GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 12 Novembre
Mardi 13 Novembre
Mercredi 14 Novembre
Jeudi 15 Novembre
Aujourd'hui
Samedi 17 Novembre
Dimanche 18 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    Israël, potentielle puissance exportatrice de gaz

    Le gisement de gaz Léviathan est situé à 130 kilomètres au large du port d'Haïfa. Getty/Color Day Production

    Les exploitants d’un important gisement de gaz off-shore israélien ont signé récemment une lettre d’intention avec un consortium égyptien pour lui livrer jusqu’à 2,5 milliards de mètres cubes de gaz naturel par an. Un accord en vue qui illustre l’accession d’Israël au statut de potentielle puissance exportatrice d’énergie.

    Auparavant, c’est l’Egypte qui exportait son gaz vers Israël. Si l’accord se concrétise, c’est Israël qui va livrer aux Egyptiens sa matière première. Et le pays a d’autres projets. Un protocole d’accord a été signé en septembre avec la Jordanie pour qu’Israël livre au royaume hachémite la majorité de ses besoins en gaz naturel pour les 15 prochaines années.

    Israël, potentielle puissance exportatrice d’énergie ? C’est désormais envisageable grâce à la découverte miraculeuse en 2009 et 2010 de deux importants gisements sous-marins au large des côtes israéliennes : Tamar, qui possèderait des réserves de 280 milliards de mètres cubes et Léviathan, le double.

    Seul le premier a commencé à être exploité, l’an dernier. Et sa production a déjà eu des effets positifs sur l’économie israélienne. La fourniture de gaz au pays a permis de réduire sa dépendance face aux importations de pétrole et d’augmenter les recettes fiscales. Résultat : la croissance économique en Israël a atteint 3,3 % en 2013 alors qu’elle n’aurait été que de 2,5 % sans la mise en exploitation du gisement gazier, selon un expert de l’OCDE.

    Israël a décidé, après un débat interne houleux, de garder 60% de sa production gazière pour sa propre consommation et d’assurer ainsi sa sécurité énergétique. Reste 40 % pour l’exportation. Et les options sont nombreuses si l’on en croit Noble Energy, le groupe américain qui détient les nouveaux gisements avec le consortium israélien Delek Group. Outre les projets avec l’Egypte et la Jordanie, Noble Energy dit lorgner vers Chypre et vers la Turquie

    Mais exporter son gaz naturel n’est pas si facile. Il y a des difficultés techniques, Léviathan ne sera pas exploitable avant 2018. Egalement des problèmes sécuritaires : le gazoduc qui reliait l’Egypte et Israël dans le Sinaï a arrêté de fonctionner en 2012 après de nombreux sabotages. Enfin, il y a la politique, Israël a des relations compliquées avec de nombreux pays, ce qui peut compromettre la signature d’accords économiques.


    Sur le même sujet

    • Israël / Gaz

      Israël commence l'exploitation de son gisement gazier de Tamar

      En savoir plus

    • ISRAEL / ENERGIE

      Un nouveau gisement de gaz découvert au large des côtes israéliennes

      En savoir plus

    • EGYPE/ ISRAËL

      L'Egypte pose ses conditions pour la vente de gaz à Israël

      En savoir plus

    • Israël / Gaz

      Des drones pour surveiller les gisements de gaz en mer

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.