GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 14 Août
Jeudi 15 Août
Vendredi 16 Août
Samedi 17 Août
Aujourd'hui
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos

    Un réseau de smartphones sismographes

    Les smartphones seraient capables de détecter les premiers signes d'un tremblement de terre. Reuters/路透社

    Les capteurs de mouvements et de positionnement par satellite GPS dans les smartphones seraient suffisamment sensibles pour détecter les premiers signes d'un tremblement de terre, estiment des chercheurs américains. Les scientifiques préconisent de partager automatiquement ces données de détection sur les réseaux de la téléphonie mobile, afin de prévenir de l'imminence d’un séisme et sauver des vies.

     

    Prévoir à l’avance la violence d’un séisme est rarement possible. Les grandes régions du globe où la terre tremble sont depuis longtemps étudiées et disposent de centres de surveillance ainsi que de réseaux d’alerte efficaces pour atténuer les effets ravageurs de ces catastrophes naturelles. Malheureusement, ces dispositifs sophistiqués et coûteux ne réussissent que partiellement à prévenir à temps les populations en danger. Le séisme dramatique survenu au Japon, le 11 mars 2011, a fait 18 000 victimes et détruit sur son passage de nombreuses infrastructures.

    Depuis quelques années, les réseaux sociaux, notamment Twitter, complètent les systèmes d’alertes. Les smartphones sont également mis à contribution pour diffuser des messages d’urgence. Des chercheurs américains viennent de publier une étude qui démontre que les mobiles peuvent aussi être utilisés comme des balises de surveillance automatique. Ils feraient fonction de sismographes nomades, grâce à leurs capteurs de mouvements, qui déterminent par exemple si l’appareil est à l’horizontale ou à la verticale.

    Ces informations sont combinées à celles du positionnement par satellite GPS qui équipent la plupart des smartphones. Un ensemble de données qui serait suffisant pour repérer l’épicentre et calculer l’amplitude d’un séisme de magnitude 7 minimum, selon les chercheurs. Les indications d’un seul appareil ne suffisent pas. Un réseau composé de milliers de mobiles sera nécessaire pour protéger par exemple la baie de San Francisco et constituerait le premier réseau « social » utilisant le GSM de la téléphonie sans fil, exclusivement réservé à des machines, dans ce cas précis à des smartphones !

    Pour faire la différence entre un tremblement de terre et un téléphone qui malencontreusement tombe par terre ou serait transbahuté dans un train et une voiture, les chercheurs ont dû résoudre un problème de mathématiques. Si un smartphone et quatre autres, se trouvant à proximité, enregistrent un même déplacement, dans une direction identique et au même instant, le centre d’analyse conclut qu’il s’agit bien d’un tremblement de terre et sonne l’alerte sur tous les mobiles de la région.

    Par ailleurs, les messages automatiques envoyés par le dispositif seront toujours plus rapides que la propagation des ondes sismiques, laissant à la population quelques secondes cruciales pour se mettre à l’abri. Les chercheurs comptent bientôt mettre en pratique leur théorie et développer une application qui transformera tous les smartphones de la planète en sismographe universel.


    Vous avez des questions ou des suggestions, vous pouvez nous écrire à nouvelles.technologies@rfi.fr     

     


    Sur le même sujet

    • Un drone pliable et urgentiste (rediffusion)

      Un drone pliable et urgentiste (rediffusion)

      Des scientifiques suisses ont mis au point un petit drone pliable qui se faufile partout. Inspiré par les oiseaux qui changent la configuration de leurs ailes pour franchir …

    • Un avion à propulsion ionique (rediffusion)

      Un avion à propulsion ionique (rediffusion)

      Petite révolution dans le monde de l’aéronautique, des scientifiques américains sont parvenus à faire décoller un mini-avion qui a réussi à voler sur plus de 50 mètres …

    • L’Aquanaut, l’androïde sous-marin

      L’Aquanaut, l’androïde sous-marin

      L’Aquanaut mis au point par une jeune société américaine est capable de changer de forme, passant ainsi d’une configuration de sous-marin à celle d’humanoïde équipé de …

    • Aux États-Unis, le Pentagone expérimente des ballons de surveillance

      Aux États-Unis, le Pentagone expérimente des ballons de surveillance

      Les États-Unis expérimentent un nouveau système de surveillance masse de sa population à l’aide de ballons placés en haute altitude. Ce projet piloté par les forces armées …

    • ACES, peau artificielle ultrasensible

      ACES, peau artificielle ultrasensible

      Des scientifiques asiatiques ont développé une peau synthétique d’une sensibilité extrême surnommée peau électronique à codage asynchrone (ACES pour Asynchronously Coded …

    • Des membranes anti-CO2 pour lutter contre le réchauffement climatique

      Des membranes anti-CO2 pour lutter contre le réchauffement climatique

      Avec l’objectif de réduire notre empreinte carbone et les émissions de gaz à effet de serre, des chercheurs suisses ont conçu une membrane qui filtre le CO2 que les cheminées …

    • Holoportation polyglotte

      Holoportation polyglotte

      En couplant leur casque de réalité augmentée HoloLens 2 avec des programmes d’intelligence artificielle, les chercheurs de la firme Microsoft vous permettent de générer …

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.