GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 15 Novembre
Samedi 16 Novembre
Dimanche 17 Novembre
Lundi 18 Novembre
Aujourd'hui
Mercredi 20 Novembre
Jeudi 21 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    L'IRSTEA

    L’Institut national de recherche en sciences et technologies pour l'environnement et l'agriculture, ou IRSTEA, est un établissement public à caractère scientifique et technologique placé sous la tutelle des ministères en charge de la recherche et de l’agriculture en France.

    Au départ de cette affaire, il y avait le Cemagref, Centre national du machinisme agricole, du génie rural et des Eaux et Forêts, né en 1981. Ce Cemagref est lui-même issu de la fusion du Centre technique du GREF (CTGREF) et du Centre national d'études et d'expérimentations du machinisme agricole (CNEEMA). Et c’est ce Cemagref qui devient Irstea en novembre 2011.

    C’est que la donne a évolué avec le temps. Au sortir de la Seconde Guerre mondiale, la préoccupation c’est d’augmenter la production agricole. Ce qui va conduire à la modernisation et l'équipement des campagnes, le développement de la production agricole. Puis, de nouveaux défis apparaissent comme la qualité de l'alimentation, la gestion des ressources en eau, la maîtrise des pollutions, la gestion des risques naturels, ou le développement de territoires ruraux en déclin démographique.

    Aujourd’hui, il est question d’innover pour une agriculture performante et durable. En d’autres termes, produire autant, de meilleure qualité, avec le souci de la santé des hommes, le bien-être des agriculteurs eux-mêmes, et la préservation de l’environnement. Donc optimiser l’usage des produits phytosanitaires et des fertilisants, réduire la consommation d’eau pour irriguer, produire une énergie renouvelable à partir des résidus agricoles et limiter les dépenses énergétiques de l’exploitation agricole, assurer le confort et la sécurité des agriculteurs et améliorer leur performance.

    Avec un budget annuel qui monte à 116 millions d'euros en 2013 par exemple, dont 27% de ressources propres, l’IRSTEA, c’est 1604 collaborateurs, soit 1219 chercheurs, ingénieurs, doctorants et post-doctorants et 385 administratifs et techniciens. L’Institut dispose de neuf centres ; un réseau de 9 directions régionales : le siège à Antony dans la banlieue parisienne, et le Centre d'Aix-en-Provence, le Centre de Bordeaux, le Centre de Clermont-Ferrand, le Centre de Grenoble, le Centre de Lyon-Villeurbanne, le Centre de Montpellier, le Centre de Nogent-sur-Vernisson, enfin le Centre de Rennes.
    Une organisation somme toute normale, car la France c’est un assemblage de terroirs, chacun ayant ses spécificités.

    Invités :
    - Jean-Marc Bournigal, président de l’Institut national de recherche en sciences et technologies pour l'environnement et l'agriculture.
    - Bernadette Ruelle, spécialiste de la protection des végétaux, chercheur au centre IRSTEA de Montpellier.
    - Jean-Pierre Chanet, directeur de l’Unité de recherche technologie et systèmes d’information pour les agro-systèmes de l’IRSTEA
    - Michel Berduca, ingénier de recherche, travaille au centre IRSTEA de Clermont Ferrand.

    Production : Sayouba Traoré
    Réalisation : Ewa Moszynski

     

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.