GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 27 Juin
Mardi 28 Juin
Mercredi 29 Juin
Jeudi 30 Juin
Aujourd'hui
Samedi 2 Juillet
Dimanche 3 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    Du coton de la guerre syrienne dans les vêtements vendus en France

    Récolte de coton dans un champ de Taftanaz, en Syrie. Getty Images/Ursula Gahwiler/Robert Harding

      Conclusion d'une étude publiée ce mercredi, le coton syrien trouve encore des débouchés en France, et il finance les deux camps qui s'affrontent en Syrie.

      Une partie du coton de la guerre en Syrie est écoulé en France. Et il a de grandes chances de financer autant l'organisation État islamique que le régime de Bachar el-Assad. C'est la conclusion d'une étude d'Anne-Laure Linget, experte dans l'approvisionnement de l'industrie textile.

      La Syrie réalisait 10 % de ses exportations grâce au textile avant la guerre. Elle s'était même spécialisée dans le coton bio, dont elle était le troisième fournisseur mondial, et dont l'Allemagne était très friande. Mais autant Berlin a complètement stoppé ses importations de textiles syriens, autant la France continue d'acheter des vêtements confectionnés dans les usines du centre et du sud du pays, aux mains de Bachar el-Assad, comme l'attestent les chiffres des douanes françaises. Un demi-million d'euros au total en 2014, et les quantités ont progressé en 2015. Il s'agit d'une part de t-shirts syriens, la France en est le troisième acheteur derrière l'Italie et la Grèce. Mais aussi et surtout de vêtements féminins, jupes et robes probablement à caractère confessionnel, la France en est le deuxième acheteur en Syrie derrière le Royaume-Uni et devant l'Égypte.

      Mais la plus grande partie des fils de coton syrien se perd clandestinement dans la filière turque, au profit de l'organisation État islamique, qui a mis la main sur plus de 80 % des champs de coton. On ne peut expliquer autrement que la Syrie ait officiellement exporté aussi peu de coton en 2015 (pour 40 000 dollars au premier trimestre, contre 24,6 millions de dollars attendus), ni que la Turquie ait pu réaliser une telle hausse des exportations textiles avec officiellement aussi peu d'importations de matière première.

      Le coton absent des statistiques est du coton syrien qui entre clandestinement en Turquie pour rejoindre le centre textile turc de Gaziantep, spécialisé dans la maille. Jusqu'à 20 %, des T-shirts fabriqués en Turquie pourraient contenir du coton syrien finançant l'EI, conclut l'étude. Or la Turquie fournit 7 % des importations françaises de textiles et habillement. En extrapolant, on aurait 1,2 % de « coton Daech » dans les t-shirts français, mais toute l'Europe est concernée : la Turquie est le troisième fournisseur européen de textile et d'habillement.


      Sur le même sujet

      • Chronique des Matières Premières

        Comment l'organisation Etat islamique utilise sa manne pétrolière

        En savoir plus

      • Chronique des Matières Premières

        L'arme alimentaire toujours aux mains du pouvoir en Syrie

        En savoir plus

      • Syrie/ Agriculture/ Norvège

        Syrie: la Réserve mondiale de semences sollicitée, une première

        En savoir plus

      • Syrie/Russie

        Syrie: le déploiement d’avions de combat russes inquiète Washington

        En savoir plus

      1. 1
      2. 2
      3. 3
      4. ...
      5. Suivant >
      6. Dernier >
      Les émissions
      Commentaires
       
      Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.