GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 18 Octobre
Samedi 19 Octobre
Dimanche 20 Octobre
Lundi 21 Octobre
Aujourd'hui
Mercredi 23 Octobre
Jeudi 24 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    Le traité trans-pacifique épargne les secteurs agricoles des pays signataires

    Les douze membres du traité trans-pacifique (TPP) lors d'une conférence de presse à Hawaii, le 31 juillet 2015. Reuters/路透社

    Les pays signataires du traité trans-pacifique ont ouvert très modestement leur marché agricole. A part à la viande américaine.

    Les gagnants du traité trans-pacifique (TPP) ? L'automobile japonaise, le pétrole canadien et la viande nord-américaine. Le porc et le bœuf des Etats-Unis et du Canada vont pouvoir s'exporter sans droits de douane au Vietnam, et avec des droits très réduits au Japon ; ces deux marchés asiatiques, très prometteurs pour les deux viandes, étaient quasiment fermés aux importations nord-américaines.

    Le traité trans-pacifique réjouit aussi les producteurs américains de blé et de soja, et les producteurs canadiens d'orge et de colza, qui vont voir leurs exportations facilitées de l'autre côté du Pacifique.

    Mais pour le reste, l'accord de libre-échange n'a pas réellement détruit les barrières qui protégeaient les bastions de l'agriculture parmi les 12 pays signataires. L'Australie rêvait de pouvoir exporter librement son excédent de sucre aux Etats-Unis, mais Washington n'accorde qu'un maigre quota au sucre de canne océanien.

    Les Etats-Unis voulaient écouler plus de riz américain au Japon, ils n'obtiennent que 50000 tonnes supplémentaires, Tokyo parvient encore une fois à épargner le riz japonais très subventionné de la concurrence étrangère.

    La Nouvelle-Zélande rêvait d'inonder le Canada de produits laitiers, pour compenser la baisse des achats de la Chine, qui ne fait pas partie du traité. Mais le gouvernement de Wellington n'obtient qu'un accès limité au consommateur canadien : le gouvernement d'Ottawa n'ouvre que 3 % de son marché laitier, et encore beaucoup moins largement son marché des œufs et de la volaille.

    Le gouvernement conservateur de Stephen Harper voulait à tout prix calmer l'ébullition des éleveurs laitiers canadiens, à deux semaines des élections. C'est l'industrie automobile canadienne qui sera soumise à la concurrence asiatique, pas l'industrie laitière ni la filière avicole, dans ces deux secteurs le Canada est parvenu à sauver ses quotas de production et ses tarifs d'importation, piliers d'un « système de gestion des approvisionnements » qui sera bientôt le dernier au monde.

    Prochaine émission

    Allemagne: réunion à Berlin sur la durabilité de la filière cacao

    Allemagne: réunion à Berlin sur la durabilité de la filière cacao
    Berlin accueille (les mercredi 23 et jeudi 24 octobre 2019) un rendez-vous des acteurs du Cacao, organisé par la World Cocoa Foundation, autour de la durabilité de la filière où seront présents des représentants des gouvernements des pays producteurs, (…)
    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.