GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 19 Septembre
Jeudi 20 Septembre
Vendredi 21 Septembre
Samedi 22 Septembre
Aujourd'hui
Lundi 24 Septembre
Mardi 25 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Attentat en Iran: les Etats-Unis condamnent «toute attaque terroriste, n'importe où» (Nikki Haley)

    La bière chinoise fait mousser les prix de l'orge française

    La Chine s'est mise à acheter massivement au sein de l'Union européenne de l'orge de brasserie pour son industrie de la bière, la première au monde. Getty Images/View Stock

    Alors que le Salon de l'agriculture va ouvrir ses portes à Paris le 21 février, les céréaliers français ont au moins une raison de se réjouir : ils n'ont jamais autant exporté d'orge vers la Chine, que ce soit pour y fabriquer de la bière ou pour nourrir le bétail.

    La bière chinoise fait mousser les prix de l'orge française. Alors que pratiquement toutes les céréales ont vu leur prix chuter, l'orge se vend à des prix exceptionnels (près de 180 euros la tonne), et la France, comme les autres producteurs européens, profite de l'aubaine. Car l'Europe est à peu près la seule à pouvoir répondre à la demande mondiale. Les grands pays exportateurs d'orge - le Canada, l'Australie et l'Argentine - ont des récoltes pitoyables cette année, à cause des trop grandes pluies. La Russie a imposé une taxe sur ses exportations de céréales, qui renchérit sa marchandise. Ce qui rend l'orge européenne d'autant plus compétitive que l'euro a chuté par rapport au dollar, y compris le dollar australien. Le Royaume-Uni expédie cette semaine et pour la première fois de son histoire une cargaison d'orge vers le Japon.

    Comble de chance pour les Européens, la demande en cette céréale est non seulement restée robuste en Arabie Saoudite, premier importateur d'orge au monde - c'est la nourriture de ses chameaux, l'Allemagne va pouvoir lui fournir des quantités record d'orges fourragères. Mais la Chine s'est mise à en acheter massivement à son tour. De l'orge de brasserie pour son industrie de la bière, la première au monde, mais aussi et c'est nouveau, de l'orge fourragère pour son bétail, histoire de combler ce qu'elle n'a pas acheté en maïs OGM auprès des Etats-Unis. Pékin pourrait au total importer près de 4 millions de tonnes d'orge cette année, dont plus d'un tiers fourni par les céréaliers français, soit 1,38 million de tonnes, trois fois et demie ce que l'Europe tout entière a expédié vers la Chine l'an dernier. Une belle consolation pour les céréaliers français, déprimés par la chute des cours du blé.

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.