GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 19 Octobre
Dimanche 20 Octobre
Lundi 21 Octobre
Mardi 22 Octobre
Aujourd'hui
Jeudi 24 Octobre
Vendredi 25 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    Des nanos pour soigner le paludisme (Rediffusion)

    Le paludisme se propage par la piqûre de certaines espèces de moustiques du type anopheles. GETTY/DEA PICTURE LIBRARY

    Le paludisme est un fléau qui tue chaque année quelque 600 000 personnes dans le monde… 90 % de ces décès surviennent en Afrique. Alors que les techniques de prévention s’améliorent, des chercheurs suisses en « nanomédecine » expérimentent un nouveau type de traitement de la maladie, à l’aide de leurres microscopiques capables de capturer directement dans le sang, les parasites responsables du paludisme.

    Le paludisme est dû à un parasite unicellulaire, le plasmodium, le vecteur de sa propagation est la femelle d’un moustique de la famille des Anophèles. Le fléau sévit particulièrement dans les régions tropicales et subtropicales, on déplore chaque année plus de 200 millions de nouveaux cas.

    Prévenir à défaut de guérir ! L’essentiel de la lutte se concentre sur les moyens de se protéger des piqûres de moustiques, avec des techniques comme la stérilisation des anophèles mâles par irradiation. Mais la recherche avance sur tous les fronts, de nombreux répulsifs sont actuellement créés et les traitements s’améliorent, encore faut-il y avoir accès. Des chercheurs de l'université de Bâle et de l'Institut tropical et de santé publique en Suisse, viennent de tester une autre approche, s’attaquer directement, dans le sang contaminé, aux parasites responsables du paludisme à l’aide de nanoparticules.

    Les scientifiques ont mis au point des leurres microscopiques qui imitent la membrane cellulaire des globules rouges, la cible principale des parasites responsables de la malaria, et parviennent ainsi à les capturer. Le cycle infernal de cette attaque parasitaire qui détruit les cellules sanguines en 48 h, pour en contaminer ensuite de nouvelles, est stoppé net. Les parasites capturés ne sont pas détruit pour autant, ils deviennent en revanche très vulnérables aux réponses immunitaires du malade et finissent par être éradiqués.

    Cette nouvelle stratégie de lutte contre le paludisme ouvre des perspectives pour de nouveaux traitements concernant toutes les maladies parasitaires. Elle ne doit pas nous faire oublier les méthodes de préventions déjà en notre possession. Rappelons qu’il convient en toutes circonstances de porter des vêtements longs et couvrants, de les imprégnés de produits insecticides, d’utiliser des répulsifs cutanés sur les parties découvertes du corps, de dormir sous une moustiquaire, elle aussi imprégnée d’insecticides, dans toutes les régions où sévit le pire fléau que l’humanité n’ai jamais affronté.

    3,2 milliards d’individus dans le monde sont susceptibles d’être infectés par le paludisme, indique le dernier rapport annuel de l’Organisation mondiale de la santé.

    Vous avez des questions ou des suggestions, vous pouvez nous écrire à nouvelles.technologies@rfi.fr
     

    • Lentille ultra mince pour smartphone

      Lentille ultra mince pour smartphone

      Comment rendre les smartphones encore plus minces et plus légers ? Des chercheurs américains ont mis au point une lentille optique de quelques microns d’épaisseur, soit …

    • DeepFly3D, quand l’IA prend la mouche

      DeepFly3D, quand l’IA prend la mouche

      Des chercheurs suisses tentent de percer le secret des aptitudes physiques hors pair dont font preuve les « mouches du vinaigre », à l’aide de programmes d’intelligence …

    • Un drone tueur de drones

      Un drone tueur de drones

      Une entreprise aux États-Unis a conçu un drone ultra rapide qui percute, pour mieux les abattre, des engins malveillants qui survoleraient des espaces aériens interdits.

    • Une «robolution» pour les seniors

      Une «robolution» pour les seniors

      Des chercheurs japonais expérimentent des robots capables d’effectuer des tâches ménagères en tout genre. Objectif des scientifiques nippons ? Créer des machines dotées …

    • Le virtuel dans la peau

      Le virtuel dans la peau

      Des chercheurs suisses ont conçu une peau artificielle procurant aux usagers de casques immersifs les sensations du toucher dans les environnements de la réalité augmentée.

    • Un bioréacteur pour résorber des tonnes de CO2

      Un bioréacteur pour résorber des tonnes de CO2

      Avec l’objectif de réduire nos émissions de gaz à effet de serre, une entreprise américaine a mis au point un bioréacteur de faible dimension qui serait plus performant …

    • Prédire l’évolution des feux de forêts

      Prédire l’évolution des feux de forêts

      Des scientifiques américains ont mis au point un programme d’intelligence artificielle qui permettrait d’analyser en temps réel la progression des incendies de forêt …

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.