GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 12 Janvier
Dimanche 13 Janvier
Lundi 14 Janvier
Mardi 15 Janvier
Aujourd'hui
Jeudi 17 Janvier
Vendredi 18 Janvier
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    CHARLIE - 08/01/2015

    Par
    Yvan Amar. RFI_Pierre René-Worms

    La fusillade tragique dans les locaux de l’hebdo Charlie Hebdo attire notre attention sur ce journal, et son titre. Pourquoi Charlie hebdo ?

    He bien, c’est un journal qui est né en 1969, après l’interdiction de Hara Kiri. Le Général de Gaulle vient de mourir, quelques jours après un dramatique incendie dans une discothèque qui avait fait près de 150 morts. Et toute la presse s’était retrouvée autour de ce titre un peu grandiloquent : on parlait du bal tragique. Après la mort de de Gaulle, qui était bien sûr intouchable, le titre de Charlie a fait scandale. « Bal tragique à Colombey : un mort ».
    Pourtant, ça pouvait paraitre sobre, ça ne l’était pas tant que ça. Colombey les deux Eglises étant la résidence de Charles de Gaulle qui avait quitté le pouvoir un an auparavant. Donc Hara Kiri est interdit. Hara Kiri dont le slogan était « journal bête et méchant » ! Voilà une phrase qui donnait une bonne image de l’aspect radical et facétieux de ce journal satirique, provocant et très acide !

    Donc, on crée Charlie Hebdo. Pourquoi hebdo ? Parce que Charlie Mensuel existait déjà et il a remplacé Hara Kiri Hebdo.

    Pourquoi Charlie ? Le mensuel avait emprunté le nom à une bande dessinée américaine, qui commençait à être connue dans les milieux un peu souterrain. La bande dessinée s’appelait Peanuts, et l’un de ses héros, c’était Charlie Brown. Donc voilà d’où nous vient Charlie, d’autant que l’auteur de Peanuts s’appelait lui-même Charles : c’était Charles Schulz.

    Le côté débonnaire, légèrement décalé et un tout petit peu désuet de ce prénom Charlie plait ! C’est adopté. D’autant bien sûr, que l’allusion à de Gaulle est transparente, lui dont le prénom est Charles, et qu’on appelait parfois ironiquement « le grand Charles ». Une allusion qui remonte jusqu’à Charlemagne, dont c’était le nom : Carolus Magnus. C'est-à-dire le grand Charles. Et ce prénom de Charles a tout à la fois renvoyé au plus prestigieux et au plus ironique en français.

    On le trouve en effet dans quelques expressions toute faites, à l’origine un peu étrange. Se faire appeler Charles, c'est-à-dire se faire reprendre, réprimander, remonter les bretelles. Il y a un petit sourire dans cette formule, qu’on utilise en général soit au futur, soit au passé – rarement au présent. Mais on dit : « Attention, on va se faire appeler Charles ». Ou bien : « Oh là ! Il s’est fait appeler Charles ». C'est-à-dire, « Qu’est-ce qu’il a pris ! ».
    Alors on compatit, on le plaint ce pauvre type qui s’est fait appeler Charles et en même temps, on se moque un peu.

    Charles, c’est aussi celui qui est au rendez-vous alors que l’autre n’y est pas. Comme on dit familièrement, il poireaute, il fait le poireau. Pourquoi ? Simplement parce qu’on se souvient de ce vieux calembour, en filigrane : Charles attend ! Ce qui n’est pas tout à fait nouveau : on le trouve déjà par exemple chez Proust, qui l’emploie à propos d’un de ses personnages, Swann, dont le prénom est Charles dans le roman, et qui, plus qu’à son tour, attend la belle Odette qui se fait désirer !


    Avertissement !
    Ce texte est le document préparatoire à la chronique Les Mots de l’Actualité. Les contraintes de l’antenne et la durée précise de la chronique rendent indispensables un aménagement qui explique les différences entre les versions écrite et orale.

    Coproduction du réseau CANOPÉ.
    http://www.reseau-canope.fr/

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.