GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 17 Septembre
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
Vendredi 20 Septembre
Aujourd'hui
Dimanche 22 Septembre
Lundi 23 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos

    Pétrole: le risque géopolitique n'impressionne pas encore les marchés

    Une raffinerie de pétrole, en Arabie Saoudite. Getty Images/Pete Turner

    Les prix du pétrole ne réagissent pas encore au risque géopolitique, accru depuis les attentats de Paris.

    Le retour du risque géopolitique n'impressionne pas encore les marchés pétroliers. Les prix du pétrole n'ont connu qu'une brève et très légère hausse lundi, ils se sont à nouveau repliés à 44 dollars pour le Brent et à 40 dollars pour le brut américain, leur plus bas niveau depuis le mois d'août. Les attentats de Paris et l'intensification des frappes en Syrie sont pourtant de nature à changer radicalement la donne pétrolière au Moyen-Orient, selon certains experts. L'Arabie Saoudite s'inquiète du rapprochement de la coalition contre l'organisation Etat islamique avec la Russie, l'alliée de son ennemi iranien. Riyad pourrait décider de cesser de brader son pétrole, en resserrant les vannes, pour préserver non plus sa part du marché pétrolier, mais sa capacité financière à s'armer. La stratégie saoudienne d'inonder le marché pétrolier pour évincer ses concurrents à plus forts coûts de production, dont la Russie, met déjà en péril le budget du royaume.

    Mais les marchés n'entrevoient ce risque géopolitique qu'à long terme. A court terme, ils ont les yeux rivés sur le ralentissement chinois et le niveau pléthorique des stocks mondiaux, avec encore une augmentation de la production américaine la semaine dernière ; à court terme, les attentats de Paris sont même plutôt de nature à faire chuter les prix du pétrole, du fait, notamment, du ralentissement du trafic aérien. C'est d'ailleurs ce qui s'était produit au lendemain des attentats du 11 septembre 2001 : un plongeon des prix du brut de 30 à 17 dollars. Ce n'est que dans un deuxième temps que les cours avaient connu une envolée ? Seulement interrompue par la crise financière de 2009, et ponctuée de fortes flambées : lors du soulèvement libyen en 2010 et tout récemment en juin de l'an dernier, lors de la progression fulgurante en Irak de ceux qu'on appelait alors les rebelles sunnites.
     


    Sur le même sujet

    • Arabie saoudite

      L’Arabie saoudite souffre de l’effondrement du cours du pétrole

      En savoir plus

    • Chronique des Matières Premières

      Le baril de pétrole restera sous les 80$ jusqu'en 2020, selon l'AIE

      En savoir plus

    • Iran

      L’Iran annonce une hausse de sa production de pétrole en 2016

      En savoir plus

    • Chronique des Matières Premières

      Les pays importateurs de pétrole souffrent aussi de la chute des cours

      En savoir plus

    • Chronique des Matières Premières

      L'Opep voit un rebond des cours du brut en 2016

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.