GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 15 Décembre
Dimanche 16 Décembre
Lundi 17 Décembre
Mardi 18 Décembre
Aujourd'hui
Jeudi 20 Décembre
Vendredi 21 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent

    Les Etats-Unis vont se retirer de l'ensemble de la Syrie, a affirmé mercredi 19 un responsable américain. Au moins 2000 soldats américains y sont déployés pour combattre le groupe Etat Islamique (EI). «C'est un retrait total» qui interviendra «aussi rapidement que possible», a indiqué cette source ayant requis l'anonymat, précisant que «la décision a été prise hier». Le président américain Donald Trump a également tweeté dans ce sens mercredi, affirmant que «nous avons vaincu le groupe Etat islamique en Syrie, la seule raison pour moi pour laquelle nous étions présents pendant la présidence Trump».

    l'Afrique a tant besoin d’hommes crédibles et courageux!

    Le président Pierre Nkurunziza lors du dépôt de son dossier à la Commission nationale électorale indépendante (Céni) pour la présidentielle, le 8 mai 2015. RFI/SR

    La démission (et la fuite en exil) du vice-président de la Cour constitutionnelle du Burundi constitue un inestimable apport à la vérité – et au combat – démocratique dans son pays... Jean-Baptiste Placca répond aux questions de Magali Lagrange.

    Magali Lagrange : Malgré les manifestations orchestrées par l’opposition et la société civile, en dépit des mises en garde des chancelleries occidentales et même de l’Union africaine, le président Nkurunziza a déposé, hier, vendredi, son dossier de candidature pour un troisième mandat. Faut-il parler de détermination ou d’entêtement ?

    Jean-Baptiste Placca : Une seule certitude : Pierre Nkurunziza a suffisamment fait la preuve de son indifférence quant aux dangers qu’il fait courir à son pays. Il est sûr de son fait, prêt à aller jusqu’au bout de sa logique, quoi qu’il advienne. Les morts, qui s’accumulent, désormais, à chaque manifestation, ne semblent pas l’effrayer outre mesure.
    Aujourd’hui, lorsqu’un chef d’Etat fait tirer sur des manifestants qui s’opposent à son pouvoir, il s’expose fatalement à des poursuites judiciaires. Pour y échapper, il n’a qu’une seule solution : s’accrocher au pouvoir.
    Certains des manifestants que l’on voit dans les rues de Bujumbura crient : « Nkurunziza à la CPI ! ». Il n’ira peut-être pas à la Cour pénale internationale, mais il sait que s’il abandonne le pouvoir, il devra répondre, un jour ou l’autre, de ces morts qui jonchent son entêtement à s’accrocher. C’est peut-être aussi pour cela qu’il s’entête, avec l’énergie du désespoir. Détermination ou entêtement, demandez-vous ? Il est peut-être tout simplement dans un cercle infernal, piégé par son entêtement.
     
    Il n’empêche que la Cour constitutionnelle s’est prononcée en faveur du troisième mandat, validant, de fait, sa candidature. Celle-ci est légitime, nul ne peut le nier…
     
    Il se trouve que cet arrêt de la Cour constitutionnelle était, par avance, discrédité, grâce à la bravoure de ce vice-président de la vénérable institution, qui a révélé comment les juges constitutionnels étaient menacés de mort, au cas où ils viendraient à se prononcer contre la légitimité d’un troisième mandat. Sylvère Nimpagaritse a révélé ce qui se jouait en coulisse et préféré fuir en exil plutôt que de se déshonorer, en apposant sa signature sur ce qu’il considère comme un faux.
    Cet homme a fait preuve de ce courage qui manque tant, sur ce continent : partir, plutôt que subir ou être complice. Mais, pour un juge téméraire comme lui, combien d’autres qui valident l’injustice, par couardise ou par intérêt ? Il est ainsi des pays dont la cour constitutionnelle est discréditée, à cause de sa servilité, par rapport au pouvoir. Et tous les régimes qui se prévalent des arrêts d’une cour constitutionnelle soumise ont conscience d’avoir d’évidents problèmes de crédibilité.
     
    Il y a aussi des pays où la Cour constitutionnelle s’illustre par un certain courage et une indépendance réelle.
     
    Heureusement ! Et les exemples sont nombreux. Dans une situation similaire, en mai 2009, la Cour constitutionnelle du Niger s’est opposée à la tenue du référendum par lequel le président Tandja Mamadou entendait modifier le régime électoral pour pouvoir briguer un troisième mandat que lui interdisait la Constitution. Le président Tandja avait alors cru devoir résoudre le problème en prononçant la dissolution de la Cour constitutionnelle et de toutes les autres institutions de la République qui contrariaient ses desseins. Il est, certes, parvenu à se faire réélire pour un troisième mandat, en août 2009. Mais, en février 2010, il a été renversé par un de ces coups d’Etat que les plus fervents démocrates sont bien obligés de comprendre, sinon d’applaudir.
    Une Cour constitutionnelle indépendante et crédible est essentielle à l’ancrage d’un pays dans la démocratie. Sur le continent africain, bien des violations de la vérité démocratique sont souvent le fait de juges indignes, qui valident des défaites, proclament vainqueurs des chefs d’Etat sortants qu’ils savent pertinemment battus. La démocratie a besoin d’hommes courageux et crédibles.
     
    Des hommes courageux comme le vice-président de la Cour constitutionnelle du Burundi ne sont, hélas !, pas légion, sur ce continent…
     
    Pas légion, mais il y en a. En avril 2005, au Togo, vous vous en souvenez, François Boko, ministre de l’Intérieur, a eu le courage de démissionner, en dévoilant les projets répressifs par lesquels le pouvoir entendait imposer son candidat, envers et contre la vérité des urnes. Lui aussi avait dû, comme Sylvère Nimpagaritse, entrer dans la clandestinité, pour sauver sa vie. Hélas !, ce qu’il annonçait s’est tout de même produit, avec, à la clé, un demi-millier de morts.
    L’espoir des peuples africains réside dans le fait que, quelle que soit la brutalité des régimes, il demeure des François Boko et des Sylvère Nimpagaritse.


    Sur le même sujet

    • Burundi

      Burundi: Pierre Nkurunziza dépose sa candidature pour un 3e mandat

      En savoir plus

    • Burundi

      Burundi: pourquoi les négociations entre les parties sont bloquées

      En savoir plus

    • Burundi

      Burundi: Pierre Nkurunziza dépose sa candidature pour un 3e mandat

      En savoir plus

    • Burkina Faso / Burundi

      Burkina Faso: le Balai citoyen soutient la contestation au Burundi

      En savoir plus

    • Burundi

      Le Burundi dans la spirale de la vengeance

      En savoir plus

    • Burundi

      La communauté internationale se penche sur le cas du Burundi

      En savoir plus

    • Burundi

      Burundi: ONU et CEEAC tentent des médiations dans un contexte tendu

      En savoir plus

    • Appels sur l'actualité

      1. Vos questions d'actualité et Burundi: feu vert de la Cour Constitutionnelle

      En savoir plus

    • Afrique presse

      Burundi: la candidature du président Nkurunziza met le feu aux poudres

      En savoir plus

    • Burundi

      Burundi: la Cour constitutionnelle valide la candidature de Nkurunziza

      En savoir plus

    • Burundi

      Burundi: le vice-président de la Cour constitutionnelle en fuite

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.