GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 9 Novembre
Dimanche 10 Novembre
Lundi 11 Novembre
Mardi 12 Novembre
Aujourd'hui
Jeudi 14 Novembre
Vendredi 15 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    La décence de ne pas s’en mêler

    A Bujumbura au Burundi, le 13 mai 2015, après l’annonce de la «destitution» du président Nkurunziza. REUTERS/Goran Tomasevic

    L’attitude ambiguë des pays voisins et de la communauté internationale face à la tentative de coup d’Etat, au Burundi, est un singulier message adressé aux peuples en lutte pour la consolidation de la démocratie sur ce continent.

    Anthony Lattier : La joie des Burundais aura donc été de très courte durée. La liesse populaire déclenchée par l’annonce de la destitution du président Nkurunziza a vite cédé la place au crépitement des armes. Et, à ce jeu-là, au Burundi, le camp Nkurunziza prend toujours le dessus. La tentative de coup d’Etat a échoué. Pierre Nkurunziza est remis en selle, et le troisième mandat est à nouveau à l’ordre du jour. Peut-on affirmer que rarement les Africains se sont sentis autant concernés par un coup d’Etat survenu dans un pays autre que le leur ?

    Jean-Baptiste Placca : Absolument ! A l’annonce de la destitution de Pierre Nkurunziza, c’est le continent tout entier qui a tressailli de joie, en communion avec les Burundais. L’aveu de l’échec du putsch a fait tout autant mal. L’Afrique n’a pas suffisamment aidé les Burundais. La Tanzanie aurait dû retenir Pierre Nkurunziza, en le privant subtilement de sa liberté de mouvement. Ils ont beau révérer la démocratie, les Africains ne peuvent s’empêcher d’applaudir et d’afficher leur joie quand survient un coup d’Etat dans une situation comme celle du Burundi, ou une insurrection populaire, comme en octobre 2014 au Burkina. En clair, lorsqu’un chef d’Etat s’obstine à faire violence à la Constitution de son pays pour se maintenir indûment au pouvoir, les peuples africains conçoivent que les citoyens de son pays puissent user de moyens peu constitutionnels pour lui barrer le chemin. En cela, on peut dire que tous rejoignent le président Abdou Diouf du Sénégal, lorsqu’il suggérait, en 1991, qu’étant donné que l’on impose la dictature par les armes, il n’y avait pas de raison à ce que l’on n’imposât pas la démocratie aussi par les armes, de temps à autre.

    Sauf que ni les grandes puissances ni la communauté internationale ne l’entendent ainsi. Tous ont condamné, alors même que le putsch n’avait pas encore réussi. L’Union africaine aussi a condamné !...

    Cela relève de l’hypocrisie dont sont capables ces Etats et institutions, inaptes à empêcher la violation des Constitutions par les chefs d’Etat. Il faut pourtant bien que tous ces bons amis de l’Afrique – et l’Union africaine – expliquent aux peuples du continent ce qu’ils doivent faire, dans le cas présent, pour empêcher Pierre Nkurunziza de s’imposer indûment à son peuple, cinq années de plus.

    Si les Burkinabè avaient attendu le bon vouloir de ces institutions et de la communauté internationale, Blaise Compaoré aurait sans doute parachevé son projet de « réaménagement constitutionnel » et serait encore au pouvoir, peut-être même en train de battre campagne pour briguer le fameux troisième mandat. Les Burkinabè ont pris leurs responsabilités, ignorant superbement ces représentants de la communauté internationale, et tous ces gens qui ânonnent indistinctement les mêmes résolutions et principes, partout, sans même s’apercevoir de leurs propres contradictions. Leur mise en garde incessante n’a pas empêché Pierre Nkurunziza d’être à deux doigts de se faire réélire pour ce fameux troisième mandat qu’ils disent pourtant réprouver. On a parfois l’impression que le destin des peuples, pour ces gens-là, relève d’un jeu, un simple jeu. C’est déplaisant !

    Vous voulez dire qu’étant donné que le coup d’Etat, pour la communauté internationale, doit être proscrit, celle-ci devrait proposer une solution concrète à la population du Burundi pour empêcher un troisième mandat…

    C’est un minimum. D’autant que les simples manifestations de rue font, désormais, trois à cinq morts par jour, sans que cela suffise à faire reculer le président Nkurunziza. Il ignore superbement les menaces sous-entendant que l’on pourrait lui couper les vivres. Que propose-t-on concrètement aux Burundais, maintenant que le putsch a échoué ? Et il a échoué, sans doute aussi en partie à cause de ces condamnations fusant de toutes parts, que les militaires fidèles à Pierre Nkurunziza ont certainement perçues comme une incitation à se battre encore plus farouchement, puisque la communauté internationale s’opposait clairement à la destitution de leur champion.

    A force de réciter des principes et de brandir des textes sous le nez des populations, sans jamais apporter la preuve qu’elle-même peut faire échec aux violations de la Constitution par les chefs d’Etat, la communauté internationale perd peu à peu sa crédibilité, et elle court le risque de s’entendre bientôt rétorquer cette maxime africaine qui tombe sous le sens : « Si vous ne pouvez résoudre les problèmes des peuples, ayez, au moins, la décence de ne pas vous en mêler ».


    Sur le même sujet

    • Burundi / Pierre Nkurunziza

      Burundi: le président Pierre Nkurunziza s'adresse à la nation

      En savoir plus

    • Burundi

      Burundi: «Pierre Nkurunziza est serein et confiant»

      En savoir plus

    • Burundi

      Burundi: le coup d'Etat a échoué, et maintenant ?

      En savoir plus

    • Burundi

      Burundi: le numéro 2 des putschistes reconnaît l'échec du coup d'Etat

      En savoir plus

    • Burundi

      Pierre Nkurunziza, un hôte encombrant pour la Tanzanie

      En savoir plus

    • Burundi

      Burundi: la communauté internationale condamne la tentative de coup d'Etat

      En savoir plus

    • Burundi

      Pierre Nkurunziza: du maquis à la présidence

      En savoir plus

    • Burundi

      Burundi: qui sont les candidats face au président Pierre Nkurunziza?

      En savoir plus

    • Burundi

      Burundi: Pierre Nkurunziza dépose sa candidature pour un 3e mandat

      En savoir plus

    • Burundi

      Burundi: Pierre Nkurunziza candidat à la présidentielle de juin

      En savoir plus

    • Burundi

      Burundi: Pierre Nkurunziza a rencontré les jeunes Imbonerakure

      En savoir plus

    • Burundi

      Burundi: le président Pierre Nkurunziza briguera un troisième mandat

      En savoir plus

    • Burundi

      Burundi: le président Pierre Nkurunziza promulgue la loi controversée sur la presse

      En savoir plus

    • Burundi

      Burundi: deux jours de trêve décrétés dans les manifestations

      En savoir plus

    • Burundi

      Burundi: reprise des manifestations à Bujumbura

      En savoir plus

    • Burundi / Etats-Unis

      Burundi: les Etats-Unis préoccupés par la répression de manifestations

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.