GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 22 Août
Vendredi 23 Août
Samedi 24 Août
Dimanche 25 Août
Aujourd'hui
Mardi 27 Août
Mercredi 28 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent

    «Le gouvernement est enfin là. Le président de la République, chef de l'État, a enfin signé l'ordonnance. Donc aujourd'hui, le gouvernement ayant été constitué, on se mettra bientôt au travail», a déclaré à la presse le Premier ministre Sylvestre Ilunga, lui-même nommé le 20 mai 2019.

    La Côte d'Ivoire bientôt premier transformateur mondial de cacao

    Une plantation de cacao en Côte d'Ivoire. AFP/ SIA KAMBOU

    La Côte d'Ivoire est sur le point de transformer plus de cacao que les Pays-Bas.

    L'an prochain, la Côte d'Ivoire sera le premier transformateur mondial de fèves, annonce l'Organisation internationale du cacao (ICCO). Jusqu'à présent, ce sont les Pays-Bas qui occupaient la première place. Amsterdam est en effet le premier port cacaoyer de la planète, la cité flamande abrite encore la plus grande usine de première transformation au monde.

    Mais la Côte d'Ivoire a beaucoup développé les capacités de broyage des fèves au cours des dernières années. Une façon pour le premier producteur mondial de cacao de garder une partie de la valeur ajoutée, les producteurs ivoiriens ne percevant que 6 % de la valeur d'une tablette de chocolat.

    Pour les exportateurs, transformer le cacao en pâte - ou masse -, plutôt que d'expédier les fèves brutes permet d'éviter le gaspillage et représente un gain de poids sur les navires. Tous ont peu à peu construit des usines de broyage sur le sol ivoirien : le Suisse Barry Callebaut (190 000 tonnes), l'Américain Cargill (120 000), le Français Cemoi (100 000), les Ivoiriens Choco Ivoire et Saf.

    Avec la nouvelle usine du Singapourien Olam (70 000 tonnes), installée à San Pedro, la Côte d'Ivoire, avec ses 520 000 tonnes annuelles de fèves broyées, se rapproche donc des capacités néerlandaises (530 000 tonnes). Au total, 750 millions de dollars ont été ou seront alloués par Afreximbank à l'essor de la première transformation sur le sol ouest-africain.

    Un développement dont se réjouit l'Organisation internationale du cacao, qui par ailleurs a revu à la hausse ses prévisions de production mondiale de fèves pour 2013-2014. Grand soulagement pour l'industrie du chocolat, toujours très alarmiste devant la hausse des prix de sa matière première, il n'y aura pas de déficit mais un surplus de cacao cette année, après une nouvelle récolte ivoirienne record (1,741 million de tonnes de fèves). En revanche, un déficit de 100 000 tonnes est annoncé pour l'an prochain.


    Sur le même sujet

    • Chronique des Matières Premières

      La Côte d'Ivoire maintient un prix élevé au planteur de cacao

      En savoir plus

    • Chronique des Matières Premières

      Avec une conférence mondiale sur le cacao, la Côte d'Ivoire réaffirme son rang de champion mondial

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.