GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 17 Janvier
Vendredi 18 Janvier
Samedi 19 Janvier
Dimanche 20 Janvier
Aujourd'hui
Mardi 22 Janvier
Mercredi 23 Janvier
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Chine: croissance de +6,6% en 2018, plus faible niveau en 28 ans (officiel)
    • Chine: la croissance a ralenti à +6,4% sur un an au 4e trimestre 2018 (officiel)
    • Chine: la production industrielle en hausse de 6,2% sur un an en 2018
    • Israël annonce qu'il mène des frappes sur des cibles iraniennes en Syrie
    • Présidentielle au Sénégal: le Conseil constitutionnel maintient sa liste de 5 candidats. K.Sall et K.Wade sont définitivement exclus

    A la Une: une sortie de crise «mi-chèvre mi-choux» au Burkina

    © AFP/Pius Utomi Ekpei

    Les médiateurs de la Cédéao ont voulu contenter tout le monde. Le projet d’accord politique de sortie de crise présenté hier soir prévoit donc de restaurer le président Kafando, d’amnistier les putschistes, de maintenir les élections législatives et présidentielle au plus tard le 22 novembre, et d’y inclure les candidats pro-Compaoré, exclus ces derniers mois suite à une loi votée par l’Assemblée intérimaire.

    La presse burkinabè reste en retrait. Peu de réactions pour l’instant, si ce n’est ce constat du site d’information Fasozine : « La balle est maintenant dans le camp de la Cédéao, qui devra se prononcer dans les prochains jours sur le projet de compromis concocté sous les bons offices des médiateurs envoyés à Ouagadougou. Comme un clin d’œil de la nature, une pluie bienfaisante, qui s’est abattue durant plus d’une heure sur la capitale burkinabè, a fait baisser la tension d’un cran en fin de journée. Les Burkinabè ne se réveilleront pas ce lundi avec un accord de sortie de crise, pointe Fasozine, mais une chose est au moins sûre, les auteurs du coup d’Etat ne semblent pas non plus obligés de le consommer à tout prix. C’est tant mieux. Même si les incertitudes demeurent. »

    Les putschistes s’en tirent-ils à bon compte ?

    Pour certains dans la presse de la sous-région, la solution de la Cédéao passe plutôt mal. « Le projet d’accord pour une sortie de crise au Burkina Faso ne manquera pas de provoquer l’indignation chez les personnes éprises de justice, tempête ainsi La Nouvelle Tribune au Bénin. L’amnistie accordée à la junte malgré les morts et les blessés, lors de la répression de la contestation populaire, consacre l’impunité que les Burkinabè pensaient avoir enterrée avec le départ de Blaise Compaoré. Visiblement, le général Diendéré et ses hommes du très décrié RSP, le Régiment de sécurité présidentielle, s’en tirent à bon compte. Par les armes, ils obtiennent l’admission des cadors du CDP, ces traîtres de la nation burkinabè, à la grande messe électorale en vue dans le pays. Et par ce même coup, l’hyperpuissante " armée dans l’armée " a renvoyé aux calendes grecques la mise en œuvre de la réforme devant consacrer sa suppression. »

    Pour Le Quotidien au Sénégal aussi, Diendéré et ses hommes s’en tirent bien : « Le RSP est un poison pour la démocratie burkinabè, il a déversé son venin dans le processus électoral qu’il a réussi à bloquer à travers ce putsch qui était voué à l’échec dès le départ. Diendéré le savait à l’avance. Mais il a réussi à enrayer la machine démocratique en différant la présidentielle en novembre et en intégrant ses amis du CDP dans le processus électoral. C’est le couronnement de son coup d’éclat : saboter le processus politique. »

    ... Ou pas ?

    A contrario, pour le site d’information guinéen Ledjely.com, les putschistes ont mal joué. « Présentés comme de fins stratèges, les membres du Régiment de sécurité présidentielle n’auront pas brillé par leur intelligence. Car au vu des résultats qu’ils pourraient récolter de l’aventure, il leur aurait été préférable de demeurer dans leur coin. En tout cas, le seul véritable motif de satisfaction qu’ils devraient en tirer, c’est l’éventuelle amnistie qui pourrait leur être garantie. (…) Et en ce qui concerne le retour des membres du CDP (l’ancienne majorité au pouvoir), on voit mal comment il pourrait profiter à Diendéré et à ses camarades. Parce qu’au vu de la configuration actuelle du champ politique burkinabè, le CDP n’a pas particulièrement la cote. Ses candidats ont donc très peu de chances d’occuper des postes dont les soldats du RSP pourraient tirer profit. En définitive, conclut Ledjely.com, pour les auteurs du coup d’Etat, les bénéfices sont plutôt maigres, pour ne pas dire nuls. Tout au contraire, en agissant comme ils l’ont fait, les membres du RSP ont contribué à accroitre la méfiance et l’hostilité des populations à leur encontre. De même, ils ont braqué l’attention sur la menace qu’ils représentent. Or, par-dessus, ils sont obligés de restituer le pouvoir qui aurait dû leur servir d’abri et de paravent. Dorénavant, ils seront plus vulnérables qu’ils ne l’étaient avant le coup d’Etat. »

    Plus d’exclusion !

    En tout cas, conclut Fraternité Matin en Côte d’Ivoire, « personne ne peut dire aujourd’hui quelle sera l’issue de la crise politique au Burkina. Que la junte se maintienne au pouvoir ou pas, que la présidentielle du 11 octobre soit repoussée aux calendes grecques ou pas, la démocratie burkinabè a déjà subi un sérieux revers. La leçon, pour tous les pays africains, pointe le quotidien abidjanais, est qu’il convient de mettre fin à toutes les politiques d’exclusion. Les lois taillées sur mesure pour exclure un adversaire du jeu politique national conduisent toujours, partout, à une impasse. Au mieux, c’est le boulevard qui conduit à des coups d’Etat militaires, et au pire, à la guerre. »

    Et Fraternité Matin de s’interroger : « N’avons-nous donc, nous Africains, que le choix entre Charybde et Scylla ? »

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.