GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 21 Août
Jeudi 22 Août
Vendredi 23 Août
Samedi 24 Août
Aujourd'hui
Lundi 26 Août
Mardi 27 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos

    L’Europe désunie face aux réfugiés

    Une inspection médicale de réfugiés, après leur arrivée à la gare de Münich, le 7 septembre 2015. REUTERS/Michaela Rehle

    Après des heures de réunion, les ministres européens de l’Intérieur n’ont pas réussi à se mettre d’accord sur un mécanisme d’urgence d’accueil, les fameux quotas. Ça bloque à l’Est, en République Tchèque, en Slovaquie, en Pologne, et en Hongrie.
    La Hongrie toujours intransigeante. Depuis ce matin, une nouvelle loi punit de trois ans de prison tout migrant qui tentera de franchir la frontière avec la Serbie, désormais protégée par un mur de barbelés. Que pensent les citoyens hongrois de l’attitude de leur gouvernement? C’est ce qu’a cherché à comprendre sur place Florence Labruyère.

    Schengen et Dublin II, moribonds
    Et en Allemagne, on évoque désormais l’idée de supprimer les aides européennes à tous les pays qui, comme la Hongrie, refuseraient d’accueillir des réfugiés.
    En attendant le prochain sommet européen, on a tout de même décidé de créer des « Hotspots » en Grèce et en Italie, ces fameux centre d’accueil et de tri, pour distinguer les migrants économiques des demandeurs d’asile. On va aussi intensifier la traque aux passeurs en mer.
    Mais à ce stade, on voit déjà deux institutions européennes se fissurer, Schengen et le règlement sur l’asile dit de Dublin II. L’Allemagne a rétabli temporairement les contrôles aux frontières et la Hongrie annonce déjà un nouveau mur à la frontière avec la Roumanie.

    Pour nous expliquer ces enjeux, on retrouve Daniel Vigneron du site myeurop.info.

    Non aux antennes américaines
    En Sicile, comme ailleurs en Italie, les Américains maintiennent de nombreuses bases militaires depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. L’affaire ne suscite pas d’opposition politique, mais à Niscemi dans le sud de la Sicile, un vent de rébellion fait trembler la marine américaine. Les habitants s’opposent violemment à l’installation de nouvelles antennes de télécommunication ultra-puissantes. Elles seraient dangereuses pour l’environnement et la santé des habitants. C’est le reportage de Cécile Debarge.

    Les années 80 en Turquie
    C’est une exposition phare de la rentrée à Istanbul. Un vaste panorama dédié aux années 80 dans le pays. Une époque charnière où se mêlent croissance économique, coup d’Etat et montée en puissance des mouvements pro-démocratiques. Visite dans les galeries foisonnantes du SALT, avec Anne Andlauer.


    Sur le même sujet

    • Internet

      Accueil des migrants, la Toile se radicalise

      En savoir plus

    • Union européenne

      Le «non» de la Pologne à l'accueil des réfugiés résonne en Europe

      En savoir plus

    • Union européenne/Réfugiés

      UE: «accord politique» a minima pour l'accueil de 160000 réfugiés

      En savoir plus

    • Espagne

      Espagne: regroupement de municipalités pour accueillir les réfugiés

      En savoir plus

    • Migrants / Pologne

      En Pologne, on manifeste contre l'accueil des réfugiés

      En savoir plus

    • Crise migratoire

      La Slovaquie peut-elle refuser l’accueil aux réfugiés musulmans?

      En savoir plus

    • Etats-Unis / Migrants

      Les Etats-Unis vont accueillir 10000 réfugiés syriens en 2016

      En savoir plus

    • France

      Accueil des réfugiés: les maires de France posent leurs conditions

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.