GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 16 Septembre
Mardi 17 Septembre
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
Aujourd'hui
Samedi 21 Septembre
Dimanche 22 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Cuba dénonce l'«expulsion injustifiée» par Washington de deux de ses diplomates (ministre des Affaires étrangères)
    • Washington expulse deux diplomates cubains à l'ONU accusés d'atteinte à la sécurité nationale (département d'Etat)
    • Justin Trudeau considère «totalement inacceptable» de s'être grimé en Noir
    • La compagnie française XL Airways en cessation de paiements, demande son placement en redressement judiciaire (communiqué)
    • Décès de l'acteur français Charles Gérard, second rôle fétiche de Lelouch et grand ami de Jean-Paul Belmondo

    L’Inde et la Chine vers un rapprochement économique?

    Le Premier ministre indien Narendra Modi (à gauche) et le président chinois Xi Jinping saluent la foule lors de leur rencontre à Xi'an, dans la province de Shaanxi, le 14 mai 2015. REUTERS/Kim Kyung-Hoon

    Narendra Modi est arrivé en Chine pour une visite officielle de trois jours. Malgré les tensions aux frontières entre les deux pays, le Premier ministre indien vient à Pékin dans l'espoir d'accroître la coopération économique avec son voisin du Nord.

    Narendra Modi a été élu il y a un an pour réveiller l'économie de son pays, et si l'on en croit les dernières prévisions du FMI, ça marche plutôt bien. Contre toute attente, l'éléphant indien devrait connaître en 2015 une croissance supérieure à celle du dragon chinois. +7,5 % pour New Delhi, +7,4 % pour Pékin. La comparaison est flatteuse pour l'Inde et lui fait caresser le rêve de rattraper la Chine. Les deux pays étaient comparables en termes de PIB il y a 25 ans, mais la Chine a largement pris la tête du classement, elle aspire même à la première marche du podium mondial.

    Quand on regarde en arrière, il n'y a pas photo, la Chine fait la course largement en tête grâce à une croissance à deux chiffres pendant trente ans. Une longue marche qui a fait d'elle l'atelier du monde. Sa puissance est assise sur une capacité industrielle colossale, et des réserves financières pléthoriques accumulées grâce à ses exportations à travers le monde entier. La balance des échanges penche nettement du côté de Pékin avec des exportations vers son voisin indien d'un montant de 51 milliards de dollars, quand elle importe des produits pour 15 milliards de dollars seulement.

    New Delhi souhaite rééquilibrer les échanges en développant son industrie et ses infrastructures

    Ce sont les deux grandes faiblesses du développement de l'Inde qui a privilégié les services. Faute de réseau de transport, l'industrie indienne est à la peine. Il faut aujourd'hui deux semaines pour acheminer par la mer des marchandises entre New Delhi et Mumbai. La ligne de chemin de fer prévue entre les deux villes devrait ramener la durée du voyage à 14 h en 2018, si tout va bien, promettent les Indiens. L'essor de l'industrie est aussi un enjeu crucial pour créer des emplois. Mais pour cela il faut des capitaux. L'Inde n'a donc pas hésité bien longtemps avant d'adhérer à la Banque asiatique d'investissement, lancée par Pékin.

    En espérant trouver auprès de ce nouvel acteur du financement les moyens que lui refuse la Banque mondiale. Depuis deux ans, l'institution basée à Washington a mis en veilleuse les prêts destinés à la construction des centrales électriques au charbon, au désespoir de l'Inde qui dispose d'importantes réserves de houille. L'Inde accueille aussi à bras ouverts les capitaux, et les entrepreneurs chinois ! « L'avenir des sociétés chinoises est en Inde » proclame à qui veut l'entendre Amitabh Kant, chargé de promouvoir l'industrie.

    Un message plutôt bien reçu par les industriels chinois

    Chez eux, l'économie ralentit, il leur faut donc trouver de nouveaux débouchés. Un exemple sur un segment où les Chinois ont pour le moment surtout tiré parti de leur marché intérieur, celui des téléphones portables. Le marché est arrivé à saturation en Chine. L'Inde, parce que la demande est encore en plein boum, mais aussi parce que les attentes des acheteurs correspondent en termes de pouvoir d'achat à l'offre chinoise, apparaît comme une alternative de premier choix pour les nombreux constructeurs chinois.

    Plusieurs d'entre eux y sont déjà présents avec une politique commerciale très agressive. En raison des barrières douanières dressées par New Delhi pour défendre le make in India, certains pensent déjà local. Ils prévoient de monter en Inde des centres de recherche et développement, et des usines.


    Sur le même sujet

    • Chine / Inde / Narendra Damodardas Modi

      Chine: Narendra Modi débute sa visite d’Etat par le site de Xi’an

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.