mois, entraîne déjà un afflux de vraquiers de charbon vers les ports indiens, totalement engorgés depuis quelques semaines.

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.