GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 14 Octobre
Mardi 15 Octobre
Mercredi 16 Octobre
Jeudi 17 Octobre
Aujourd'hui
Samedi 19 Octobre
Dimanche 20 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos

    Le prix des terres rares lourdes

    Un gisement de terres rares dans la province du Jiangxi, en Chine. REUTERS/STRINGER

    Après une hausse de l’indice des prix des terres rares de 4,3 % en janvier et presque du double en février, les investisseurs du secteur espèrent une reprise durable du marché. Une reprise qui profitera surtout aux terres rares lourdes portées par des projets d'énergies propres.

    Dysprosium, néodyme, lytrium, autant de noms qu’on a du mal à prononcer et sont pourtant essentiels dans l'industrie électronique. Ces terres rares moyennes et lourdes sont peu abondantes dans la croute terrestre. Les spécialistes du secteur anticipent une hausse de la demande et par conséquent de leur prix mais seulement vers la fin de l’année.

    Dotés de propriétés électromagnétiques hors du commun, ces métaux sont très utilisés dans les aimants permanents des éoliennes offshores et des voitures électriques. Comme les investissements dans l'économie verte se multiplient, les professionnels anticipent déjà une hausse des prix. La Chine par exemple, qui monopolise plus de 90 % de la production mondiale des terres rares, est le premier investisseur du marché de l’éolien. En 2014 elle était devenue leader du secteur avec un investissement de 90 milliards de dollars.

    En revanche, les terres rares appelées légères, relativement abondantes, ne connaitront pas le même sort. Utilisées dans les smartphones ou les écrans télé, leur prix n’a cessé de baisser depuis le pic de 2011. Cette année-là, la flambée des prix et le monopole chinois ont conduit plusieurs pays occidentaux à relancer l'exploration. 400 projets miniers ont vu le jour, sans pour autant se concrétiser. Pour parer cette flambée des prix, les industriels ont optmisé l'utilisation de ces terres rares légères, développé leur recyclage et les ont parfois remplacées par d’autres éléments chimiques.

    Conséquence : les prix ont dégringolé. Et si l'on remarque une légère reprise des cours en ce début d’année, elle ne concerne que les terres rares lourdes et pour l’instant cette hausse est même insignifiante par rapport aux cours d'il y a trois ans. Pour certains, il s’agit juste d’un effet d’annonce de la Chine, qui une fois encore cherche à contrôler la production et les exportations illégales pour faire augmenter les prix.


    Sur le même sujet

    • Chronique des Matières Premières

      La Chine supprime ses quotas d'exportation de terres rares

      En savoir plus

    • Chronique des Matières Premières

      Dans un livre blanc, la Chine justifie le verrouillage des terres rares

      En savoir plus

    • Chronique des Matières Premières

      Plainte contre la rétention chinoise des terres rares à l’OMC

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.