GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 14 Janvier
Mercredi 15 Janvier
Jeudi 16 Janvier
Vendredi 17 Janvier
Aujourd'hui
Dimanche 19 Janvier
Lundi 20 Janvier
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    «Fermez les jambes, ouvrez les cahiers» : la lutte contre les grossesses précoces à l’école en Côte d’Ivoire

    Une jeune fille de 15 ans enceinte. AFP/Gwenn Dubourthoumieu

    Le 28 février 2014, Mme Kandia Camara, ministre de l’Education de Côte d’Ivoire lance la campagne « Zéro grossesse à l’école » avec l’aide du Fonds des Nations unies pour la population. Avec cette campagne, le pays veut donc en finir avec un phénomène courant, connu de tous, que les autorités font semblant de (re) découvrir. Tout commence en 2012, avec une étude qui révèle qu’il y a eu plus de 5000 cas de grossesses dans les collèges et lycées de Côte d’Ivoire au cours de l’année. Pire encore, les filles les plus jeunes ont à peine 9 ans. Pour le gouvernement, c’est un choc. Il faut donc briser le tabou que représente la sexualité et agir en insistant sur l’éducation sexuelle et l’accès aux services de l’Etat, telle la contraception. C’est une question d’égalité et de droit à la scolarité et à un avenir meilleur, mais également une question de survie pour des petites filles bien trop jeunes pour donner naissance à un enfant. Alors comment expliquer cette situation aujourd’hui en Côte d’Ivoire? Plus d’un an après le lancement de cette campagne dans le pays, qu’est-ce qui a été entrepris par le gouvernement ? Quels sont les résultats ?

    Un reportage enquête d’Igor Strauss en Côte d’Ivoire.

    - Mame Bousso Diack, présidente du Forum des éducatrices africaines antenne Sénégal (FAWE)


    Sur le même sujet

    • Priorité santé

      1. Le Caire +20 : Avortement et santé sexuelle des jeunes

      En savoir plus

    • Santé

      L'éducation sexuelle doit rentrer à l'école

      En savoir plus

    • Priorité santé

      1. La contraception

      En savoir plus

    • 7 milliards de voisins

      1. L'exploitation sexuelle des enfants

      En savoir plus

    • 7 milliards de voisins

      1. Journée mondiale contre l'exploitation sexuelle des enfants

      En savoir plus

    Prochaine émission

    La dot : le prix de la mariée ? (Reportage)

    La dot : le prix de la mariée ?  (Reportage)
    La dot est censée sceller l’union entre deux familles. Selon le Code togolais des personnes et de la famille, elle doit rester symbolique et ne pas excéder 10 000 francs CFA (15€), versés à la famille de la fiancée. Pourtant, bijoux en or, biens d’équipements, (…)
    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.