GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
Mercredi 21 Août
Jeudi 22 Août
Aujourd'hui
Samedi 24 Août
Dimanche 25 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos

    A la Une: l’arsenal antiterroriste de Manuel Valls

    AFP

    Le gouvernement, par la voix du Premier ministre, a donc présenté hier ses mesures d'urgence pour renforcer les moyens de la lutte contre la menace djihadiste. « Deux semaines jour pour jour après la vague d’attentats, relève Le Parisien, François Hollande et Manuel Valls étaient attendus au tournant. Les chiffres annoncés hier parlent d’eux-mêmes. Plus de 2.600 créations de postes sur trois ans dans la police et la justice afin, notamment, de renforcer le maillon faible de la guerre contre le djihadisme, le renseignement. Il y a aussi ces 425 M€ d’investissements pour mieux armer et protéger les forces de l’ordre. Les syndicats de police ont salué ces annonces. Mais, plus largement, pointe encore Le Parisien, c’est un état d’esprit de combat qu’a voulu afficher le Premier ministre, décidément omniprésent. Internet surveillé, écoutes intensifiées, détection renforcée de la radicalisation en prison… 'Notre devoir, c’est d’agir, prévient Valls, ce sera une lutte de longue haleine'. »

    « Après l’émotion et les déclarations de grande qualité, voici venu le temps de l’action, se félicite La Presse de la Manche. Manuel Valls, le Premier ministre, veut mettre le pays en état de marche pour lutter efficacement contre le terrorisme. C’est ce que souhaite aussi l’opposition. On verra donc dans les prochains débats parlementaires s’exprimer les nuances, se développer des propositions allant plus loin que le texte gouvernemental, mais le cap est assurément le bon. »

    « C’est de la bonne communication à laquelle l’exécutif s’est livré, renchérit Le Républicain Lorrain. Avec la mise en scène nécessaire mais sans tomber dans la frénésie, il a fourni les précisions attendues en termes de créations de postes et de moyens financiers engagés, les Français ayant parfaitement compris que ce combat était une œuvre de longue haleine. Sans doute le temps d’une génération. »

    Pourrait-il s’agir d’une révolution des esprits ?, s’interroge Sud Ouest : « si tout se passe comme annoncé ces jours-ci (ce qui reste à confirmer…), on va donc réorganiser l’islam et refonder l’école, renforcer les services de renseignement et revoir de fond en comble la politique de la Ville, faire le ménage sur Internet et activer la réserve citoyenne, voire restaurer le service militaire (certains y pensent !), du moins instaurer un service civique obligatoire, muscler l’espace Schengen et cesser d’émasculer notre Armée. En fait, relève Sud-Ouest, c’est une sorte de New Deal qu’esquisse sans le dire François Hollande pour endiguer à la fois le terrorisme et la ségrégation, mettant à profit ce moment exceptionnel. Et l’on se prend à regretter, soupire le journal, qu’il n’ait pas fait de même, en début de mandat, sur le front économique pour endiguer la crise et le chômage… »

    Réserves…

    Le Figaro, pour sa part, exprime des réserves… « Deux semaines après les attentats, le Premier ministre a annoncé un vaste plan qui renforce les moyens matériels et humains des forces de l’ordre. Mais, pointe le quotidien d’opposition, aucun changement de la politique pénale n’est envisagé. »

    En effet, « pour que l’arsenal antiterroriste soit complet et inspire une totale confiance, il lui faudrait un volet pénal, étrangement absent déplore Le Figaro, des annonces faites hier. Chacun sait - on en a eu tragiquement confirmation le 7 janvier - que les apprentis djihadistes se recrutent d’abord chez les délinquants multirécidivistes, ceux-là mêmes à qui profite la récente loi de Christiane Taubira, ennemie déclarée de la prison. Manuel Valls ne souhaite pas récrire la loi Taubira - qu’il avait critiquée - pour des raisons politiques qui n’échappent à personne. Rien, donc, sur l’exécution effective des peines prononcées, rien non plus sur ce récent et invraisemblable décret qui aligne le régime des réductions de peine des multirécidivistes sur celui des non-récidivistes. La loi Taubira instaurait une forme de 'désarmement pénal' et rien n’est malheureusement fait pour y remédier. »

    Bref, conclut Le Figaro : « si le Premier ministre se donne les moyens policiers de combattre le terrorisme, il n’ose donc s’en donner tous les moyens judiciaires, dans le souci de respecter, encore et toujours, des équilibres internes à sa majorité. »

    Autre réserve, formulée cette fois par Le Midi Libre : « le chef du gouvernement ne pourra pas s’exonérer de mettre le nez à la fenêtre de nos frontières, affirme le journal. Un rétablissement des contrôles s’impose dans un espace Schengen devenu une passoire. Comment concevoir que la libre circulation des biens et des personnes soit encore en vigueur dans un monde armé ? C’est aujourd’hui l’Europe qui est un frein à notre protection intérieure, estime Le Midi Libre. Il faudra vite que nos gouvernants se penchent sur ce fameux fichier européen des passagers aériens bloqué par le Parlement de l’UE, donc inopérant à ce jour. La politique a cela de noble quand elle se met au service des citoyens. L’Europe a une occasion unique de se rendre populaire. »

    Laïcité et islam

    De son côté, Libération s’interroge sur le principe de laïcité… Un principe qui sera au cœur des propositions de la ministre de l’Education, Najat Vallaud-Belkacem, ce jeudi aux enseignants.
    « Faut-il remettre en cause les principes de la laïcité à la française ?, s’interroge Libération. Certainement pas, répond le journal. Il faut le rappeler inlassablement : la laïcité est à l’opposé des dogmes ; elle est fondée sur la raison et le libre examen, c’est-à-dire sur le pluralisme. Elle postule la neutralité de l’Etat républicain en matière religieuse et garantit une protection de la liberté des cultes, qui peuvent chacun vaquer à leurs rites sans que l’Etat se mêle de les régenter. Cette règle a un corollaire, poursuit Libération : on ne saurait utiliser la laïcité comme une arme antimusulmane (…). L’islam a droit de cité et doit bénéficier, par principe, du même statut que les autres religions. Ainsi, précise le journal, la loi laïque proscrivant le port de la burqa sur la voie publique doit être appliquée, de même que la règle interdisant le voile islamique dans les salles de classe. En revanche, l’interdiction du même foulard aux mères accompagnant les enfants en sortie scolaire - c’est-à-dire hors de l’école - serait à la fois inutile et vexatoire. »

    De l’huile dans les rouages

    Enfin, c’est une première : la Banque centrale européenne devrait annoncer ce jeudi des achats massifs de dette d’Etat… Une « révolution idéologique, s’exclame Le Parisien, censée éviter à l’économie de la zone euro de sombrer dans une nouvelle crise. »
    « Journée décisive pour l’avenir de l’euro », titrent Les Echos qui parlent de « décision historique de la BCE ».
    « De l’huile dans les rouages », se félicite La Croix. La Croix qui note que « cette évolution est malgré tout une concession faite à tous ceux qui, contemplant les effets contre-productifs du dogme de la rigueur, considéraient qu’il fallait trouver des solutions pour l’assouplir. »
     

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.