GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 15 Juillet
Mardi 16 Juillet
Mercredi 17 Juillet
Jeudi 18 Juillet
Aujourd'hui
Samedi 20 Juillet
Dimanche 21 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos

    Aux nostalgiques de l’impunité

    Moussa Dadis Camara a donné une conférence de presse à Ouagadougou le 11 mai lors de laquelle il a annoncé sa candidature à l'élection présidentielle de Guinée. AFP PHOTO / AHMED OUOBA

    Penser qu’il peut rentrer dans son pays et faire campagne pour la présidentielle, sans avoir à répondre des crimes commis sous son éphémère régime, entre 2008 et 2009, revient, de la part de Moussa Dadis Camara, à miser sur une impunité que l’opinion, en Afrique, tolère de moins en moins.

    Antony Lattier : Le capitaine Moussa Dadis Camara annonce sa candidature à la présidentielle d’octobre prochain, en Guinée. Un temps président de ce pays - en sa qualité de chef de la junte qui a pris le pouvoir à Conakry, à la mort du général Lansana Conté, en décembre 2008 -, il avait trouvé asile à Ouagadougou, au Burkina. Que peut bien cacher ce retour ?

    Jean-Baptiste Placca : Il faut espérer qu’il saura le dire, le moment venu, au peuple guinéen, et plus particulièrement aux victimes ou parents des victimes du massacre du 28 septembre 2009. 157 morts, des dizaines de femmes violées et des centaines de blessés. Lorsqu’il a senti la Cour pénale internationale s’intéresser trop à lui, il a désigné Toumba Diakité, son aide de camp, à qui il voulait faire endosser la responsabilité de tous ces crimes. Ce dernier, en réaction, lui a logé une balle dans la tête. Et l’on a cru comprendre que sa cervelle en était endommagée pour de bon.

    S’il a retrouvé toutes ses facultés, au point de croire que le peuple guinéen, librement, peut lui confier son destin, alors, il est urgent que le magistrat en charge du dossier des massacres du 28 septembre lui envoie une convocation. Les organisations de défense des droits de l’homme réclament d’ailleurs son inculpation…

    Faut-il comprendre que le dossier d’un tel massacre a pu être mis en veilleuse en raison des seuls doutes sur l’état de santé du capitaine Moussa Dadis Camara ?

    Le traitement de ce dossier a en tout cas souffert d’une affligeante lenteur. Ces crimes ont été commis depuis bientôt six ans, et l’on ne parle toujours pas de procès. Mais cette tonitruante réapparition du capitaine Dadis Camara trahit surtout une fâcheuse propension, en Afrique, à oublier, exprès, des dossiers qui devraient mériter un traitement prioritaire. C’est cette même propension qui tend à soustraire à la justice des personnages qui auraient tant de comptes à lui rendre. Moussa Dadis Camara aurait dû demeurer sous une surveillance étroite de la justice. Or, on l’a oublié, au point de le laisser se construire, en rêve, un destin national, à l’abri de la justice.

    Aurait-on donc pris, sur ce continent, l’habitude de passer par pertes et profits les crimes graves impliquant des hommes politiques ?

    Dans certains pays africains, oui, l’on a pris l’insupportable habitude de considérer que les morts qui surviennent dans un cadre politique, comptent peu, sinon pas du tout. Voilà pourquoi Moussa Dadis Camara, avec tous les morts au passif de son éphémère régime, peut estimer pouvoir rentrer dans son pays pour battre campagne, sans avoir, au préalable, répondu de sa responsabilité dans les terribles événements du 28 septembre 2009.

    La répression, ce jour-là, était dirigée contre une manifestation, dans un stade, s’opposant clairement à la candidature du capitaine Dadis Camara à l’élection présidentielle qui se profilait alors à l’horizon.

    Sous-entendez-vous que le capitaine Moussa Dadis Camara ne peut prétendre être totalement étranger à tout cela ? Il n’a pourtant été entendu, jusqu’ici, que comme témoin, par la justice…

    C’est une anomalie, qui tient à l’hypocrisie habituelle. Il était encore président, soi-disant, de la République de Guinée, et c’est pour cette raison-là que l’on l’a ménagé. Ensuite, quand il a pris une balle dans la tête, l’on a considéré qu’il n’avait… plus toute sa tête. Et le Burkina lui a donné asile, parce que Blaise Compaoré, médiateur en Guinée aussi, l’avait récupéré, pour rendre service, enlever une épine du pied de la Guinée. Et l’on était censé l’oublier, comme si le prix à payer pour la paix était cet exil, où tous le savaient surveillé, donc, peu susceptible d’aller semer un quelconque désordre en Guinée.
    Il faut croire que la chute de Blaise Compaoré, d’une certaine manière, l’a libéré, lui aussi. Alors, il lui vient des idées, des envies, et sa cervelle sélective a peut-être tout simplement « aboli » la sanglante barbarie du 28 septembre 2009.

