GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 12 Juin
Jeudi 13 Juin
Vendredi 14 Juin
Samedi 15 Juin
Aujourd'hui
Lundi 17 Juin
Mardi 18 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    Iran: si les sanctions sont levées, les cours du pétrole vont chuter

    Plateforme pétrolière iranienne de Soroush, dans le golfe Persique. REUTERS/Raheb Homavandi

    L'accord des grandes puissances sur le nucléaire en Iran, qui sera accompagné d’une levée graduelle des sanctions, va surtout libérer les exportations de pétrole iranien. Le retour du pays sur le marché va accroitre mécaniquement l’offre et par conséquent provoquer une baisse des prix.

    Il y a de quoi effrayer les pays dont les revenus dépendent des exportations pétrolières ; l’afflux d’or noir iranien va provoquer une chute des cours en cas de levée des sanctions occidentales. Le pays est le cinquième plus gros producteur de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole. Malgré les sanctions, il exporte environ 1,1 million de barils par jour contre le double en 2011, année de l'entrée en vigueur de l'embargo européen. L’Iran est aussi gorgé de gaz et dispose des deuxièmes réserves mondiales après la Russie. Une fois les sanctions levées, l’Iran mettra d’abord sur le marché ses énormes stocks de pétrole accumulés faute de pouvoir les vendre.

    Les analyses pensent qu’avant la fin de l’année Téhéran pourrait aussi relever ses niveaux de production. Le marché mondial sera donc inondé, et l’Iran n’hésitera pas une seconde à augmenter son offre même avec des cours actuellement très bas. Le pétrole représente sa première source de devises et Téhéran n’a pas d’autres choix pour redresser son économie aux abois après plusieurs années de sanctions. Un tel scénario va forcément provoquer des débats entre les membres de l’OPEP.

    Mais le malheur des uns fait le bonheur des autres. Les pays consommateurs ont tout intérêt à ce que les prix soient au plus bas. La Chine, grosse consommatrice, doit se frotter les mains, mais pas uniquement elle. L’accord sur le nucléaire iranien pourrait initier le retour des compagnies occidentales en Iran. Les sanctions commerciales décrétées contre le pays par les États-Unis il y a plus de trente ans, puis à partir de 2006 par l'ONU et l'Union européenne, se sont traduites par un départ progressif des grandes compagnies pétrolières. L’entreprise française Total a été la dernière à quitter le pays, en 2008. Quelques compagnies chinoises et indiennes sont les seules à y travailler aujourd'hui.


    Sur le même sujet

    • Iran

      Nucléaire iranien: à Téhéran, l'espoir de la levée des sanctions

      En savoir plus

    • Iran / Nucléaire

      Nucléaire iranien: une chance de succès pour Obama au Moyen-Orient

      En savoir plus

    • La revue de presse des Amériques

      A la Une: l’accord-cadre sur le nucléaire iranien

      En savoir plus

    Prochaine émission

    Gabon : les défis de Lee White, nouveau ministre de la Forêt

    Gabon : les défis de Lee White, nouveau ministre de la Forêt
    Sa nomination en début de semaine a provoqué la surprise au Gabon : Lee White, un Britannique naturalisé Gabonais, a reçu le portefeuille de la Forêt. Ce sera un défi pour ce fervent défenseur de la nature qui n'a pas toujours ménagé l'administration.
    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.