GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 13 Novembre
Jeudi 14 Novembre
Vendredi 15 Novembre
Samedi 16 Novembre
Aujourd'hui
Lundi 18 Novembre
Mardi 19 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Sri Lanka: Rajapakse a été élu président avec 52,25% des voix (résultats officiels)
    • Iran: quarante arrestations lors de manifestations à Yazd contre la hausse du prix de l'essence (agence)
    • Hong Kong: un policier a été blessé à la jambe par une flèche tirée par un manifestant (forces de l'ordre)

    La Grèce dans les pas de l’Argentine?

    Christine Lagarde, directrice générale du FMI, et Yanis Varoufakis, ministre grec des Finances. REUTERS/Philippe Wojazer

    Les tensions entre Athènes et ses créanciers sont tellement fortes que le scénario du défaut de paiement de la Grèce fait à nouveau surface. Le dernier Etat à avoir fait défaut c'est l'Argentine, et ça s'est plutôt mal passé.

    Le premier janvier 2001, Buenos Aires déclare être dans l'incapacité de rembourser les 100 milliards de dollars dus par l'Etat argentin entre autres au FMI. Pour tenter de maitriser cette crise des paiements, les retraits bancaires avaient été sérieusement limités un mois plus tôt. Et les capitaux bloqués. Le peso qui était jusqu'alors arrimé au dollar est dévalué.

    Le pays, déjà en pleine débâcle, s'enfonce dans le chaos total. Politique : le président s'enfuit en hélicoptère. Et économique : au plus fort de la crise jusqu'à 60 % de la population argentine se retrouve en situation de grande pauvreté. Le Produit intérieur brut chute de 11 % en un an.

    Cela donne un avant goût de ce qui pourrait arriver à la Grèce en cas de défaut, surtout si ce défaut s'accompagne d'une sortie de la zone euro. La suite de l'histoire argentine est ambivalente. Le point positif c'est que le pays s'est très vite redressé.

    Grâce à ses exportations agricoles, l'Argentine connait même une croissance record au début du millénaire

    L'Argentine profite du boum des matières premières déclenché par la voracité de la Chine. Les cours du soja et du maïs s'envolent. Ca tombe bien : l'Argentine en est l'un des premiers producteurs et exportateurs. Avec les taxes sur la marchandise qui sort du pays, l'Etat renfloue ses caisses. Ses exportations agricoles ont aussi profité de la dévaluation du peso.

    Buenos Aires entreprend alors de restructurer sa dette, elle n'en remboursera finalement que le quart. Reste encore à gérer le contentieux avec les fonds vautours. La Grèce, elle, n'a quasiment que du pétrole raffiné à exporter mais elle doit d'abord en importer pour le transformer, la valeur ajoutée ainsi dégagée est donc minime.

    Ce n'est pas son coton et son huile d'olive, autres produits grecs d'exportation, qui vont lui permettre de renouveler l'exploit argentin. Enfin, autre différence notable avec l'Argentine, la Grèce est très dépendante des importations pour satisfaire la demande intérieure. Une dévaluation va donc l'appauvrir encore plus, tandis que le pays sud américain est relativement auto-suffisant.

    L'Argentine va mieux, mais elle est toujours indésirable sur les marchés de capitaux

    Effectivement, Buenos Aires ne peut toujours pas lever de dette à l'étranger. La justice américaine lui interdit tant qu'elle ne rembourse pas les fonds vautours. Du coup, l'Etat argentin emprunte sur le marché domestique, à des taux record : 27 % d'intérêt annuel pour les bons du trésor émis au début du mois de juin.

    Etre un paria sur les marchés financiers depuis près de 15 ans lui coûte de plus en plus cher, et la grogne sociale monte, car le gouvernement n'a toujours pas réussi à dompter l'inflation, de l'ordre de 40 %. La Grèce, écrasée aujourd'hui par une dette qui représente 170 % de son PIB, sera allégée du fardeau en cas de défaut mais prisonnière malgré elle des marchés.

    Enfin dernière inconnue : les répercussions sur son environnement. La crise argentine a été quasiment neutre pour ses voisins, mais un écroulement de la Grèce pourrait être potentiellement explosif pour le reste de l'Europe. Pas tellement en termes économiques, mais certainement en termes géopolitiques. Etant donné ses relations avec la Russie de Poutine, sa géographie qui fait d'elle un pays en première ligne dans l'accueil des migrants et ses capacités militaires dirigées contre la Turquie, Bruxelles n'a que des bonnes raisons d'éviter un défaut grec.

     
    La chronique Aujourd’hui l’économie s’interrompt pour l’été.

     


    Sur le même sujet

    • Grèce / Union européenne

      Grèce: un accord ou une sortie de l'Eurozone?

      En savoir plus

    • Grèce

      Crise grecque: l'Eurogroupe se sépare encore sans accord

      En savoir plus

    • Invité de la mi-journée

      Grèce: accord en vue?

      En savoir plus

    • Invité du matin

      Pierre Laurent: Alexis Tsipras «a tenu bon sur la baisse des pensions de retraite»

      En savoir plus

    • Grèce / UE

      Les propositions de Tsipras au révélateur de la politique grecque

      En savoir plus

    • Grèce

      Après Bruxelles, un nouveau front s’ouvre à Athènes pour Tsipras

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.