GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 9 Octobre
Jeudi 10 Octobre
Vendredi 11 Octobre
Samedi 12 Octobre
Aujourd'hui
Lundi 14 Octobre
Mardi 15 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    Etre jeune et pauvre au Burkina Faso

    Sawadogo Paul, président de l’Association Jeunesse Unie pour la Promotion Economique et Sociale. RFI/Sayouba Traoré

    Cette semaine, nous rendons visite à une jeunesse pauvre, en manque de compétences professionnelles, et sans réelles perspectives d’avenir. Nous allons à Marcoussis, un quartier périphérique de la ville de Ouagadougou, au Burkina Faso.
    Le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) classe le Burkina Faso à la 181ème place (sur 187) sur l’échelle du développement humain. Près de la moitié de la population vit avec moins de 1,25 dollar (1 euro) par jour, le taux d’alphabétisation des adultes (plus de 15 ans) est inférieur à 30 % et celui des jeunes, à 40 %. Ces jeunes représentent plus de 60 % de la population. Sur environ 17 millions d’habitants, plus de 1,3 million de personnes souffrent d’insécurité alimentaire.

    Concernant la jeunesse, il y a un fort taux de chômage. A cela, il faut ajouter le fait que la population jeune en âge de travailler accuse un déficit important en compétences, environ 58% des jeunes de 16 à 24 ans, et 71% de ceux de 25 à 35 ans ne sont ni instruits ni alphabétisés. Seulement 12,1% des jeunes de 25 à 35 ans et 20,4% des jeunes de 16 à 24 ans ont un niveau secondaire au moins. Un peu moins de 2% des jeunes de 25 à 35 ans ont un niveau supérieur. Parmi les jeunes femmes de 16 à 35 ans, environ 72% ne sont ni instruites ni alphabétisées, contre 54% des jeunes hommes. Résultat: 54% des chômeurs sont des femmes, 82% des chômeurs sont des jeunes et 43% des chômeurs ont moins de 25 ans.

    Le bureau de l’association Jeunesse Unie pour La promotion Economique et Sociale, devant le siège dans le quartier Marcoussis de Ouagadougou. RFI/ Sayouba Traore

    Nous sommes reçus au siège de l’Association Jeunesse Unie pour la Promotion Economique et Sociale, situé à Marcoussis dans le secteur 37 de l’arrondissement N°9 de Ouagadougou. Ici, il s’agit de se battre pour créer sa propre activité. Et dans cet océan de pauvreté, il est impératif d’unir les maigres forces dont on dispose.

    Invités :

    - Sawadogo Paul, président de l’Association Jeunesse Unie pour la Promotion Economique et Sociale

    - Ouédraogo Clarisse Windemi, trésorière

    - Salogo Hamadé, secrétaire général

    - Sondo Albert, responsable de la micro-finance sociale

    - Basséma Elisabeth, commerçant de produits alimentaires.

    Des messages à nous laisser sur Facebook

    Production : Sayouba Traoré
    Réalisation : Ewa Moszynski
     

     


    Sur le même sujet

    • Afrique Économie

      Burkina Faso: un programme socio-économique pour enrayer le chômage

      En savoir plus

    • 7 milliards de voisins

      Micro-crédit dans les pays du Sud: quels leviers pour sortir de la pauvreté, quelles dérives?

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.