GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 18 Septembre
Mercredi 19 Septembre
Jeudi 20 Septembre
Vendredi 21 Septembre
Aujourd'hui
Dimanche 23 Septembre
Lundi 24 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Un journaliste assassiné dans le sud du Mexique, le 9e en 2018 (employeur)

    Aménagement pastoral et sécurisation des systèmes pastoraux au Niger

    Devant le siège local de l’antenne Dosso du CESAO, Pôle Régional Niger. © Justin Traoré/CESAO-AI Bobo-Dioulasso

    Plus généralement, dans les pays en développement, 3 pauvres sur 4 vivent à la campagne. La plupart d’entre eux dépendent directement ou indirectement de l’agriculture pour leur survie. En conséquence, le développement de l’agriculture peut marquer une différence dans la vie d’un milliard de pauvres, des femmes majoritairement, et contribuer tant à la croissance économique qu’à la lutte contre la pauvreté et la sécurité alimentaire. Au Niger, l'élevage en général, et le pastoralisme en particulier, jouent un rôle prépondérant dans les dynamiques rurales où ils contribuent à plus de 35% du PIB agricole. Dans certaines régions, c’est même la première source de revenus des familles.

    Pourtant, cet élevage, malgré son rôle de pilier important de l'économie nationale, fait face à d'énormes difficultés. Ces difficultés qui entravent un réel essor de cette activité sont liées essentiellement au mode opératoire. Il s’agit d’un élevage extensif, tributaire du climat, et soumis à de longues périodes de transhumance. Du point de vue culturel, on a pu dire qu’il s’agissait d’un élevage contemplatif, en ce sens que le prestige d’une famille découle de la taille de son cheptel. On ne tient pas compte des contraintes environnementales et on a rarement le souci de la rentabilité économique.

    C’est déjà difficile pour les hommes et pour les bêtes, car en temps normal, il y a la longue période de soudure, qui s’étend de mai à août. Les greniers sont vides, les fourrages rares, sinon inexistants, les rivières et les mares sont des lits de poussière. Lorsque survient une crise, la situation devient franchement désastreuse. Il se trouve que l’éleveur tout seul ne sait pas faire face. D’où des programmes de sécurisation des systèmes pastoraux développés par l’Etat, ses partenaires techniques, les ONG, et les associations communautaires.

     

     

    Invités :
    - Abdoulaye Nafeiri, directeur général des Productions et des Industries Animales au ministère de l’élevage
    - Jacques Chabbert, assistant technique de la coopération technique belge, coresponsable du Programme d'Appui à l'Aménagement Pastoral et à la Sécurisation des Systèmes Pastoraux, ou PAAPSSP, au Niger
    - Abdoulaye Diaouré, docteur vétérinaire, assistant technique pastoralisme de l’antenne nigérienne de vétérinaires sans frontières Belgique, coordonnateur du Programme d’appui au secteur de l’élevage ou PASEL
    - Amadou Oumarou, responsable du volet accès au service de base au niveau du projet appui à l’élevage à Dosso, ou APPEL Dosso.

    Production : Sayouba Traoré
    Réalisation : Ewa Moszynski

    Prochaine émission

    La production de la farine, «du céréalier au moulin» (rediffusion)

    La production de la farine, «du céréalier au moulin» (rediffusion)
    D’un point de vue mondial, les céréales représentent la base de l’alimentation humaine mais également animale. Chaque continent a sa céréale de prédilection : le riz en Extrême-Orient, (…)
    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.