GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 14 Septembre
Dimanche 15 Septembre
Lundi 16 Septembre
Mardi 17 Septembre
Aujourd'hui
Jeudi 19 Septembre
Vendredi 20 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    Le tigre ne parle pas de sa tigritude

    La police malienne en face de l'hôtel Radisson à Bamako, le 20 novembre 2015. REUTERS/Joe Penney

    Paris, Bamako… ces capitales, dévastées par les jihadistes, mettent à mal le slogan« islam = religion de paix ».

    Isabelle Jammot : Une semaine après Paris, c’est Bamako, la capitale du Mali, qui est attaquée par les terroristes. Une vingtaine de morts à l’hôtel Radisson Blu, à l’issue d’une prise d’otages qui a duré de longues heures. Et soudain, on a tous l’impression que plus personne n’est en sécurité, où que ce soit. Que dire ? Que faire ?

    Jean-Baptiste Placca : D’abord, avoir le courage de désigner le mal par son nom. Et exiger de chacun qu’il assume ses responsabilités dans ce village planétaire. Il arrive un temps, dans la vie, où une société doit cesser de se mentir à elle-même, pour regarder les réalités en face. Et affronter la vérité, dans toute sa nudité. Tout le monde sait dans quelles franges de la société se recrutent les jihadistes. Il s’agit, ici, de demander aux parents, aux amis et aux voisins, non pas de faire de la délation, mais d’assumer leurs responsabilités vis-à-vis de la communauté nationale, et au-delà, en donnant l’alerte lorsqu’il est encore temps. C’est ainsi, et seulement ainsi qu’ils parviendront à protéger les intéressés contre les risques qu’ils prennent pour eux-mêmes et ceux qu’ils font courir à toute une nation. Comme au Mali. Comme en France.

    Là-bas, comme ici, il devient épuisant d’entendre les parents dire, après que leurs rejetons terroristes ont ôté la vie à des dizaines ou à des centaines de personnes, que c’étaient des enfants sans histoire, des gamins polis et même gentils, bref, qu’ils ne comprennent pas comment ils ont pu commettre de tels attentats…

    Cela peut être le cas… La surprise peut être justifiée ?

    Oui. Mais lorsque votre fils n’a pas terminé ses études secondaires, qu’il n’a appris aucun métier, qu’il ne travaille pas mais disparaît puis réapparaît quelques semaines plus tard, sans aucune explication, et vous tend des liasses de billets d’argent – que vous acceptez, sans en demander l’origine –, vous, parents, ne pouvez feindre la surprise, lorsque l’on vous annonce qu’il a pris des gens en otages, tué des innocents, ou qu’il a fait sauter un bus. Vous, parents, ne pouvez prétendre que vous ne soupçonniez rien, et que votre fils, ce bon garçon, a dû avoir été envoûté !

    Les parents ont une responsabilité première dans ce que deviennent leurs enfants. Les parents ont une responsabilité. Une de nos consœurs, ici à RFI, nous racontait, il y a trois jours, que lorsqu’elle était collégienne, elle a vu un de ses petits camarades, traîné au commissariat de police par sa mère, qui avait découvert qu’il vendait de la drogue.

    D’aucuns diraient qu’elle a livré, ou même trahi son fils…

    D’autres diraient qu’elle lui a sauvé la vie et, peut-être aussi, préservé la société d’un plus grand danger. Les premiers à savoir sont toujours les parents. Ils doivent, au minimum, soupçonner quelque chose d’anormal et s’en inquiéter. Ceux qui prétendent n’avoir pas vu leur gentil garçon tourner mal sont ceux qui ont démissionné de toute responsabilité, et feraient mieux de s’abstenir de pleurnicher devant les caméras, alors que les corps de ses victimes sont encore chauds.

    Il est tout aussi épuisant d’entendre, après chaque attentat commis par ces jihadistes, les ministres de la religion musulmane proclamer que ces crimes n’ont rien à voir avec l’Islam, qui est une religion de paix. Une religion de paix devrait être aussi une religion qui accepte qu’il en existe d’autres, donc que les adeptes de ces autres religions ne soient pas tous des mécréants ou des infidèles.

