GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 10 Décembre
Lundi 11 Décembre
Mardi 12 Décembre
Mercredi 13 Décembre
Aujourd'hui
Vendredi 15 Décembre
Samedi 16 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos

    Cellou Dalein Diallo: «Je ne suis pas isolé, je cherche des alliances pour 2015»

    Le leader de l'opposition Cellou Dalein Diallo au milieu des manifestants à Conakry, le 14 avril. AFP PHOTO / CELLOU BINANI

    En Guinée-Conakry, la présidentielle approche à grands pas. Le premier tour aura lieu dans dix semaines, le 11 octobre. Et c'est dans cette perspective que Cellou Dalein Diallo, a été désigné candidat par le parti UFDG, l'Union des forces démocratiques de Guinée. C'était avant-hier (samedi) au terme d'un congrès de trois jours à Conakry. Quelle sont les chances de l'opposition face au président sortant Alpha Condé ? Pourquoi cette alliance surprise avec le très controversé Moussa Dadis Camara ? Sans détours, le numéro un de l'opposition répond aux questions de Christophe Boisbouvier.

    RFI : Cellou Dalein Diallo, vous avez perdu deux fois à la présidentielle de 2010 et aux législatives de 2013. Qu’est-ce qui vous fait penser que, cette fois, vous pouvez gagner la présidentielle d’octobre prochain ?

    Cellou Dalein Diallo : Grâce aux erreurs, aux incohérences et aux échecs de M. Alpha Condé, aujourd’hui l’UFDG [Union des forces démocratiques de Guinée, le parti de Cellou Dallein Diallo, NDLR] est beaucoup plus fort qu’à la veille du premier tour de 2010. Parce que beaucoup sont déçus de la manière dont le pays est géré, de la gouvernance d’Alpha Condé. Il n’y a pas eu de progrès et on a moins de sécurité, moins d’unité nationale. Malheureusement, il n’y a pas eu de croissance : la croissance en 2013 a été de 2,3 %, elle a été nulle en 2014, elle sera négative en 2015.

    L’épidémie Ebola ne peut-elle expliquer ces chiffres ?

    Ça c’est 2014. En 2013 déjà, l’économie guinéenne n’a crû que de 2,3 %, alors que la Côte d’Ivoire faisait 9%, la Sierra Léone 14,8, le Libéria 7...

    Samedi, lors de la clôture du congrès de votre parti, l’UFDG, vous vous êtes posé en « candidat du rassemblement », face à Alpha Condé, « candidat de la division ». Mais votre ancien allié Sidya Touré vous renvoie tous les deux dos à dos et affirme que vous êtes tout aussi communautariste que le président sortant Alpha Condé…

    Ce sont des affirmations qui ne peuvent pas se vérifier sur le terrain. Je suis implanté dans l’ensemble des sous-préfectures du pays et les responsables du parti dans ces localités-là sont des gens issus de toutes les communautés nationales. Et croyez-moi, si j’ai fait 44 % au premier tour de l’élection présidentielle ce n’était pas que des ressortissants de ma communauté !

    Votre force, c’est votre implantation dans la communauté peule. Mais n’est-ce pas aussi votre faiblesse ?

    Non. Je ne suis pas implanté que dans la communauté peule. Aujourd’hui, si vous venez en Basse-Guinée ou en Basse-Forêt, je suis fortement implanté. Je crois même être la première force politique en Basse-Guinée !

    Vous parlez de la Forêt. Pour sortir de votre isolement, vous avez conclu le mois dernier un accord électoral avec Moussa Dadis Camara, l’ancien putschiste qui serait encore influent en Guinée Forestière. Mais tout le monde se souvient du massacre du 28 septembre 2009. N’avez-vous pas fait alliance avec le diable ?

    D’abord, je n’étais pas isolé. L’UFDG dispose de 54 fédérations, de plus de 300 sections dans le pays. Je ne suis pas isolé. C’est vrai qu’à l’approche de l’élection présidentielle, je cherche des alliances pour obtenir l’alternance en 2015. Mais je ne suis pas juge, je ne suis pas la justice. Je suis un homme politique et la justice doit continuer son travail.

    Monsieur Dadis Camara jouit de la présomption d’innocence. Il est à la tête d’un parti régulièrement agréé qui a un potentiel électoral important. Et on a décidé de conjuguer nos efforts pour obtenir cette alternance.
    Cellou Dalein Diallo

    Oui, mais, le 28 septembre 2009 157 personnes ont été tuées par balle ou à l’arme blanche. 109 femmes ont été violées. Tout cela s’est passé sous vos yeux. Vous avez vous-même été roué de coups… Et parmi toutes ces victimes, il y avait beaucoup de militants de votre parti, l’UFDG. Qu’est-ce que vous dites, aujourd’hui, aux survivants et aux proches de tous ceux qui sont morts ce jour-là ?