    A qui revient-il de le prévenir de ce qu’il encourt en retournant en Guinée ?

    L’Afrique peut condamner comme elle veut la Cour pénale internationale. Mais cette CPI est tout de même utile, face à des attitudes comme celle de Monsieur Moussa Dadis Camara. Car si quelqu’un lui a promis qu’il peut échapper à la justice de son pays, il y a peu de chance que la CPI le laisse passer par pertes et profits les massacres et les viols du 28 septembre. Face à ces justiciables qui, sous couvert de politique, jouissent d’une impunité dont ils se servent ensuite pour narguer leurs victimes, on a aussi envie de dire : « Y en a marre ! ». Et même : vive la CPI !


    Sur le même sujet

    • Appels sur l'actualité

      2. Guinée: quel avenir judiciaire pour Moussa Dadis Camara?

      En savoir plus

    • Invité Afrique

      Guinée: Moussa Dadis Camara, ancien président de la Transition

      En savoir plus

    • Guinée

      Guinée: la FIDH souhaite l'inculpation de Moussa Dadis Camara

      En savoir plus

    • Guinée

      Guinée: Moussa Dadis Camara peut-il revenir en politique ?

      En savoir plus

    • Guinée

      Guinée: Moussa Dadis Camara candidat à la présidentielle

      En savoir plus

    • Guinée

      Guinée: cinq ans après le massacre du 28 septembre au stade de Conakry

      En savoir plus

    • Burkina Faso/Guinée

      Massacre de Conakry: Moussa Dadis Camara entendu comme témoin

      En savoir plus

    • Guinée-Conakry

      Guinée: la FIDH inquiète de voir Resko Camara échapper à la justice

      En savoir plus

    • Guinée

      Le ministre guinéen Claude Pivi inculpé dans l'affaire du massacre du stade de Conakry

      En savoir plus

    • Guinée

      Le capitaine Dadis Camara est rentré en Guinée

      En savoir plus

    • Guinée

      En Guinée forestière, le capitaine Dadis Camara attendu par les siens

      En savoir plus

    • Guinée

      Guinée: la FIDH souhaite que Dadis Camara soit entendu par la justice

      En savoir plus

    • Guinée

      Guinée: retour agité de l'ex-chef de la junte Dadis Camara sur ses terres

      En savoir plus

    • Guinée

      Guinée : exil paisible pour Moussa Dadis Camara à Ouagadougou

      En savoir plus

    Prochaine émission

    D'un côté le meilleur, le grotesque et le pire de l'autre

    D'un côté le meilleur, le grotesque et le pire de l'autre
    Il n’existe pas de virus africain de la contestation systématique des résultats électoraux. Il suffit d'un minimum de transparence et de crédibilité pour que le verdict des urnes inspire confiance aux populations.
    • D'un côté le meilleur, le grotesque et le pire de l'autre

      D'un côté le meilleur, le grotesque et le pire de l'autre

      Il n’existe pas de virus africain de la contestation systématique des résultats électoraux. Il suffit d'un minimum de transparence et de crédibilité pour que le verdict …

    • L’interminable gestion de monsieur Hayatou à la tête de la CAF

      L’interminable gestion de monsieur Hayatou à la tête de la CAF

      Trônant, depuis trois décennies à la tête de la Confédération africaine de football (CAF), ce Camerounais a si peu songé à la relève qu’il brigue à nouveau sa propre …

    • Littérature: Cheikh Hamidou Kane et la démocratie en Afrique

      Littérature: Cheikh Hamidou Kane et la démocratie en Afrique

      Pour le dernier exercice de cette année 2016 nous devions parler avec Jean-Baptiste Placca des pays qui portent les espérances du continent en matière de démocratie et …

    • AfricSearch, une belle idée

      AfricSearch, une belle idée

      Ce jeudi 15 septembre, à Abidjan, AfricSearch, cabinet de recrutement et de conseil en ressources humaines, a célébré le vingtième anniversaire de sa création. L’événement, …

    • Le tigre ne parle pas de sa tigritude

      Le tigre ne parle pas de sa tigritude

      Paris, Bamako… ces capitales, dévastées par les jihadistes, mettent à mal le slogan« islam = religion de paix ».

    • Guinée: retour à la case départ

      Guinée: retour à la case départ

      La victoire du président guinéen sortant est quelque peu dépréciée par les réserves des observateurs. Pire, elle ne résout rien, quant au climat politique, plus tendu …

    • L'Afrique qui avance... L'Afrique qui recule...

      L'Afrique qui avance... L'Afrique qui recule...

      L’Afrique, terminologie unique, revêt des réalités multiples : Il y a l’Afrique qui avance résolument, celle qui ne cesse de reculer, et celle qui s’enfonce, de plus …

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.