    Ce n’est, de toute façon, pas une prescription de l’islam…

    Il n’empêche que des musulmans qui ne sont en rien des jihadistes affichent parfois cette même attitude de mépris vis-à-vis des non musulmans. Ne parlons pas de toutes ces belles musulmanes qui refusent d’accorder aux non musulmans un peu plus que le nécessaire… Bref, pour reprendre Wole Soyinka, le premier Nobel africain de littérature, « le tigre ne parle pas de sa tigritude : il bondit sur sa proie et la dévore ».

    Que faut-il comprendre ?

    Qu’au lieu de proclamer ce que vous êtes, il suffit simplement de vous assumer, d’agir en conformité avec ce que vous êtes, pour que les autres comprennent que vous êtes bien ce que vous dites être. Wole Soyinka raillait Aimé Césaire et Léopold Sédar Senghor, qui ne cessaient de magnifier la négritude. Pour l’écrivain nigérian, le seul fait de bondir sur sa proie et de la dévorer suffit, pour qui l’observe, de comprendre qu’il a, face à lui, un tigre. Donc, il suffit, pour le plus grand nombre de musulmans, de faire ce que leur dicte le Coran, pour que l’on comprenne que leur religion est une religion de paix.

    Que dire, en conclusion de ce sermon ?

    Simplement que le Radisson Blu, à Bamako, est un hôtel agréable, avec un personnel gentil et professionnel. Nous retournerons à Bamako ! Nous descendrons à nouveau au Radisson Blu ! Parce que les jihadistes n’ont pas à nous dicter où dormir.


    Sur le même sujet

    • Revue de presse française

      A la Une: Bamako et les défaillances du Mali d’IBK

      En savoir plus

    • Mali

      Attaque au Mali: le témoignage du chanteur Sekouba Bambino, rescapé

      En savoir plus

    • Mali

      Mali: retour sur l’attaque de l’hôtel Radisson à Bamako

      En savoir plus

    • Mali

      [Reportage] Les militaires français ratissent le nord du Mali

      En savoir plus

    • Invité de la mi-journée

      Prise d'otages massive à l'hôtel Radisson à Bamako au Mali

      En savoir plus

    • Mali / Défense / Terrorisme

      Mali: un blessé lors d’une attaque de jihadistes présumés

      En savoir plus

    • Mali

      Mali: arrestation de douze jihadistes présumés dans le centre

      En savoir plus

    • Mali / terrorisme

      Mali: début d’une opération militaire anti-jihadiste en pays Dogon

      En savoir plus

    • D'un côté le meilleur, le grotesque et le pire de l'autre

      D'un côté le meilleur, le grotesque et le pire de l'autre

      Il n’existe pas de virus africain de la contestation systématique des résultats électoraux. Il suffit d'un minimum de transparence et de crédibilité pour que le verdict …

    • L’interminable gestion de monsieur Hayatou à la tête de la CAF

      L’interminable gestion de monsieur Hayatou à la tête de la CAF

      Trônant, depuis trois décennies à la tête de la Confédération africaine de football (CAF), ce Camerounais a si peu songé à la relève qu’il brigue à nouveau sa propre …

    • Littérature: Cheikh Hamidou Kane et la démocratie en Afrique

      Littérature: Cheikh Hamidou Kane et la démocratie en Afrique

      Pour le dernier exercice de cette année 2016 nous devions parler avec Jean-Baptiste Placca des pays qui portent les espérances du continent en matière de démocratie et …

    • AfricSearch, une belle idée

      AfricSearch, une belle idée

      Ce jeudi 15 septembre, à Abidjan, AfricSearch, cabinet de recrutement et de conseil en ressources humaines, a célébré le vingtième anniversaire de sa création. L’événement, …

    • Guinée: retour à la case départ

      Guinée: retour à la case départ

      La victoire du président guinéen sortant est quelque peu dépréciée par les réserves des observateurs. Pire, elle ne résout rien, quant au climat politique, plus tendu …

    • L'Afrique qui avance... L'Afrique qui recule...

      L'Afrique qui avance... L'Afrique qui recule...

      L’Afrique, terminologie unique, revêt des réalités multiples : Il y a l’Afrique qui avance résolument, celle qui ne cesse de reculer, et celle qui s’enfonce, de plus …

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.