GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 17 Janvier
Vendredi 18 Janvier
Samedi 19 Janvier
Dimanche 20 Janvier
Aujourd'hui
Mardi 22 Janvier
Mercredi 23 Janvier
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Venezuela: 27 militaires arrêtés pour s'être soulevés contre Maduro (officiel)
    • Crimée: neuf morts dans l'incendie de deux navires dans le détroit de Kertch (officiel)
    • Michelin 2019: trois étoiles pour les chefs français Laurent Petit et argentin Mauro Colagreco
    • Mexique: assassinat d'un journaliste dans le nord-est du pays (officiel)
    • Brexit: May va retourner à Bruxelles pour rediscuter de la question de la frontière irlandaise
    • Affaire Skripal: Moscou menace l'UE de «représailles» après de nouvelles sanctions
    • France/Stocamine: l'Etat renonce à extraire les déchets dangereux toujours enfouis (document officiel)
    • L'ambassadrice d'Italie convoquée au ministère français des Affaires étrangères après des propos de Di Maio

    Le Gabon investit dans le manganèse au plus mauvais moment

    Fragments de manganèse pur à côté d'un cube de manganèse www.pse-mendelejew.de/Wikimedia Common CC

    Le Gabon industrialise la filière du manganèse au pire moment : le secteur souffre d'une surproduction mondiale.

    Le Gabon vient d'inaugurer sa première usine de transformation du manganèse : le complexe métallurgique de Moanda, financé par le groupe minier français Eramet, à travers sa filiale Comilog. Le Gabon s'enorgueillit d'aller enfin plus loin que l'extraction simple du minerai, ce qu'il s'était contenté de faire depuis plus d'un demi-siècle. Il espère apporter un peu de valeur ajoutée à son produit d'exportation. C'est cette même raison qui avait déjà motivé sa décision d'interdire les exportations de bois brut, en 2010.

    Sauf que le complexe métallurgique de Moanda sort de terre à contretemps. Décidé en 2007, l'investissement risque de ne plus être rentable : les prix du manganèse ont été divisés par plus de trois depuis cette date. Le débouché du manganèse s'est rétréci. L'acier, auquel le manganèse donne sa résistance à l'abrasion, représente 90 % de la demande de la filière. Or la sidérurgie mondiale, et particulièrement la sidérurgie chinoise, ont marqué le pas. On sait aussi utiliser de moins en moins de manganèse par tonne d'acier. Il y a donc trop de manganèse sur un marché mondial très concurrentiel. « Le marché est en surproduction énurétique tant la demande sidérurgique est aux antipodes d'une offre minière devenue indisciplinée ! », résume Didier Julienne, expert des métaux.

    L'usine du Gabon produira majoritairement du silico-manganèse, le tout venant de la première transformation, qui ne sera pas valorisé très cher, alors que l'usine aura besoin de beaucoup d'électricité, fournie par un barrage construit pour l'occasion. Les autres acteurs du marché font en ce moment le choix exactement inverse de Comilog : trois jours avant l'inauguration du complexe métallurgique de Moanda, le numéro un mondial South32, ex-BHP Billiton, décidait de fermer trois de ses quatre fours de manganèse en Afrique du Sud, premier pays producteur au monde, devant la Chine, l'Australie et le Gabon.


    Sur le même sujet

    • Afrique Économie

      Le groupe industriel Olam reste au Gabon

      En savoir plus

    • C'est pas du vent

      2 - Reportage : L’envers du manganèse gabonais

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.