GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 18 Août
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
Mercredi 21 Août
Aujourd'hui
Vendredi 23 Août
Samedi 24 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    Cuivre: Glencore suspend la production de deux gisements d'Afrique

    Une mine de cuivre près de Kitwe, en Zambie. Getty Images

    Le géant minier Glencore arrête provisoirement de produire du cuivre sur deux sites africains majeurs, en RDC et en Zambie. Le géant des matières premières compte à la fois moderniser ses installations et faire remonter les cours du métal rouge.

    Conséquence de la plongée des cours des matières premières, le géant du secteur Glencore a vu ses pertes se creuser et son endettement s'alourdir. Entre autres remèdes, le groupe suisse arrête provisoirement la production de deux de ses mines de cuivre en Afrique. Une interruption de 18 mois sur le site de Mopani, en Zambie, une période non précisée pour le moment au Katanga, en République démocratique du Congo, le temps de faire des travaux sur ces deux gisements majeurs de cuivre africain.

    Pas question de les abandonner ; Glencore souhaite au contraire investir pour les moderniser : une machine pour dissoudre le minerai par lixiviation doit être installée au Katanga, et un concentrateur de minerai doit être mis en place sur le site zambien. Ce qui permettra de fabriquer des cathodes de cuivre, mieux valorisées, et non plus d'exporter seulement du concentré de minerai.

    Sans ces travaux, la production n'était plus rentable au cours actuel - extraire une tonne de cuivre sur ces deux sites africains coûtait plus cher à Glencore que ce que le groupe pouvait en tirer sur le marché mondial - d'autant que les pénuries d'électricité avaient été aggravées cette année par la sécheresse en Zambie.

    À terme, le géant minier espère faire passer les coûts de production du Katanga et de Mopani sous les 3 800 dollars la tonne, contre 5 500 dollars aujourd'hui. L'interruption de la production devrait permettre au groupe minier de perdre moins d'argent et d'agir sur l'équilibre de l'offre et de la demande. 300 à 400 000 tonnes annuelles de cuivre non produites en Zambie et en RDC, cela représente 1 % de l'offre mondiale. Suffisamment « pour faire basculer le marché d'un excédent à un déficit de production », résume Didier Julienne, expert des métaux, et donc de faire remonter les cours du cuivre.

    Signe que la stratégie du groupe a convaincu les investisseurs, l'action de Glencore a rebondi de 7% hier, alors qu'elle avait perdu la moitié de sa valeur depuis le début de l'année. En revanche, cette interruption de production, même temporaire, est un nouveau coup dur pour les économies de RDC et de Zambie, déjà très ébranlées par la chute des cours des métaux. Le pari, c'est que les deux pays africains champions du cuivre soient plus compétitifs dans quelques mois, et qu'ils gagnent alors de nouvelles parts de marché dans le cuivre, aux dépens des pays d'Amérique latine.


    Sur le même sujet

    • Matières premières

      Chute du prix du cuivre: un coup dur pour les groupes miniers

      En savoir plus

    • Chine / Chili / Pérou

      Le cuivre plonge, les économies du Chili et du Pérou mises à mal

      En savoir plus

    • Chronique des Matières Premières

      En Mongolie, Rio Tinto relance l'extraction du cuivre

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.