GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 21 Août
Jeudi 22 Août
Vendredi 23 Août
Samedi 24 Août
Aujourd'hui
Lundi 26 Août
Mardi 27 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos

    A la Une: Attentats, horreur et barbarie

    AFP

    Le lexique d’abord. « Horreur » est le mot-clé des « Unes » de la presse française. « L’horreur islamiste », lance ainsi Le Figaro en manchette, tandis que celle du journal Le Parisien dénonce « l’horreur sur tous les fronts ». L’horreur, donc, mais aussi la « nausée », transcrite en latin à la « Une » de Libération, avec ce titre : « Jihad Nauseam », autrement dit « le jihad jusqu'à la nausée ».

    Le lexique d’abord, les images ensuite. Et notamment celle d’Hervé C., à la « Une » comme en page intérieur du Parisien. C’était l’employeur du principal suspect de l’attentat en Isère. Il a été décapité. En France, c’est sans précédent, mais il n’est pas le premier Français à avoir subi un tel sort, souligne le journal, qui rappelle la décapitation d’Hervé Gourdel enlevé en septembre dernier en Algérie.

    Les images, donc, mais aussi et surtout les sentences. Celle du Figaro est sans appel : pour que s’arrête ce que le quotidien appelle cette « guerre déclarée à la France », il faut « d'abord nommer l'ennemi, le couper de ses bases et le priver, à jamais, de sa liberté d'action », et que « ces islamistes jouissant de la nationalité française soient mis hors d'état de nuire ».

    Celle du Parisien est du même tonneau. « Qu'on arrête enfin, au nom d'on ne sait quel principe mal placé, de refuser de voir que l'intégrisme qui ronge nos banlieues est un danger mortel et que le salafisme est une doctrine mortifère ». Or, déplore ce journal, « nous ne sommes pas à la hauteur » de ce défi.

    Celle de Libération est plus nuancée. Même si le quotidien admet que la « traînée de sang que laisse derrière lui l'intégrisme armé remplit d'horreur et incite à la réaction la plus énergique », Libé met en garde contre ceux, « à droite ou à l’extrême droite », qui parlent de « cinquième colonne », « d’état d’urgence », « d’action immédiate », plaidant ainsi pour des mesures d’exception et pour ce que le journal appelle la « suspicion générale » envers une minorité. « C’est faire exactement le jeu des terroristes », prévient Libération. Qui préconise en conséquence de « tenir bon face à la terreur » et de « tenir bon sur les principes ».

    Un dernier mot qui a indirectement à voir avec le terrorisme. Le Parisien annonce ce matin qu’un arrêté ministériel va, ce samedi 27 au matin, être publié au Journal officiel en France pour interdire les paiements en liquide « au-delà de 1 000€ », contre 3 000€ jusqu’à présent. Le journal souligne que cette mesure vise, notamment, à limiter la part des opérations financières anonymes dans l’économie pour mieux lutter contre « le financement du terrorisme », mais pas que. A noter que les « non-résidents » ne seront pas concernés par ce nouveau plafond de paiement en liquide, mais ils devront présenter une pièce d’identité pour tout paiement en liquide supérieur à 1 000 €, complète Le Parisien.

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.