    Oui. Moi-même j’ai été évacué très difficilement, ici, sur Paris, grâce notamment à l’intervention du président [sénégalais de l’époque, Abdoulaye] Wade. Mais ceci dit, je ne suis pas la Justice. En attendant, Monsieur Dadis Camara jouit de la présomption d’innocence. Il est à la tête d’un parti régulièrement agréé qui a un potentiel électoral important. Et on a décidé de conjuguer nos efforts pour obtenir cette alternance.

    Mais croyez-vous que tous les proches des victimes de ce 28 septembre 2009 peuvent comprendre votre alliance avec l’homme qui gouvernait ce jour-là ?

    Oui. Ils comprennent parfaitement. Je n’ai pas eu de reproches de la part de mes nombreux militants et même des associations des victimes que je soutien. Mais je dis : c’est à la justice de faire le travail. Moi, je suis leader d’un parti. En face, il y a un parti politique qui a un potentiel électoral important.

    Et souvenez-vous qu’en 2010, Alpha Condé a demandé pour le deuxième tour le soutien de Dadis Camara… M. Dadis Camara a décidé de demander publiquement à ses partisans de soutenir Monsieur Alpha Condé. Et personne n’a rien dit !

    En 2013, à l’occasion des élections législatives, M. Alpha Condé s’est déplacé pour aller à Ouagadougou pour demander à Dadis Camara de le soutenir. Dadis Camara a accepté et a demandé publiquement à ses partisans de le soutenir. Pourquoi on n’a pas reproché à M. Alpha Condé d’avoir fait ça en 2010 et en 2013 ?

    Le 8 juillet dernier, Moussa Dadis Camara a été inculpé par la justice de votre pays pour le massacre du 28 septembre 2009. Toutes les organisations de défense des droits de l’homme se sont félicitées de cette décision de justice. En restant allié avec cet individu, ne risquez-vous risquez pas d’entacher votre réputation d’honnête homme ?

    Non, pas du tout ! Parce que je pense que les gens peuvent faire la différence entre l’alliance entre deux partis politiques régulièrement agréés et la nécessité de rendre justice. Nous sommes tous – et M. Dadis Camara et moi – pour la manifestation de la vérité et pour la justice.

    Si le scrutin n’est pas organisé comme vous le souhaitez le 11 octobre prochain, irez quand même à la bataille ?

    Non. Nous n’allons pas vraiment participer à une mascarade électorale, si le dialogue n’aboutit pas. Et actuellement c’est l’agenda de M. Alpha Condé qui est en train de marcher : on traîne les pas, pour qu’à la dernière minute on dise qu’on ne peut pas faire les corrections, nous avons un fichier complètement tripatouillé ! Dans le fief de M. Alpha Condé, on a recensé les enfants, tous les enfants de plus de 8 ans ! Ils sont dans le fichier ! C’était au grand jour ! Nous ne pouvons pas aller aux élections avec un fichier qui ne peut pas garantir l’équité de cette élection présidentielle.

    A quelles conditions accepterez-vous d’aller à l’élection du 11 octobre ?

    On a envisagé de trouver une solution pour les communes : c’est de composer des délégations spéciales à la lumière des résultats de la proportionnelle aux dernières élections législatives, pour que chaque parti puisse être représenté en fonction du score qu’il a réalisé lors de ces élections.

    Donc, à cette condition, vous irez le 11 octobre ?

    A cette condition, mais aussi si l’on réussit à assainir complètement le fichier, pour qu’il soit un fichier qui représente la réalité du corps électoral.

     


    Sur le même sujet

    • Guinée

      Guinée: l’opposition reporte sa manifestation

      En savoir plus

    • Guinée

      Guinée: Alpha Condé rejette toute modification du calendrier électoral

      En savoir plus

    • Appels sur l'actualité

      2. Guinée: quel avenir judiciaire pour Moussa Dadis Camara?

      En savoir plus

    • Appels sur l'actualité

      2. Guinée: une surprenante alliance

      En savoir plus

    • Guinée

      Guinée: pourquoi Dalein Diallo a fait alliance avec Dadis Camara

      En savoir plus

    • Guinée / Elections

      Guinée: élections locales reportées, présidentielle maintenue

      En savoir plus

    • Guinée

      Guinée: Cellou Dalein Diallo déçu de sa rencontre avec Alpha Condé

      En savoir plus

    • Guinée

      Guinée: Alpha Condé rejette toute modification du calendrier électoral

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.