GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 17 Mai
Vendredi 18 Mai
Samedi 19 Mai
Dimanche 20 Mai
Aujourd'hui
Mardi 22 Mai
Mercredi 23 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    Du sorgho pour produire de l’énergie

    Champs de sorgho à Grand Island, au Nebraska. Getty Images/Joel Sartore

    La recherche sur le sorgho biomasse se développe aux Etats-Unis et en Europe pour produire de l'énergie.

    Apparu il y a 8 000 ans en Afrique, le sorgho se cultive aujourd’hui depuis quarante ans dans l’hémisphère Nord. Les Etats-Unis y consacrent autant d'hectares que le Burkina Faso et ils en sont déjà le premier producteur et exportateur mondial ; les grains de sorgho américain sont une alternative aux grains de maïs dans l’alimentation animale. Mais depuis dix ans, un nouvel usage du sorgho se développe : la production d’énergie. On a d'abord misé sur le sorgho sucrier, celui dont on exploite la tige sucrée, plus que les grains, précise Gilles Trouche du Cirad. Le Brésil fait déjà alterner le sorgho, qui a un cycle très court, avec la canne à sucre, pour produire soit du sucre, soit de l’éthanol, toute l’année. Aux Etats-Unis, en revanche, le sorgho sucrier, encore promis à un bel avenir il y a cinq ans, est contrarié par le coup d’arrêt donné à l’essor de l’éthanol par l’administration américaine.

    Mais un troisième type de sorgho continue d'intéresser la recherche : le sorgho biomasse. Cette fois, on ne vise plus la production de sucre, mais la production maximum de fibre, qui sera transformée en biogaz par fermentation, ou méthanisation, puis en électricité. Les programmes de recherche se multiplient dans les universités aux Etats-Unis, avec un financement du gouvernement fédéral, mais aussi au Brésil et jusqu'en Europe. En France, le Cirad s'y attèle, tout en gardant de vue l'amélioration de la qualité alimentaire des grains et des feuilles, pour l'homme et l'animal, des propriétés transposables sur les variétés africaines de sorgho. L’essor de ce sorgho biomasse, déjà cultivé dans le sud de l'Allemagne pour produire du gaz, dépendra beaucoup des politiques de rachat de l’électricité par les gouvernements, mais d'ores et déjà le groupe français Total investit dans une start-up californienne qui produit des semences de sorgho, premier investissement direct au champ de la compagnie pétrolière française.

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.